« J’ai de nouveau l’air normal »: les salons de coiffure rouvrent en Allemagne

Par Epoch Times avec AFP
1 mars 2021
Mis à jour: 1 mars 2021

« J’ai de nouveau l’air normal »: les salons de coiffure, fermés depuis deux mois et demi en Allemagne en raison de la pandémie, ont rouvert lundi, première étape d’un assouplissement des restrictions de plus en plus attendu.

« C’est un tel soulagement. Je ne pouvais plus supporter de me regarder dans une glace », se réjouit auprès de l’AFP à Berlin Hans-Joachim Berthold, 64 ans.

« Dès que j’ai appris en février qu’ils allaient rouvrir, j’ai pris un rendez-vous pour ma femme et moi », explique-t-il devant un salon de la capitale allemande.

En télétravail, cet informaticien ne supportait plus de voir ses longs cheveux lors de réunions en visio-conférence. « Je les voyais tomber sur mon visage. J’ai de nouveau l’air normal », se réjouit M. Berthold.

Coiffeurs, fleuristes et  jardineries rouvrent

Il fait partie des centaines d’Allemands qui se sont précipités chez le coiffeur pour la première fois depuis décembre.

Outre les coiffeurs, les fleuristes et les jardineries ont été autorisés à ouvrir dans certaines régions comme la Bavière, tandis que d’autres régions comme le Schleswig-Holstein ont rouvert les zoos pour la première fois.

-La coiffeuse Simone Gurzinski coupe les cheveux d’une cliente, toutes deux portant un masque facial, après avoir rouvert son salon de coiffure à Berlin le 1er mars 2021. Photo par Tobias Schwarz / AFP via Getty Images.

Pour Manuel Heinsch, patron d’un salon de coiffure, il était « vraiment important » de pouvoir de nouveau travailler.

« Les loyers ne sont pas bon marché (à Berlin) et nous n’avons pas eu de véritable aide financière du gouvernement », déplore auprès de l’AFP ce coiffeur de 32 ans.

« Très heureux de pouvoir enfin travailler »

« Nous avons attendu longtemps et nous sommes maintenant très heureux de pouvoir enfin travailler à nouveau. Le téléphone sonne tout le temps. Nous avons déjà pris des rendez-vous la semaine dernière, c’est fou! », abonde une autre coiffeuse berlinoise, Simone Gurzinski, dont l’un des premiers clients lundi matin a été le ministre du Travail Hubertus Heil.

-Le coiffeur Janni Ossas lave les cheveux d’un client dans son salon de coiffure à Leonberg, en Allemagne. Photo par Alex Grimm / Getty Images.

« Je n’ai pas acheté de tondeuse, comme d’autres … Je préfère me mettre entre des mains professionnelles », témoigne l’un des clients, Harro Fischer.

Salons complets jusqu’à la fin de la semaine

Dans les salons, les protocoles ont été encore renforcés pour éviter toute contamination.

Les clients doivent impérativement prendre rendez-vous à l’avance. Nombre de salons sont complets jusqu’à la fin de la semaine.

« Nous allons faire un service de 10h à 20h », assure M. Heinsch, à la tête d’une équipe de trois coiffeurs.

Certains salons, dont un à Dortmund, ont ouvert dès les premières heures de la nuit. En Bavière, un salon a gagné 422 euros en vendant aux enchères son premier rendez-vous, ont rapporté les médias locaux.

Un coiffeur coupe les cheveux d’un client assis dans un espace séparé par des vitres transparentes du salon de coiffure à Dortmund, le 1er mars 2021. Photo de Ina Fassbender / AFP via Getty Images.

Après la réouverture des salons de coiffure lundi et le retour partiel à l’école de certains élèves la semaine dernière, Angela Merkel et les dirigeants régionaux allemands se réuniront à nouveau mercredi pour discuter d’éventuels assouplissements supplémentaires.

Une troisième vague provoquée par les variants

L’impatience grandit en Allemagne de voir les restrictions assouplies, malgré la menace d’une troisième vague provoquée par les variants.

Quelque 43% des sondés attendent de la réunion de mercredi des assouplissements, contre 26% favorables au maintien et 9% au renforcement des restrictions anti-Covid, selon un sondage Yougov publié lundi.

 

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Vous pouvez nous aider à vous tenir informés

Pourquoi avons-nous besoin de votre soutien ? Parce que Epoch Times est un média indépendant ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Un journalisme indépendant et gratuit est de plus en plus difficile à obtenir en ces temps où la vérité est à la fois de plus en plus nécessaire et de plus en plus censurée. C’est pourquoi nous avons besoin de votre soutien. Chaque don est important et vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66%.

RECOMMANDÉ