Incendie volontaire: des voyous s’en prennent à l’édition Epoch Times de Hong Kong

Par James Gorrie
22 novembre 2019 Mis à jour: 22 novembre 2019

Par le biais des caméras de vidéosurveillance, des incendiaires ont été pris en flagrant délit, menaçant les employés et incendiant les imprimeries pour faire taire les critiques contre le Parti communiste chinois à Hong Kong.

Comme le Parti communiste chinois (PCC) l’a démontré tout au long des manifestations en faveur de la démocratie à Hong Kong, la suppression de la liberté et l’imposition d’un État policier se font en plusieurs étapes courtes et souvent violentes.

La tyrannie par étapes

Tout d’abord, il y a eu des gaz lacrymogènes contre les étudiants pro-démocratie qui manifestaient dans les rues du centre-ville de Hong Kong. Certains manifestants ont été arrêtés. Des passages à tabac occasionnellement en public, effectués par la police en uniforme de Hong Kong, ont souvent précédé les arrestations. Et, selon Amnesty International, des passages à tabac et des actes de torture, hors champ public, ont parfois suivi les arrestations.

Dans le même temps, les manifestants non armés ont été battus dans les stations de métro par des gangs de voyous masqués, qui étaient ou non des policiers de Hong Kong. Des articles de presse les ont identifiés comme membres du crime organisé. Puis les fusillades ont commencé, suivis du coup de feu à bout portant dans la poitrine d’un jeune homme désarmé en plein jour.

Jusqu’à tout récemment, ces attaques, tortures et fusillades se concentraient principalement sur les étudiants et les autres participants aux manifestations de rue. Ce n’est pas surprenant. Des foules de 100 000 à deux millions de personnes ou plus qui protestent contre l’autoritarisme du PCC offrent à la police de Hong Kong et à d’autres mandataires de nombreuses occasions d’abuser de leur peuple.

Mais les choses ont changé. Comme le régime des voyous à Moscou, le PCC ne cible plus seulement ceux qui dévoilent la vérité, mais aussi ceux qui écrivent à leur sujet.

Les incendiaires s’attaquent à Epoch Times, un échec épique

Le 19 novembre, vers 3 h 40 du matin, quatre hommes masqués vêtus de noir dont deux étaient armés d’une matraque, sont entrés dans les imprimeries de Epoch Times à Hong Kong. Comme le montrent clairement les images de la caméra de vidéosurveillance, les hommes se sont dirigés vers la zone des presses à imprimer.

Lorsqu’un employé les a affrontés, il semble qu’il ait été verbalement menacé par le voyou en charge de l’équipe. L’employé lève ensuite les mains au-dessus de sa tête pour signaler sa reddition. Immédiatement après, un autre voyou éclabousse un liquide clair sur le sol et les machines d’impression, les touche avec un briquet, après quoi immédiatement, ils explosent en flammes.

Peu de temps après, les incendiaires s’en vont, pensant probablement que l’endroit sera sûrement réduit en cendres. Mais en quelques minutes, des employés courageux ont rapidement éteint l’incendie volontaire. Regardez les images de la vidéosurveillance de l’incendie criminel contre Epoch Times ici.

Heureusement, personne n’a été grièvement blessé ou même tué au cours de cet acte de vandalisme. Mettez les choses dans leur contexte, lorsqu’ils essaient de mettre le feu à votre maison, vous savez que vous aurez un impact. Quand ils n’y parviennent absolument pas, vous savez que vous êtes en train de gagner.

La vérité est un ennemi de l’État

La raison pour laquelle ils ont attaqué les presses de Epoch Times est on ne peut plus claire : Epoch Times dit la vérité. La vérité a été l’ennemie de tout régime despotique depuis la nuit des temps. Cela reste vrai aujourd’hui.

Ce qui reste aussi vrai, c’est qu’on ne peut pas tuer la vérité. Jamais. Elle peut être cachée, mais seulement pour un certain temps. Elle peut être déformée, mais tôt ou tard, on finit par la voir pour ce qu’elle est. En fin de compte, la vérité se révèle toujours et, ce faisant, nous révèle tous.

En attaquant Epoch Times, les tyrans de Pékin n’ont réussi qu’à révéler leurs craintes les plus profondes, tout en élevant la publication et en élargissant le message qu’elle véhicule dans ses pages. Les flammes ne peuvent pas détruire la vérité, bien au contraire : la vérité enflamme l’humanité pour briser les chaînes de l’oppression. Cela explique l’incendie criminel et révèle la pensée rudimentaire qui le sous-tend.

La vérité éternelle que les membres du Parti communiste à Pékin ne semblent pas comprendre est que la vérité est éternelle. La vérité, peu importe comment elle est supprimée, ou combien ceux qui la cherchent, l’écrivent ou la parlent sont attaqués ou abusés, réduits au silence, brûlés, portés disparus ou même tués, ne cessera jamais d’exister.

Un rappel de la force la plus puissante sur terre

« La plume est plus puissante que l’épée » est un vieil aphorisme familier dans le monde occidental. C’est si puissant parce que la vérité coule de la plume, pas d’une épée. Et malgré l’affirmation de Mao Zedong selon laquelle « le pouvoir coule du canon d’un fusil », il n’est qu’un pouvoir temporel, creux, sans vie, et vaincu par des mots simples qui disent la vérité. La vérité est plus légère que l’air et pourtant possède une gravité plus grande que tout édit d’état et plus puissante que toute machine de guerre.

L’attaque contre Epoch Times nous rappelle que les mots sont les choses les plus puissantes au monde parce qu’ils portent la vérité, et la vérité est toute puissante. En effet, tout le fondement et l’histoire du monde, tels que relatés dans la doctrine judéo-chrétienne, se trouvent dans la Parole de Dieu. Pas l’épée de Dieu, pas l’AK-47 de Dieu, mais Sa Parole, parce que c’est là que se trouve la vérité.

Bien sûr, les mots peuvent aussi être des armes et ils le sont souvent. Le PCC s’appuie sur les mensonges de la propagande pour asservir les esprits de son peuple. Mais même cette fausse doctrine finit par échouer. Cependant, les mots, qui proclament hardiment la vérité et qui propagent la lumière du jour sur les agents des ténèbres, sont les plus sévèrement craints par les tyrans. Et ce que le Parti craint le plus, c’est que ceux qui coupent à travers les mensonges méprisables soient plus rapides que n’importe quelle lame.

Et ils craignent qu’ils ne le fassent. Après tout, qu’est-ce qu’un gouvernement aussi obscène que celui de Pékin, qui se fonde sur les mensonges les plus profanes dans le but exprès d’opprimer plus d’un milliard de personnes, pourrait craindre plus que la vérité ?

C’est pourquoi le Parti communiste chinois craint Epoch Times ; nous avons la vérité de notre côté.

James Gorrie est un écrivain et conférencier basé dans le sud de la Californie. Il est l’auteur de « La crise chinoise ».

Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l’auteur et ne reflètent pas nécessairement celles d’Epoch Times.

RECOMMANDÉ