Isère : un cœur de lumières a brillé sur le Grand Colon pour réclamer un accès libre à la nature

Par Emmanuelle Bourdy
15 novembre 2020
Mis à jour: 15 novembre 2020

Au sommet du Grand Colon, dans le massif de Belledonne, un cœur lumineux a brillé dans la nuit, ce vendredi aux environs de 18 heures. Une façon de dire, pour les manifestants qui formaient ce cœur lumineux, que la nature est un besoin vital pour nombre d’entre nous et qu’en être privé est incompréhensible.

Afin de revendiquer leur droit à la nature, des manifestants se sont positionnés au sommet du Grand Colon dans le massif de Belledonne, formant un grand cœur lumineux, a rapporté Le Dauphiné Libéré. Une cinquantaine de points ont ainsi brillé de 18 heures à 19 heures, ce vendredi soir, à 2 400 mètres d’altitude. Les Grenoblois et une partie des habitants du Grésivaudan ont ainsi pu admirer ce symbolique cœur lumineux. Sur la toile, les internautes étaient nombreux à s’interroger sur ce mystérieux cœur.

Alors que le confinement prive les citoyens de nature, ce groupe de personne a manifesté, à sa manière, son souhait de pouvoir profiter de leur droit à la nature. De nombreux professionnels de la santé, physique comme psychologique, s’accordent pour prôner les bienfaits des activités plein air sur la santé des gens, ce nouveau confinement prive les citoyens de cet avantage précieux à un moment où l’anxiété gagne de plus en plus la population.

En réalité, les manifestants n’étaient autre que des acteurs de la montagne du bassin grenoblois. Leur collectif, mené notamment par le président de Mountain Wilderness Frédi Meignan, avait fait une demande officielle auprès de la préfecture de l’Isère pour organiser une manifestation. Bien que celle-ci a été refusée, certains manifestants ont décidé de passer outre, précise encore Le Dauphiné Libéré.

Frédi Meignan déclare : « Nous demandions de changer la règle d’un kilomètre, une heure. Et cette demande n’était pas uniquement pour les montagnards mais d’abord pour permettre à tous les habitants de pouvoir sortir, prendre l’air, d’autant que le confinement risque de durer longtemps. Mais la préfecture a refusé de délivrer l’autorisation. Alors une poignée d’irréductibles ont décidé quand même de monter au Grand Colon, et de prendre la liberté de manifester. »

« On demande le droit pour tous d’accéder à la nature car c’est une mesure indispensable. Aujourd’hui, en montagne, on n’y rencontre pas le virus. Aussi, prendre l’air, c’est ne pas tomber malade physiquement et mentalement. On ne se bat pas contre le confinement. Mais pour le tenir, il faut justement pouvoir sortir un peu plus loin que le km. Bien sûr, il faut se battre contre le virus mais si on ne sort pas, on va craquer, c’est une mesure de santé publique ! » a encore précisé le président de Mountain Wilderness.

Aux environs de 19 heures, les lumières se sont éteintes les unes après les autres et le cœur a complètement disparu, abandonnant le Grand Colon à la nuit.

NOUVEL HORIZON Élections américaines : fraudes et manipulations

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ