Jean-Marie Bigard suite aux critiques d’Elie Semoun : « Je suis un bouffon qui a des c***** »

Par Emmanuelle Bourdy
30 juin 2020
Mis à jour: 30 juin 2020

Les avis divergent à propos de l’éventuelle candidature à l’élection présidentielle de Jean-Marie Bigard. Certains prennent cela comme un divertissement, d’autres, dans la sphère politique, pourraient y voir un avantage, quand d’autres encore s’en offusquent. Elie Semoun, qui s’est exprimé au micro d’Europe 1, a clairement exprimé son désaccord à propos de cette candidature.

Jean-Marie Bigard avait annoncé fin mai qu’il pourrait être « intéressé » par une candidature à la présidentielle. Puis, il avait déclaré le 11 juin que cela n’était « pas au goût du jour » et qu’il n’avait « jamais voulu » faire de politique. Samedi 20 juin, sur la scène de l’Apollo Théâtre à Paris, Jean-Marie Bigard avait finalement relancé sa candidature à l’Élysée.

Sur BFMTV, il avait également précisé, comme un défi : « Je vais prendre mon téléphone et demander aux maires les 500 signatures. Imagine si je les ai avant tout le monde ? Là je vais vraiment leur faire peur. »

Sur Europe 1, Elie Semoun a clairement montré qu’il était sceptique quant à la possible candidature de son confrère. Il déconseille vivement à Jean-Marie Bigard de se lancer dans cette aventure, qu’il considère comme « une grosse connerie », craignant que l’humoriste populaire y « laisse des plumes ». Elie Semoun a ajouté : « On est des bouffons », estimant que Jean-Marie n’a « rien à faire là-dedans. »

Jean-Marie Bigard a rapidement réagi aux propos d’Elie Semoun dans une vidéo publiée sur Facebook ce dimanche, ainsi que le relate Europe 1. Car si Jean-Marie Bigard se considère comme un bouffon, il précise qu’il est « un vrai bouffon, qui a des c******* ». Il argumente en stipulant que « le bouffon, de tout temps, est le mec qui, au milieu de la cour devant le roi, sort des choses que personne d’autre ne peut sortir ».

Il déclare par ailleurs que ce bouffon « est un mec extrêmement courageux », qu’il « fonce, et prend le risque de se faire couper la langue s’il est allé un peu loin, ou d’être mis aux oubliettes ».

Il compare le bouffon courageux à celui qui ne l’est pas en le dénigrant, utilisant le langage grossier qu’on lui connaît. Il dénonce même sans vergogne le bouffon qui « reste planqué, un peu d’accord avec tout le monde ».

Jean-Marie Bigard conclut : « S’il m’arrive malheur, si je me suis trop approché du feu, que je me suis brûle les ailes, et que je décède, je voudrais que sur ma tombe on marque : ‘Ci-git un bouffon qui avait des [juron].’ »

Le saviez-vous?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ