Inondations et tremblements de terre dévastent les provinces chinoises, alors que le Jiangxi annonce des préparatifs de « temps de guerre »

Par Nicole Hao
13 juillet 2020
Mis à jour: 14 juillet 2020

Le régime chinois a relevé son niveau d’alerte de lutte contre les inondations à son deuxième niveau le plus élevé le 12 juillet, après avoir annoncé que 27 provinces ont été touchées par de fortes pluies qui continuent de faire des ravages.

Par ailleurs, sur des milliers de kilomètres du fleuve Yangtze, les niveaux d’eau ont dépassé les seuils d’alerte.

Le 12 juillet, les habitants de Wuhan – la ville où le virus du PCC* (virus du Parti communiste chinois) est apparu pour la première fois – ont utilisé des sacs de sable pour surélever et renforcer les berges du fleuve, tandis que certaines zones du Yang- Tsé ont atteint plus de 28 m, soit plus de 4,6 m au-dessus du niveau moyen du sol de la ville.

Les autorités estiment que le niveau du fleuve pourrait atteindre plus de 29 m d’ici le 14 juillet, soit plus de 4,9 m au-dessus du niveau du sol.

Plusieurs villes de la province voisine du Jiangxi ont été pratiquement submergées par les inondations.

CHINE : CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR

Pendant ce temps, la ville de Tangshan, dans le nord de la Chine, a subi un tremblement de terre de magnitude 5,1 le 12 juillet dernier. Les secousses ont endommagé des bâtiments qui étaient faits de matériaux de mauvaise qualité. Ce jour-là, les comtés de Luchun dans la province du Yunnan, Zoige dans la province du Sichuan et Wushan dans la ville de Chongqing ont également enregistré des tremblements de terre de magnitude 4,4, 4,0 et 3,0, respectivement.

Les autorités ont annoncé que des millions de personnes ont été déplacées, avec au moins 141 morts ou disparus. Mais compte tenu des antécédents du régime chinois en matière de dissimulation d’informations, les experts craignent que les chiffres réels soient bien plus élevés.

Le Jiangxi se bat contre les ruptures de digues

La province du Jiangxi, dans le sud de la Chine, a émis le 11 juillet son plus grand avertissement d’inondation après que des brèches dans les digues ont provoqué l’inondation de plusieurs comtés.

Le 12 juillet, la télévision publique a signalé que sur les 2 543 km de berges des rivières ou des lacs du Jiangxi, près de 2 253 km avaient dépassé leur niveau d’alerte.

Les rivières locales du Jiangxi, telles que les rivières Rao, Xin, Xiu et Chang, ont également débordé depuis le 6 juillet.

En particulier à Poyang, le plus grand lac d’eau douce de Chine, le niveau a augmenté à un rythme sans précédent.

« Le niveau du lac Poyang a augmenté de plus de 53 cm par jour au cours des trois derniers jours », selon un rapport qui cite Xu Weiming, un des meilleurs experts en matière de contrôle des inondations dans la province. « Maintenant, il est plus de 2 m au-dessus du niveau d’alarme. »

Le patron du Parti communiste chinois de la province, Liu Qi, a annoncé le 11 juillet que la province était entrée en « temps de guerre ». Liu Qi a demandé à la province de se préparer à de « fortes inondations » et à « une grande catastrophe ».

Le 12 juillet, les autorités locales des cantons de Mianchuan et de Jiangxinzhou, dans la ville de Jiujiang, ont donné l’ordre : « Les personnes âgées, les enfants et les résidents malades, vous devez quitter vos maisons aujourd’hui. […] Les autres doivent être prêts à partir à tout moment. »

Le 10 juillet, les autorités du canton de Jiangzhou, également situé dans la ville de Jiujiang, ont lancé un appel aux médias sociaux pour les travailleurs migrants âgés de 18 à 60 ans afin de les aider dans les efforts de lutte contre les catastrophes, en invoquant le manque cruel de main-d’œuvre pour renforcer les barrages.

La dévastation a été écrasante pour les entreprises locales.

« Trois mille tonnes de thé se sont transformées en déchets après avoir été submergées par les eaux pendant une nuit », a déclaré M. Zheng, propriétaire d’une usine de thé dans le comté de She, dans la province orientale de l’Anhui en Chine, dans une vidéo sur les médias sociaux publiée le 10 juillet.

M. Zheng a déclaré aux médias publics Beijing News qu’il s’inquiétait de ne pas pouvoir indemniser les plus de 1 000 agriculteurs fournisseurs de feuilles de thé.

* Epoch Times qualifie le nouveau coronavirus, à l’origine de la maladie Covid-19, de « virus du PCC » parce que la dissimulation et la mauvaise gestion du Parti communiste chinois ont permis au virus de se propager dans toute la Chine et de créer une pandémie mondiale.

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ