« J’étais invincible » : un diplômé universitaire ébranlé par un diagnostic de cancer du côlon à 24 ans trouve le courage

Par Louise Bevan
2 novembre 2020
Mis à jour: 2 novembre 2020

Un diagnostic de cancer à l’âge de 24 ans a laissé Evan White de Dallas, au Texas, en état de choc.

Evan White avait ignoré des symptômes subtils, supposant qu’il était trop jeune pour contracter une maladie si grave, le « cancer du côlon ». Ceci ressemblait à un mauvais rêve dont le diplômé universitaire n’arrivait pas à en sortir.

Aujourd’hui âgé de 27 ans et toujours sous chimiothérapie, Evan aimerait que les gens sachent que les jeunes peuvent aussi être vulnérables au cancer du côlon. « J’étais fondamentalement invincible », a-t-il avoué à Today. « Je n’étais jamais allé chez le médecin… Je n’aurais jamais pensé avoir besoin d’en parler à quelqu’un. »

Evan avait remarqué la présence occasionnelle de sang dans ses selles tout au long de ses études, mais cela ne persistait pas, alors il ne s’inquiétait pas. Il n’y avait pas d’antécédents de cancer du côlon dans sa famille. Mais il s’est rendu compte qu’il souffrait de fatigue chronique.

(Avec l’aimable autorisation d’Evan White)

« J’avais toujours été en bonne forme physique », a-t-il expliqué. « Je pouvais jouer au basket-ball avec mes amis, peut-être pour une ou deux joutes et ensuite j’étais absolument à bout de souffle. Je pouvais à peine courir. »

Ce n’est que lorsqu’il a contracté un mal de gorge et de la fièvre qu’Evan a finalement pris rendez-vous avec un médecin qui lui a fait une prise de sang et un prélèvement de selles. « La numération globulaire n’était pas bonne », se souvient-il.

Il a admis qu’il n’aurait peut-être jamais parlé à son médecin de la présence de sang dans ses selles si le médecin n’avait pas insisté pour que des tests approfondis soient effectués. Face à un diagnostic de cancer du côlon, l’équipe d’Evan a prévu une opération et six mois de chimiothérapie, après quoi il a célébré une année de rémission.

Mais, malheureusement, en février 2019, le cancer est réapparu, cette fois au stade 4, lorsqu’Evan venait tout juste de lancer une campagne de collecte de fonds pour la recherche sur le cancer colorectal.

À ce moment-là, le cancer s’était propagé à ses poumons. Une opération chirurgicale en novembre 2019 a permis de faire disparaître brièvement les tumeurs. Mais elles ont repoussé. Entretemps, ses collectes de fonds avaient permis de récolter plus de 17 000 euros.

(Avec l’aimable autorisation d’Evan White)

En juillet 2020, sa santé a encore été mise à dure épreuve lorsqu’il a contracté un léger cas de COVID-19 avec ses parents et sa compagne, Katie Briggs. Il a lutté et s’est remis. Au moment où nous écrivons ces lignes, sa chimiothérapie en cours maintient son état stable.

Evan a fait le choix courageux de vivre un jour à la fois et de profiter de chaque moment avec ses proches, une force qu’il admet ne pas avoir possédée avant son diagnostic. Le 2 octobre, il a même demandé à sa bien-aimée de l’épouser. Le couple s’était rencontré deux jours avant qu’il ne commence la chimio.

Elle a dit oui.

« Je ne sais pas où j’en serais si je n’avais pas quelqu’un pour m’aider à traverser ces épreuves », a-t-il dit.

(Avec l’aimable autorisation d’Evan White)

Il conseille maintenant aux autres de ne pas avoir peur de consulter le médecin en cas de symptômes suspects, tels qu’un saignement rectal, une anémie ferriprive, des douleurs abdominales persistantes, des selles étroites et une perte de poids inexpliquée. Les principaux symptômes du cancer évoluent rapidement et un dépistage systématique est recommandé à partir de 45 ans.

Selon le CDC, le cancer colorectal est le troisième cancer le plus fréquent chez les hommes et les femmes aux États-Unis. Les adultes dans la vingtaine et la trentaine sont progressivement diagnostiqués plus fréquemment. La prise de conscience est considérée comme la meilleure forme de défense.

« Le fait de pouvoir parler à votre médecin peut vous aider à repérer ces symptômes avant qu’ils ne progressent », a-t-il expliqué. Entretemps, le combattant stoïque a confié à NBC qu’il gardait courage.

« Je suis prêt à affronter avec ténacité tout ce qui m’attend, avec le sourire », a-t-il dit.

FOCUS SUR LA CHINE – 80 % des Taïwanais prêts à se battre contre la Chine

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ