Une jeune femme handicapée se prend « une gifle » après avoir trouvé une note sur sa voiture

Par Lori C. Summers
8 septembre 2019 Mis à jour: 8 septembre 2019

Lorsque Julie McGovern, de Little Rock, dans l’Arkansas, est revenue à sa voiture après avoir fait quelques courses, elle a trouvé une note choquante sur le pare-brise de sa voiture. La jeune femme s’était garée dans l’espace réservé aux handicapés, conformément à son permis, mais quelqu’un a décidé de ne pas la croire. Alors ils ont laissé une note blessante.

La note, sur laquelle était marquée simplement «Faker» (« Menteuse »), plongeait Julie dans un état d’incrédulité et lui a donné l’impression d’être «invalidée» et comme si sa «peur devenait réalité», comme elle l’a déclaré dans un post Facebook.

Alors qu’elle est jeune et a l’air d’être en bonne santé, McGovern souffre d’une maladie invisible appelée syndrome de tachycardie orthostatique posturale (POTS), qui peut toucher «littéralement tous les organes du corps». C’est quelque chose avec lequel elle se débattait depuis plus de huit ans. Elle a expliqué dans son message qu’il a fallu des années entre le moment où elle a commencé à se sentir mal à l’aise et celui où elle a finalement reçu son diagnostic.

Elle a également dû faire face à l’incrédulité de nombreuses personnes, y compris de ses médecins. Mais sa maladie est effectivement grave. «Le corps ne peut pas résister à l’attraction de la gravité, alors le sang tombe à mes pieds, ce qui peut causer une perte de conscience», écrit-elle. «Pour cette raison, je ne peux pas rester debout pendant de longues périodes ou marcher de longues distances».

Illustration – Shutterstock | Tupungato

Mais cela n’empêche pas les gens autour d’elle de la juger, ni elle d’avoir peur des réactions négatives chaque fois qu’elle utilise le permis de stationnement pour personnes handicapées que son médecin lui a donné. Julie avoue dans son post qu’elle restait souvent assise dans sa voiture, attendant qu’il n’y ait plus personne pour la voir sortir. Et quand elle a vu cette note laissée sur son pare-brise, elle s’est mise en colère parce qu’un inconnu «a mal perçu» sa situation à cause de sa conviction qu’il était «impossible pour quelqu’un [de son] âge soi malade».

McGovern termine son post par un message d’espoir et déclare qu’elle souhaite continuer à sensibiliser la population. Il arrive souvent que des personnes fassent un mauvais jugement en se basant sur des apparences, ce qui peut avoir un effet négatif à long terme sur ceux qui souffrent.

«Aujourd’hui, ma maladie a été invalidée, mais cela ne rend pas ma maladie moins réelle ni mon combat moins important», explique McGovern. «Je continuerai à me garer dans la zone de handicap, je lèverai la tête haute et je continuerai à me battre pour la recherche d’un traitement».

La déclaration de cette jeune femme courageuse n’est pas passée inaperçue puisqu’elle a eu des milliers de partages sur Facebook et le Daily Mail a également publié son histoire.

La jeune femme a décidé de ne pas subir ces abus 

En 2017, McGovern a été invitée à une émission télévisée The Doctors, où elle a ensuite parlé de sa maladie et de la stigmatisation à laquelle elle est confrontée. Tout en parlant de l’incident avec la note, elle l’a décrite comme «une autre gifle». Elle a également rappelé combien il est important de sensibiliser le public à la fragilité que cause sa maladie même si elle est invisible à l’œil nu.

Quiconque a mis cette note sur la voiture de McGovern a pris une décision trop rapide concernant la santé d’une personne en jetant simplement un coup d’œil sur elle. Cependant, la jeune femme a décidé de ne pas subir ces abus et de s’exprimer contre. Cette histoire devrait nous rappeler que nous ne connaissons pas les histoires et les luttes d’autres personnes et que nous ne devrions pas pointer du doigt accusateur juste en se basant sur l’apparence.

Voir la vidéo:

RECOMMANDÉ