Irak: au marché de la Corniche, Mossoul la commerçante reprend lentement vie

Par Epoch Times avec AFP
29 août 2021
Mis à jour: 29 août 2021

Ahmad Ryadh est ravi de pouvoir enfin servir ses clients au marché de gros de la Corniche de Mossoul. Mais, quatre ans après la reprise de la grande ville irakienne au groupe Etat islamique, beaucoup attendent encore des indemnités pour qu’elle retrouve son lustre d’antan.

Les stigmates des combats de rue qui ont opposé les troupes irakiennes à l’EI sont encore visibles dans toute la ville, dont les jihadistes avaient fait leur « capitale » en Irak entre 2014 et 2017.

En témoignent les photos du pape François prises au milieu des décombres lors de sa visite en mars. Dimanche, le président français, Emmanuel Macron, est à son tour attendu dans cette ville du nord du pays, après sa participation à un sommet régional à Bagdad.

Au marché de la Corniche, sur les bords du Tigre, nombre de bâtiments sont encore vides, criblés d’impacts de balles et d’obus. Les rues ont été déblayées, mais les gravats sont toujours entassés par endroits sur les trottoirs.

Seules quelques échoppes aguichent le chaland, rappelant un peu le passé de Mossoul, jadis carrefour des routes commerciales du Proche-Orient, à un jet de pierre de la Turquie et de la Syrie.

« La vie a progressivement repris dans notre quartier qui a été dévasté », « mais c’est nous qui avons déboursé l’argent » pour sa reconstruction, affirme M. Ryadh, vendeur en alimentation.

Un vendeur irakien attend des clients au marché de Bab al-Saray à Mossoul, dans le nord de l’Irak, le 17 juillet 2021. Photo Zaid AL-OBEIDI / AFP via Getty Images.

Sur les 400 échoppes que comptait le marché avant 2014, « seules 10% ont repris leurs activités », souligne-t-il.

Le restaurateur Ammar Hussein, qui régale ses clients dans une rue adjacente, trouve bien pratique de pouvoir de nouveau s’approvisionner au marché.

« Je gagne du temps » et « les prix sont raisonnables ». Mais, nuance-t-il, « le gouvernement devrait indemniser les commerçants qui ont subi des dommages pour qu’ils reconstruisent leurs magasins et que le marché retrouve son lustre d’antan ». 

Une somme faramineuse au regard du budget annuel

Quelque 100.000 demandes d’indemnisation ont été déposées dans la province de Ninive (dont Mossoul est le chef-lieu) par des personnes lésées pendant « les opérations de libération » de l’armée irakienne épaulée par la coalition internationale, selon Mahmoud al-Akla, directeur du département des indemnisations du gouvernorat.

Plus de 65.000 dossiers ont été examinés, mais seuls 2.600 demandeurs ont reçu des compensations, ajoute-t-il.

De source officielle, le coût de la reconstruction pour Ninive serait de 100 milliards de dollars (environ 85 milliards d’euros). Une somme faramineuse au regard du budget annuel de l’Etat irakien, chiffré pour 2021 à près de 90 milliards de dollars (environ 76 milliards d’euros).

-Les Irakiens achètent des bonbons traditionnels au marché de Bab al-Saray à Mossoul, dans le nord de l’Irak, le 17 juillet 2021. Photo Zaid AL-OBEIDI / AFP via Getty Images.

A cause de la très forte centralisation de l’Etat irakien et de la bureaucratie qui le régente, les décaissements arrivent au compte-gouttes. D’après le préfet du district de Mossoul, Zuhair al-Araji, la faute en revient au comité d’indemnisation de Bagdad, au secrétariat général du Conseil des ministres et au ministère des Finances.

Selon M. Araji, « 80% des infrastructures, comme les égouts ou les routes, ont été reconstruites », mais seuls 30 à 40% des établissements de santé l’ont été à ce jour.

Lenteur de la reconstruction

Saad Ghanem, un habitant de Mossoul, dit avoir envoyé une demande d’indemnisation pour son logement détruit il y a belle lurette. « De ce que j’en sais, le département des Indemnisations de Ninive a finalisé la transaction, puis l’a soumise au gouvernement de Bagdad qui ne nous a toujours pas indemnisés », explique-t-il.

Des commerçants irakiens sont assis dans leurs magasins sur un marché de la vieille ville de Mossoul, le 10 juillet 2021. Photo Zaid AL-OBEIDI / AFP via Getty Images.

Malgré la détérioration de l’économie et la crise sociale qui touche l’ensemble de l’Irak, Mossoul, très majoritairement sunnite, ne s’est pas soulevée lors des manifestations anticorruption et anti pouvoir d’octobre 2019 qui ont surtout concerné Bagdad et le Sud chiite du pays. Les Mossouliotes disaient craindre de voir les bénéfices de la reconstruction réduits à néant.

La lenteur de la reconstruction a poussé le Premier ministre, Moustafa al-Kazimi, à se rendre à Mossoul le 16 août. A deux mois des élections législatives anticipées, il s’est dit « désolé » de voir que la ville souffre toujours de problèmes d’infrastructures et a annoncé la formation d’un « comité spécial » chargé de dresser un « plan d’action ».

Mais devant son ancienne boutique de meubles en bois du marché, Ali Mahmoud, menuisier, se dit las d’attendre: « J’espère reconstruire mon atelier qui était mon gagne-pain et revenir ici. Mais je n’ai pas assez d’argent ».

 

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ