Isère : il obtient son permis de conduire et le perd trente minutes plus tard, positif à la cocaïne et au cannabis

Par Emmanuelle Bourdy
24 mai 2021
Mis à jour: 24 mai 2021

À la suite d’un banal contrôle routier, les gendarmes ont retiré le permis de conduire d’un jeune automobiliste. Il venait de le décrocher 30 minutes plus tôt.

Ce mercredi 12 mai, sans doute trop heureux d’avoir obtenu son permis de conduire, un jeune de 18 ans originaire de L’Isle-d’Abeau a pris sa voiture sans être en possession du permis. Trente minutes plus tard, il s’est fait contrôler par la gendarmerie au niveau de Villefontaine, non loin de l’entrée de l’autoroute A43, sur la route départementale 1006, rapporte Le Dauphiné libéré. Mais voilà, n’étant pas encore en possession matérielle du permis, le conducteur a expliqué aux gendarmes qu’il l’avait passé trois jours plus tôt et qu’il venait de vérifier qu’il l’avait bien obtenu, via le site internet.

Après avoir examiné dans leurs fichiers, les gendarmes ont confirmé la véracité des propos du conducteur et poursuivi leur « banal » contrôle. Ils ont notamment effectué plusieurs dépistages salivaires, qui ont montré que le jeune était positif à la cocaïne et au cannabis. La réponse des forces de l’ordre ne s’est pas fait attendre : son permis lui a aussitôt été retiré.

Selon le site de la sécurité routière du gouvernement, il est précisé que ce délit donne lieu à la perte des 6 points du permis de conduire. De plus, « lorsque l’usage de stupéfiants est établi par une analyse sanguine ou salivaire, le conducteur (ou l’accompagnateur d’un élève conducteur) encourt des peines de 2 ans d’emprisonnement et 4 500 € d’amende », est-il encore stipulé sur le site. En outre, « les sanctions sont aggravées lorsque cette infraction est couplée avec l’alcoolémie : les peines sont portées à 3 ans d’emprisonnement et 9 000 € d’amende ».

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ