Le Japon désigne la Chine comme une plus grande menace pour sa sécurité que la Corée du Nord

Par Chriss Street
7 octobre 2019 Mis à jour: 8 octobre 2019

Taro Kono, le ministre de la Défense japonais, a déclaré lors d’une conférence de presse tenue à l’occasion de l’examen annuel de la défense du Japon, que la Chine est désormais considérée comme une plus grande menace pour la sécurité régionale que la Corée du Nord.

M. Kono a expliqué que la Chine peut prétendre avoir des intentions pacifiques mais, en « déployant de plus en plus fréquemment des moyens militaires aériens et maritimes dans le Pacifique occidental et dans la mer du Japon à travers le détroit de Tsushima », ce pays communiste est devenu le sujet d’une grande préoccupation du point de vue de la sécurité nationale du Japon.

Le 1er octobre, la Chine a pleinement confirmé les préoccupations du Japon en tenant un grandiose défilé militaire sur la place Tiananmen de Pékin pour célébrer le 70e anniversaire de la prise de pouvoir en Chine par le Parti communiste. Ce spectacle musclé a été présenté par 100 000 participants, 15 000 militaires, 580 pièces d’équipement militaire et 160 avions qui survolaient la scène.

Des dizaines de milliers de danseurs habillés dans des costumes multicolores et chantant des chants patriotiques ont été suivis par de longues rangées d’équipement militaire et des milliers de soldats en formation parfaite. Dans les airs, six nouveaux chasseurs furtifs chinois J-20 ont survolé la place à basse altitude et ont déployé toute une série de formations de pilotage de haut niveau.

Le dirigeant chinois Xi Jinping, dans une limousine décapotable, a descendu le tapis rouge qui lui était déroulé sur l’avenue de la Paix éternelle devant des rangées d’équipement militaire. S’adressant à une « foule de partisans communistes » vêtus de vestes grises, genre Mao, il a proféré : « Aucune force ne peut ébranler la position de notre grande patrie, aucune force ne peut arrêter le progrès du peuple chinois et de la nation chinoise. »

Célébrant l’anniversaire au même endroit où Mao Zedong a proclamé la fondation de la « République populaire de Chine » le 1er octobre 1949, Xi Jinping a louangé Mao et la primauté du Parti communiste.

Devant une foule extatique qui applaudissait et agitait des drapeaux chinois, il a martelé : « Aujourd’hui, la Chine socialiste se tient face au monde. » Et il a averti le monde : « Aucune force ne peut empêcher le peuple chinois et la nation chinoise d’aller de l’avant. »

La pièce maîtresse de la démonstration d’armes de destruction massive avancées du régime chinois a été une bonne dizaine de missiles balistiques pour les sous-marins JL-2 d’une portée de plus de 7 000 km. Ces missiles peuvent transporter une charge utile thermonucléaire équivalente à un million de tonnes de TNT. Ils sont installés sur chacun des huit sous-marins balistiques modernes chinois à propulsion nucléaire de type 094 Jin qui patrouillent actuellement dans la mer de Chine méridionale.

Quatre lanceurs-transporteurs de missiles, chacun transportant le premier missile chinois de moyenne portée de glisse hypersonique appelé Dong Feng 17 (DF-17), ont été aussi présentés en public. Dévoilé pour la première fois en 2017, le très maniable DF-17 a une très grande vitesse et est considéré par Defense Info comme une arme « optimale » pour les frappes contre Taïwan depuis les bases de la côte est de la Chine.

La partie finale du défilé a été marquée par la première présentation publique d’un bataillon de 16 missiles balistiques à portée intercontinentale Dong Feng 41 (DF-41), montés sur leurs lanceurs-transporteurs. Ce missile de 32 tonnes peut être lancé en 3 à 5 minutes pour atteindre la plupart des villes américaines en 30 minutes environ. Le DF-41 est armé de 3 à 6 ogives nucléaires de type MIRV d’une capacité de 50 à 100 000 tonnes de TNT chacune.

Depuis des décennies, les forces d’autodéfense japonaises se sont rendu compte de la nature imprévisible du dirigeant nord-coréen Kim Jong-un et ont mis au point une défense efficace contre les missiles de haute volée et à déplacement lent de la Corée du Nord. Ces missiles restent toujours assez similaires aux missiles Scud soviétiques des années 1980.

Epoch Times a déjà rapporté qu’à l’approche des célébrations de son 70e anniversaire, le régime chinois, sous la direction de Xi Jinping, a adopté une stratégie de « fusion civilo-militaire » qui vise à intégrer pleinement sa base industrielle civile de la Chine dans la chaîne logistique de son Armée populaire de libération.

Tokyo a réagi à la menace croissante pour sa sécurité de la part de la Chine en déclarant, en décembre 2018, que la Force d’autodéfense maritime du Japon allait convertir ses deux premiers destroyers porteurs d’hélicoptères de classe Izumo en des premiers porte-avions japonais depuis la Seconde Guerre mondiale. Chacun de ces porte-avions sera équipé d’un escadron de 20 chasseurs F-35B, capables d’effectuer des décollages courts et des atterrissages verticaux.

La Force d’autodéfense aérienne japonaise a également l’intention d’acheter au moins 105 autres chasseurs F-35A qui auront le même équipement moderne que les 66 chasseurs F-16C/D que l’administration Trump a accepté de vendre à Taïwan mi-août.

Chriss Street est un expert en macroéconomie, en technologie et en sécurité nationale. Il a été PDG de plusieurs entreprises et est un écrivain actif avec plus de 1 500 publications. Il donne aussi régulièrement des conférences sur la stratégie aux étudiants diplômés dans les meilleures universités de la Californie du Sud.

RECOMMANDÉ