Iran : le mariage entre un homme de 28 ans et une fillette de 9 ans est sur le point d’être annulé après la diffusion d’une vidéo de la fête

Par La Gran Epoca
5 septembre 2019 Mis à jour: 6 septembre 2019

Les médias internationaux ont rapporté un cas de « mariage arrangé » en Iran après qu’un tribunal eut ordonné l’annulation du mariage entre un homme de 28 ans et une petite fille de 9 ans. La controverse a surgi après la diffusion des images de leur mariage.

Selon le média RT, le mariage a eu lieu il y a deux semaines dans la ville de Bahmai, dans la province de Kohguilouyeh-et-Bouyer-Ahmad, avec la présence de plusieurs membres des familles.

La plainte a été déposée par la journaliste iranienne Masih Alinejad, qui dénonce constamment les violations des droits humains envers les femmes de son pays.

« Voici un mariage d’une fillette de moins de 13 ans. J’ai pleuré quand j’ai reçu cette vidéo… Selon la loi islamique, une fille de 13 ans peut se marier mais ne peut pas choisir ses propres vêtements », explique la journaliste en diffusant la vidéo sur les réseaux sociaux.

En outre, la journaliste a confirmé que la mineure n’avait que 9 ans, sans compter que le fiancé aurait menti en disant qu’il avait 22 ans au moment de l’union religieuse, alors qu’il avait en fait 28 ans.

« Ce pédophile de 28 ans s’appelle Milad (Shahrokh) Cheshani. Il est membre de la milice Basij. La fillette s’appelle Fatima Sayyadi. Milad Cheshani a reçu la permission de la cour islamique […] d’épouser cette fillette qui n’a pas l’âge [de se marier] », a-t-elle ajouté dans son récit.

Selon les médias, le gouvernement iranien aurait agi en raison du choc généré dans le pays par l’affaire. En Iran, les femmes peuvent se marier à partir de l’âge de 13 ans, avec le consentement légal de leurs parents.

Les hommes, quant à eux, peuvent se marier dès l’âge de 15 ans, sans avoir besoin de l’autorisation parentale.

Mme Alinejad a déclaré que, ces derniers jours, Milad Cheshani avait envoyé des messages menaçant les journalistes et les professionnels de la communication qui ont diffusé la nouvelle. Il a ajouté que, pour lui, il s’agissait d’un mariage temporaire pour faire des affaires avec la famille de la fille.

« Les parents de la mineure ainsi que l’ecclésiastique chiite qui a organisé le mariage sont convoqués au tribunal afin d’être poursuivis pour leur crime », a conclu la journaliste.

L’annulation de ce mariage sera décidée dans les prochains jours.

RECOMMANDÉ