Isère : plus de 1000 truites retrouvées mortes dans la Fure, l’entreprise Fregata Hygiène de Charavines responsable

Par Emmanuelle Bourdy
12 novembre 2020
Mis à jour: 12 novembre 2020

En Isère, des pêcheurs ont découvert, entre lundi et mardi, sur plusieurs kilomètres, des centaines de poissons morts dans la Fure, un affluent de la Morge. La raison de cette hécatombe provient d’une usine de Charavines, qui serait à l’origine d’une pollution chimique. L’association de pêche de Rives a porté plainte.

C’est un triste spectacle que les pêcheurs ont découvert, dans le lit de la Fure, entre lundi et mardi, ainsi que le relate France Bleu. Sur plusieurs kilomètres, des centaines de poissons étaient morts. « Je n’ai jamais vu une telle mortalité depuis 47 ans que je suis président », a déclaré Michel Quichante, le président de l’association agréée de pêche et de protection des milieux aquatiques de Rives. L’Office français de la biodiversité (OFB) est également venu constater les dégâts engendrés par cette pollution.

Michel Quichante a précisé : « On a constaté une mortalité très importante, même quasi totale sur à peu près 6 km. […] Des truites de toutes les tailles, des alevins aux truites prêtes à se reproduire. Il y en avait une de presque un kilo. Il y avait aussi quelques gardons. »

« Il faudra 4 ou 5 ans pour reconstituer la population de poissons », déplore Michel Quichante. « Je vais vous dire, je suis président de l’association depuis 47 ans. Il y a eu les papeteries et les heures de gloire de la pollution dans les années 70, 80, 90 contre lesquelles nous avons lutté. Mais je n’ai jamais vu de mortalité aussi importante. Il faudra quatre ou cinq ans pour retrouver la population de poissons, à condition qu’il [n’y] ait pas d’autres accidents », ajoute-t-il.

À l’origine de cette catastrophe écologique, l’entreprise Fregata Hygiène de Charavines, basée au bord de la rivière, qui produit notamment du papier hygiénique. Des effluents toxiques de cette usine se sont déversés dans la Fure, appauvrissant l’eau en oxygène et provoquant la mort par asphyxie des poissons. Cette fuite accidentelle a entraîné la mort de 1 100 truites, un chiffre qui pourrait encore augmenter dans les jours à venir.

Ce lundi matin, alors que l’entreprise recevait une livraison d’un produit, le tuyau qui transfère le liquide du camion-citerne à la cuve de l’usine s’est rompu, précise France Bleu. Daniel Triouleyre, directeur du site Fregata Hygiène, a expliqué que « cet incident a généré un déversement accidentel d’un produit qui entre dans la fabrication des papiers que nous produisons. C’est un produit liquide, que nous appelons la résine, qui ne présente pas de toxicité intrinsèque. Mais il présente l’inconvénient d’avoir une demande chimique en oxygène importante ».

Le directeur de l’usine Fregata a encore déclaré : « Nous assumons la totalité de notre responsabilité et nous avons bien pour ambition de mettre en place des solutions qui éviteront définitivement toute récidive. » Il a également stipulé : « Nous avons informé la Direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement d’Auvergne-Rhône-Alpes (DREAL) et la police de l’eau pour effectuer les constats et expliquer la façon dont se sont passées les choses. » Ainsi que le relate encore France Bleu, l’Association de pêche de Rives, qui compte 700 adhérents, a déjà porté plainte.

FOCUS SUR LA CHINE – La loi sur la sécurité menace nos libertés

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ