Une jeune maman vainc le cancer du sein grâce aux exercices de Falun Gong et donne naissance à son troisième enfant

Par Epoch Times
23 mai 2021
Mis à jour: 23 mai 2021

Une jeune mère a eu l’impression d’être condamnée à mort lorsque les médecins ont déclaré que son cancer du sein de stade 3 était lié à un trouble de l’œstrogène, qui nécessitait de « désactiver » les fonctions de ses ovaires.

Luttant pour supporter les traitements douloureux, elle a eu des visions effrayantes de ses propres funérailles. Heureusement, au cours des jours les plus sombres de sa vie, elle a découvert l’espoir sous la forme d’une ancienne pratique de cultivation de l’esprit et du corps. Depuis, non seulement elle n’a plus de cancer, mais elle a également donné naissance à son troisième enfant, bien qu’on l’ait prévenue que sa grossesse pourrait déclencher une rechute du cancer du sein.

Thu Hien Ta, 33 ans, originaire du district de Lam Thao, dans la province de Phu Tho, dans le nord du Vietnam, est une chanteuse et une artiste de scène talentueuse qui gère aussi une petite entreprise familiale. Elle a expliqué à Epoch Times comment le Falun Gong – un système de méditation d’amélioration personnelle basé sur les valeurs fondamentales « être vrai, être bon et endurer » – l’a aidée à gagner la bataille la plus difficile de la vie.

Mon cancer a disparu juste après avoir pratiqué le Falun Gong. Ma grossesse n’était ni permise par mes médecins, ni attendue, mais c’était vraiment un miracle. – THU HIEN TA DU VIETNAM

La méthode spirituelle du Falun Gong a été présentée au public en 1992 en Chine. À la fin des années 1990, environ 70 millions de personnes pratiquaient le Falun Gong rien qu’en Chine, en raison de ses bienfaits pour la santé. Selon plusieurs enquêtes menées par l’État à la fin de 1998, les autorités chinoises ont conclu que les personnes pratiquant le Falun Gong avaient signalé une « amélioration notable » de leur santé. « Les symptômes de leurs différentes maladies se sont améliorés ou ont totalement disparu », rapporte Minghui.org.

Malheureusement, le régime communiste n’a pas tenu compte de tous ces points positifs et a lancé une campagne de persécution en juillet 1999 pour tenter d’éradiquer ce système de méditation pacifique, et la persécution se poursuit à ce jour. Au cours de ces 21 années de persécution, des dizaines de milliers de pratiquants ont été arrêtés, emprisonnés et même tués pour leur croyance. Ironiquement, le Falun Gong s’est développé dans le reste du monde, avec actuellement plus de 100 millions de personnes de tous horizons qui le pratiquent.

Thu Hien Ta, 33 ans, pratique le cinquième exercice du Falun Gong. (Avec l’aimable autorisation de Thu Hien Ta)

Un diagnostic troublant

Après la naissance de sa deuxième fille en 2015, Hien a commencé à ressentir une sensation étrange dans son corps.

Elle a remarqué une bosse sur son sein droit, qui était initialement petite et dure, mais en peu de temps, elle pouvait sentir que la bosse avait grossi. Ressentant une fatigue inhabituelle dans son corps, Hien s’est rendue à l’hôpital national du cancer du Vietnam pour un contrôle et a reçu la nouvelle dévastatrice qu’elle avait un cancer du sein de stade 3.

« Le diagnostic a été une sentence de mort pour moi », a déclaré Hien. « J’avais l’impression de tomber dans un trou profond et de ne pas trouver la sortie. »

Les médecins lui ont conseillé de se faire opérer immédiatement, et Hien a eu l’impression que le monde qui l’entourait s’effondrait. Inquiète pour l’avenir de ses deux jeunes filles, la jeune mère a senti un sentiment de désespoir extrême planer sur elle.

« J’ai reçu le diagnostic un an après le décès de ma belle-mère à cause d’un cancer du sang », dit-elle. « Tout s’est effondré devant mes yeux. J’avais l’impression que c’était la fin pour moi. Les membres de ma famille étaient tous sous le choc et désespérés. »

Hien a dit que son état ne s’était pas amélioré de façon prometteuse après la première opération. Elle avait déjà perdu beaucoup de sang, et la tumeur avait grossi et s’était élargie ; les médecins ont suggéré une deuxième opération. Hien se souvient que la date de son opération marquait l’anniversaire de la mort de sa belle-mère. Comme tout le monde était occupé à la maison, Hien se sentait seule et pitoyable à l’hôpital.

Hien avait perdu tous ses cheveux lors d’un traitement de chimiothérapie en 2015. (Avec l’aimable autorisation de Thu Hien Ta)

Hien a décrit la période de chimiothérapie comme la « partie la plus difficile » de la bataille contre le cancer qui a anéanti sa santé, entraînant une douleur et une fatigue immenses.

« J’ai enduré 8 séances de thérapie chimique, et mes ovaires ne devraient pas être fonctionnels pendant 5 ans, ce qui signifie que je n’allais pas pouvoir avoir de bébés pendant 5 ans », a-t-elle déclaré.

Le traumatisme de santé l’a laissée avec des peurs tenaces qui ont dominé son esprit ; elle a lutté avec acharnement pour sortir des pièges destructeurs des défis mentaux et émotionnels.

« Je ne trouvais aucune lumière pour éloigner mes peurs », se souvient-elle. « Les images de mes propres funérailles et de mes filles manquant leur mère me hantaient toutes les nuits, et je ne pouvais pas dormir. »

En regardant son mari et ses enfants, les yeux de Hien se remplissaient de découragement. Malgré la fatigue physique et mentale, elle a essayé de s’en sortir pour sa famille. « Je me suis dit que je devais être forte et j’ai continué sans me soucier du temps qu’il me restait à vivre », a déclaré Mme Hien.

Cependant, au cours de ses dernières séances de chimiothérapie, Hien a voulu abandonner.

« Mon corps physique et mon esprit avaient atteint leurs limites après avoir enduré des souffrances pendant si longtemps », a-t-elle déclaré. « J’ai constamment vomi pendant 48 heures et je ne pouvais rien manger ni boire. Je me souviens avoir supplié mon mari de me laisser mourir.

« Les membres de ma famille ont eu le cœur brisé en voyant mes souffrances. Ils ont regardé mes deux filles et se sont inquiétés, pensant que mon temps touchait à sa fin. »

(Avec l’aimable autorisation de Thu Hien Ta)

Le tournant décisif

Après avoir subi la huitième série de chimiothérapie, en octobre 2015, Hien est rentrée chez elle où elle a rencontré sa cousine, Minh Huyen Nguyen. Cette dernière, âgée de 64 ans, venait de prendre sa retraite en tant qu’enseignante à l’époque et « paraissait beaucoup plus jeune que son âge ».

Hien a raconté que sa cousine lui a tendu le livre intitulé Zhuan Falun et lui a dit que cette littérature spirituelle l’aiderait à sortir des périodes sombres et difficiles.

« Zhuan Falun est le livre principal du Falun Gong, une pratique spirituelle bouddhiste ancestrale qui repose sur les principes de véracité, de compassion et d’abstention », a déclaré Hien.

« Elle m’a dit avec délicatesse que c’était le livre le plus précieux, qu’il m’aiderait pendant cette période difficile, et que je devais lire le livre et croire en ce qui y était dit. »

Hien a déclaré qu’avant son combat contre le cancer, elle ne croyait pas à la spiritualité et, comme tous les non-croyants, ne pensait pas beaucoup aux choses qui dépassaient la science. Cependant, après avoir entendu parler des « profonds bénéfices pour la santé » que sa cousine avait expérimentés, Hien a décidé d’essayer la pratique spirituelle, espérant initialement obtenir quelques jours de plus à vivre avec sa famille.

« Après avoir lu le livre en entier, j’ai senti que mon corps était aussi léger qu’un nuage. Pendant mon sommeil, j’avais l’impression que mon corps pouvait léviter », se souvient-elle. « Et le plus miraculeux ? Toutes les maladies, les peurs et l’obsession de mourir qui m’avaient hantée avaient maintenant complètement disparu et n’apparaissaient plus dans mon esprit. »

Hien, lisant Zhuan Falun, le principal livre spirituel du Falun Gong. (Avec l’aimable autorisation de Thu Hien Ta)

Hien a déclaré qu’en pratiquant les cinq exercices doux du Falun Gong, elle a commencé à remarquer des « changements significatifs » dans son corps.

« Mon cancer a disparu juste après avoir pratiqué le Falun Gong », a déclaré Hien. « Je pouvais le sentir grâce aux changements significatifs à l’intérieur de mon corps. J’ai subi un contrôle dans un hôpital militaire, et le médecin a dit que l’ensemble de mon bilan sanguin était bien meilleur que la normale. C’est vraiment un miracle.

« J’ai été touchée par les principes fondamentaux enseignés dans le livre. Ma vision de la vie et du monde a pris un virage à 180 degrés. Je crois maintenant en l’existence du divin, que tout a sa relation prédestinée », a-t-elle ajouté.

« J’espère que tout le monde aura la même chance que moi. »

Trois mois après avoir pratiqué le Falun Gong, Hien a connu « un autre miracle », comme elle l’appelle. Elle est tombée enceinte de son troisième enfant malgré le fait que les médecins l’avaient déjà inscrite au plan de traitement de cinq ans contre le trouble œstrogénique en lui administrant la première injection pour mettre fin à la fonction de ses ovaires.

« J’ai reçu la première injection du traitement. Mon médecin m’a conseillé de ne pas tomber enceinte ou accoucher, car cela pouvait augmenter le risque de voir le cancer revenir et même me coûter la vie », a-t-elle déclaré.

« Cependant, après avoir pratiqué le Falun Gong, ma santé physique et mentale s’est améliorée. J’ai complètement cessé de me considérer comme une patiente. Ma grossesse n’était ni autorisée [par mon médecin] ni attendue, mais c’était vraiment un miracle. »

Hien a décidé de poursuivre sa grossesse, bien que sa famille lui ait demandé d’avorter. « Ma famille a parlé de femmes qui étaient dans la même situation et qui sont décédées avant d’avoir accouché », se souvient-elle.

Le mari de Thu Hien Ta avec leurs trois filles. (Avec l’aimable autorisation de Thu Hien Ta)

« Le livre Zhuan Falun enseigne la relation prédestinée et les origines des vies, alors j’ai chéri le petit être à l’intérieur de mon utérus et j’étais consciente que le bébé était arrangé pour venir dans ma vie et ma famille.

« J’ai décidé de garder le bébé. Mon mari a soutenu ma décision. »

Hien a déclaré que tout au long de sa grossesse, elle était normale et remplissait tous ses devoirs, s’occupant de la famille et accomplissant les tâches ménagères.

Cependant, à l’approche de la date prévue, une radiographie a révélé que le cordon ombilical était enroulé autour du cou du bébé, et le personnel médical lui a suggéré de subir une opération. Hien dit avoir gardé son calme et sa confiance en la vie. Quelques heures plus tard, une magnifique petite fille est née sans aucune opération, pesant 4 kg.

« Aujourd’hui, ma fille a 4 ans, elle est en bonne santé, intelligente et adorable », dit-elle. « Le médecin, mes proches et mes amis ont tous été témoins du miracle du Falun Gong. »

Ayant retrouvé la santé et la vie, Hien dit qu’elle veille à bien guider ses enfants et à leur enseigner l’importance de s’accrocher à la moralité et à la foi.

(Avec l’aimable autorisation de Thu Hien Ta)

« J’aide mes filles à discerner le bien du mal, à réaliser que tout a son côté négatif et positif. Petit à petit, elles prennent l’habitude de se corriger lors des conflits. La sincérité, la compassion et la tolérance ont pris racine dans l’âme de mes filles. »

À ceux qui traversent peut-être une bataille similaire à celle qu’elle a surmontée, Hien suggère de « planter les graines de la bonté dans votre famille et pour le monde entier. Que le pouvoir de la compassion vous aide à tout surmonter ».

« J’espère que tout le monde pourra avoir la même chance que moi », conclut Hien.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ