Joe Biden affirme qu’un homme d’origine africaine, et non un « Blanc nommé Edison », a inventé l’ampoule électrique

Par Tom Ozimek
7 septembre 2020
Mis à jour: 7 septembre 2020

Le candidat démocrate à la présidence Joe Biden a affirmé jeudi lors d’une réunion communautaire dans le Wisconsin qu’un homme d’origine africaine avait inventé l’ampoule électrique, et non « un Blanc nommé Edison ».

M. Biden a fait ces remarques dans le contexte d’un appel à une prise en compte du racisme et d’une exhortation à l’Amérique à affronter son « péché originel – l’esclavage – et tous les vestiges de celui-ci ». Il a ensuite suggéré que les récits historiques ont été falsifiés pour des raisons racistes.

« Les gens craignent ce qui est différent. Nous devons, par exemple… pourquoi, au nom de Dieu, n’enseignons-nous pas l’histoire dans les cours d’histoire ? C’est un Noir qui a inventé l’ampoule, pas un Blanc du nom d’Edison », a déclaré M. Biden. « Il y a tellement de choses – déjà, est-ce que quelqu’un sait ce qui s’est passé récemment ? que Black Wall Street en Oklahoma a été réduit en cendres ? Quelqu’un sait-il ces choses ? Parce que nous ne les enseignons pas. Nous devons donner des faits aux gens. Leur apprendre ce qui se passe dans le monde. »

Les archives historiques montrent que si Thomas Edison est universellement crédité d’avoir inventé l’ampoule électrique, un inventeur d’origine africaine du nom de Lewis Latimer a amélioré l’invention d’Edison et a contribué à la rendre plus largement disponible. Latimer, qui était membre de l’équipe de recherche d’élite d’Edison et détenait lui-même de nombreux brevets, a créé une ampoule qui avait un filament de carbone plus durable. Il a été intronisé au National Inventors Hall of Fame en 2006 pour ses travaux sur les techniques de fabrication de filaments électriques.

Joe Biden s’est rendu à Kenosha à la suite des troubles déclenchés par la fusillade de Jacob Blake lors d’un affrontement avec la police, au cours duquel il a reçu plusieurs balles dans le dos. Blake, qui a résisté à l’arrestation et n’a pas pu être maîtrisé même après avoir reçu une décharge électrique au Taser, faisait l’objet d’un mandat d’arrêt pour suspicion d’agression sexuelle.

Un véhicule blindé de la police patrouille à une intersection au moment où un bâtiment incendié par des émeutiers brûle à Kenosha, Wisconsin, le 24 août 2020. (Brandon Bell/Getty Images)

Les protestations qui ont suivi la fusillade, qui a laissé Blake paralysé jusqu’à la taille, ont dégénéré en violentes émeutes, qui ont culminé avec un incident tragique au cours duquel un jeune de 17 ans armé d’un fusil semi-automatique a tué deux personnes et en a blessé une autre alors qu’il était poursuivi et peut-être attaqué.

Affirmant que « toute forme de violence est condamnable », M. Biden a reproché au président Donald Trump d’avoir enflammé les divisions dans le pays et a appelé ses partisans à intensifier leurs efforts pour « éliminer une autre tranche du racisme institutionnel ».

« Je pense que nous n’avons pas d’autre choix que de nous battre. Je pense que nous n’avons pas d’autre choix que de nous battre à nouveau. Je pense que nous n’avons pas d’autre choix que d’aller dire la vérité », a déclaré Joe Biden.

Lors d’une précédente intervention à Pittsburgh, M. Biden avait également accusé le président d’alimenter la division, avant de dire que la violence ne cesserait pas si Trump était réélu.

Le président Donald Trump s‘est rendu à Kenosha plusieurs jours avant M. Biden, pour constater les dégâts infligés à la ville par les manifestants et pour exprimer son soutien aux efforts de reconstruction. Le procureur général William Barr faisait partie des fonctionnaires de l’administration qui ont accompagné M. Trump au cours de ce voyage.

Lors d’une table ronde sur la sécurité des communautés, M. Barr a dénoncé la violence, disant qu’il s’agissait d’un autre « détournement » de protestations par un « groupe de radicaux purs et durs ».

« Ce sont les mêmes personnes, dont beaucoup sont venues de l’extérieur de la ville. Sur 175 arrestations, 100 venaient de l’extérieur de la ville », a déclaré M. Barr. « Ce sont les mêmes personnes qui utilisent les mêmes tactiques qui ont été utilisées dans différentes villes : Washington, Atlanta, Chicago, maintenant Kenosha, Portland.

« Et ils utilisent ces tactiques de black-bloc, lançant des projectiles sur la police et essayant littéralement d’infliger des blessures à la police, des incendies criminels et des émeutes », a ajouté M. Barr.

Avant la visite de M. Trump, le gouverneur du Wisconsin, Tony Evers, un démocrate, a exhorté le président à ne pas se rendre à Kenosha, affirmant qu’une comparution en personne conduirait à de nouvelles divisions.

FOCUS SUR LA CHINE –  Un porte-parole chinois sous le feu des critiques

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ