Innocence perdue : nos enfants et la pornographie

Par Jeff Minick
9 juin 2021
Mis à jour: 9 juin 2021

Nous devons protéger nos enfants des pornographes et sauvegarder l’amour et le respect.

Bien que j’aie connu et expérimenté de nombreux vices en mon temps, la pornographie n’en faisait pas partie. J’ai grandi dans une ville et à une époque où je ne connaissais même pas la signification de ce mot. Dans l’école privée que j’ai fréquentée en septième et huitième années, à 320 km de chez moi, un enfant avait l’habitude de faire entrer clandestinement des magazines Playboy dans le dortoir, et les garçons regardaient avec un étonnement étourdissant les femmes qui figuraient dans ces pages.

Peut-être n’ai-je jamais développé ce désir ou cette dépendance en raison de l’innocence de mon enfance.

Les choses sont différentes maintenant.

Le diacre Robert Silva écrit sur les adolescents, et même les garçons et les filles plus jeunes et leur prédilection pour la pornographie dans « Une pandémie alimente une épidémie » (« Pandemic feeds an epidemic »), paru dans le Arlington Catholic Herald. Comme il le souligne, de nombreux parents qu’il rencontre lorsqu’il s’exprime sur ce sujet nient que leurs enfants regardent de la pornographie en ligne.

Mais M. Silva présente ensuite des statistiques telles que celles-ci :

93 % des jeunes hommes de moins de 18 ans ont vu du porno, ainsi que 62 % des jeunes femmes du même âge.

89 % des jeunes admettent avoir reçu des sollicitations sexuelles dans des salons de discussion en ligne.

20 % des adolescents ont envoyé ou publié des photos ou des vidéos d’eux-mêmes nus ou semi-nus.

Les principaux consommateurs de pornographie aux États-Unis sont les jeunes de 12 à 17 ans.

Bien que je trouve ce dernier chiffre difficile à croire, une organisation visant à rendre l’internet plus sûr pour les enfants et les familles, « Enough Is Enough », confirme les autres données de M. Silva. Dans Statistiques : Youth & Porn, nous apprenons que 51 % des jeunes de 11 à 13 ans ont déjà vu du porno, que seuls 12 % des parents d’adolescents savent que leurs enfants regardent de la pornographie et que 23 % des adolescents de sexe masculin ont essayé de se défaire de cette habitude sans pouvoir s’arrêter.

Une grande majorité des jeunes de 18 ans pensent que le porno est trop facilement disponible et facile d’accès.

Il n’est pas surprenant, comme le note M. Silva, que cette pandémie ait entraîné une forte augmentation de la consommation de pornographie en ligne, qui représente déjà 35 % des téléchargements sur Internet.

Je sais déjà que la pornographie coûte aux entreprises des milliards de dollars par an en raison des employés qui perdent leur temps de travail en la regardant, mais la lecture de ces statistiques sur nos jeunes a été un triste réveil. Comment, me suis-je demandé, cette exposition à la pornographie va-t-elle affecter l’avenir du mariage, des relations et des rencontres ?

Les personnes les plus gravement touchées par la pornographie, celles qui sont dépendantes de leur propre plaisir devant un écran et qui regardent les autres faire l’amour, seront-elles capables de participer à un mariage stable ? Il est fort possible que non, d’autant plus que le jeune de 17 ans qui regarde cet écran peut en venir à considérer le sexe comme une sorte d’acte mécanique, sans présence d’amour ou de romantisme.

En fait, le romantisme lui-même pourrait tout simplement disparaître, tout comme l’excitation de rencontrer quelqu’un qui vous fait tomber à la renverse. En outre, l’idée de courtiser une femme, ou d’être courtisé par un homme, mourra-t-elle dans un marais miasmatique de sexualité irréelle ? Cesserons-nous de considérer les autres comme des êtres humains à part entière et les verrons-nous plutôt comme des machines à utiliser ?

En consultant certains des sites mentionnés ci-dessus, j’ai constaté que, pour paraphraser M. Silva, ce n’est pas les enfants qui trouvent le porno la plupart du temps, mais plutôt le porno les trouve. D’une certaine manière, les pornographes recherchent donc – par le biais de la publicité ou par d’autres moyens – un public d’enfants.

Je suis trop ignorant et inepte en matière de technologie pour faire des recommandations concernant le contrôle de l’industrie de la pornographie, mais il ne faut pas être un génie pour voir les désastres qui s’annoncent. Si nous ne prenons aucune mesure, nous paierons pour cette sombre situation pendant des décennies, voire des générations.

En tant que parents et gardiens des jeunes, nous pouvons cependant tous agir dès maintenant. Nous pouvons ajouter des programmes et des limitations aux téléphones et ordinateurs portables de nos enfants pour les empêcher de voir ces obscénités. Plus important encore, nous pouvons les faire réfléchir et leur expliquer le coût personnel de la pornographie en termes de respect de soi et de dégradation. Nous pouvons leur expliquer comment cette « industrie » génère des milliards de dollars par an, comment elle rabaisse les femmes et les hommes et comment elle a le pouvoir de détruire l’amour.

Et pendant que nous y sommes, nous pouvons nous rappeler les mêmes choses.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ