Un jeune Australien meurt d’une piqûre de méduse au large de la côte du Queensland, ce qui déclenche un avertissement public

Par Louise Bevan
10 mars 2021
Mis à jour: 10 mars 2021

Un adolescent australien est décédé après avoir été piqué par une cuboméduse (Chironex fleckeri, aussi appelée « piqueur marin », « guêpe de mer » ou encore « main de la mort » ou « main qui tue »), l’une des créatures marines les plus mortelles au monde, lors d’une sortie de pêche le 22 février dernier.

L’adolescent de 17 ans, originaire de Bamaga dans l’extrême nord du Queensland, a été confronté à la méduse mortelle à Patterson’s Point, dans la Péninsule du cap York. Il a été intubé sur place et transporté par avion par le Royal Flying Doctor’s Service à l’hôpital de Townsville, rapporte ABC.

Il est décédé de ses blessures une semaine après avoir été piqué. L’ancien maire du Conseil régional de la Péninsule Nord (NPARC), Eddie Newman, a qualifié l’incident de « tragique, tragique accident ».

La saison des méduses du Queensland s’étend d’octobre à mai. Les nageurs au large des côtes au nord de Gladstone sont particulièrement exposés.

Une pancarte à l’extérieur d’un hôtel cinq étoiles à Darwin, en Australie, met en garde contre la baignade, qui vous met en danger de mort. (LAWRENCE BARTLETT/AFP via Getty Images)
Détail d’une cuboméduse toxique dans un aquarium (Dewald Kirsten/Shutterstock)

« Nous ne saurions trop insister sur l’importance de garder vos enfants loin de l’eau », a écrit le NPARC dans un avertissement public aux parents, qui ont érigé des panneaux d’avertissement aux points de baignade sur la côte.

Les autorités préparent actuellement un rapport sur la mort tragique de l’adolescent pour le coroner.

C’est la première mort causée par une piqûre de méduse depuis 2006.

« Malheureusement, ce décès s’est produit à Bamaga », a déclaré Lisa-Ann Gershwin, biologiste marine de renom et experte en méduses, à ABC, ajoutant que les décès par cuboméduses sont évitables si les communautés sont correctement informées des dangers et des moyens de se protéger.

Lésions de méduses, causées par des tentacules à barbillon, sur une jambe d’enfant (DonyaHHI/Shutterstock)

« Dans les zones peuplées où il y a des méduses venimeuses, les gens sont constamment informés sur la présence de méduses », explique Mme Gershwin, « alors que dans les zones éloignées, ce n’est pas le cas. »

En souvenir de l’adolescent, elle a réfléchi : « Nous devrions commencer à avoir ce débat. »

La cuboméduse a une forme cubique avec de longs tentacules barbelés atteignant jusqu’à 3 mètres de longueur. Lorsque du venin est injecté à des humains ou à des animaux, il peut provoquer un choc, une paralysie, voire un arrêt cardiaque, selon le National Geographic.

Une piqûre de cuboméduse a assez de puissance pour tuer un nageur avant qu’il ne puisse retourner sur le rivage.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Vous pouvez nous aider à vous tenir informés

Pourquoi avons-nous besoin de votre soutien ? Parce que Epoch Times est un média indépendant ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Un journalisme indépendant et gratuit est de plus en plus difficile à obtenir en ces temps où la vérité est à la fois de plus en plus nécessaire et de plus en plus censurée. C’est pourquoi nous avons besoin de votre soutien. Chaque don est important et vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66%.

RECOMMANDÉ