Joe Biden fait peser une menace sur la sécurité nationale

Par Brian Cates
30 novembre 2020
Mis à jour: 30 novembre 2020

Comme je l’ai dit dans une chronique précédente, selon des preuves accessibles au public, la famille Biden était peut-être une menace pour la sécurité nationale alors que Joe Biden était vice-président des États-Unis. Et nous n’avons même pas encore pris connaissance de toutes les preuves qui se trouvaient sur l’ordinateur portable apparemment abandonné de Hunter Biden.

Si la famille Biden devait s’installer à la Maison-Blanche, tous les problèmes qui en faisaient auparavant une menace pour la sécurité nationale ne feraient pas que resurgir, la menace serait également renforcée du fait que M. Biden occuperait un poste beaucoup plus important et conséquent.

Même sans tenir compte des affaires louches que la famille Biden menait dans des pays tels que la Chine, l’Irak et l’Ukraine, des problèmes de sécurité majeurs existent toujours.

Il n’y a pas de manière élégante pour le dire : Hunter Biden est une menace de chantage. Compte tenu de ce qui a déjà été révélé par son ordinateur portable, il ne fait presque aucun doute que le jeune Biden serait une cible de choix pour les services de renseignements étrangers – et ce, en supposant qu’il n’ait pas déjà été compromis.

Les histoires de copinage des Biden ont toujours été des « secrets de polichinelle »

Les relations de copinage de la famille Biden ont toujours été l’un des plus grands secrets de polichinelle de Washington. Tout le monde était au courant, on en parlait, et des articles étaient publiés sur le sujet dans les grands médias. Mais rien n’a jamais été fait pour y remédier.

De nombreux articles ont été écrits, et des « questions troublantes » ont été brièvement posées en 2012, lorsque Jim Biden s’est vu attribuer un contrat de construction de 1,5 milliard de dollars en Irak alors que Joe Biden était l’homme de main de l’administration Obama. Cela s’est produit alors que Jim Biden ne possédait aucune expérience préalable dans le secteur de la construction.

Puis, en avril 2014, Hunter Biden a apparemment obtenu un poste extrêmement lucratif au sein du conseil d’administration d’une entreprise énergétique ukrainienne appelée Burisma. Cela s’est produit quelque temps après la désignation de son père au poste de haut responsable de la Maison-Blanche pour gérer les affaires ukrainiennes. À l’époque, plusieurs articles de presse ont été publiés qui ont provisoirement souligné que le jeune Biden n’avait absolument aucune expérience dans le domaine de l’énergie.

Ainsi, bien que Jim Biden n’ait eu aucune expérience dans le domaine de la construction et que Hunter Biden n’ait aucune compétence dans le secteur de l’énergie, des contrats commerciaux lucratifs et des postes au sein de conseils d’administration leur ont été publiquement attribués. Il n’est pas difficile de comprendre pourquoi. Cela avait beaucoup plus à voir avec leur nom de famille qu’avec leurs compétences ou leurs antécédents professionnels.

Cela semblait mauvais à l’époque, et des questions ont donc été soulevées. Mais Joe Biden utilisait une tactique classique qui lui avait bien servi pendant de longues années, chaque fois qu’un journaliste l’encombrait en osant l’interroger sur ces conflits d’intérêts flagrants.

Le vice-président niait haut et fort l’existence de ces conflits d’intérêts et déclarait qu’il n’avait jamais parlé de ces affaires ou emplois à l’étranger avec les membres de sa famille. Joe Biden disait simplement qu’il n’avait rien à voir avec tout cela, que la famille n’en parlait jamais et que la question allait donc se régler, du moins pour un temps.

Cette ligne de défense a toujours été absurde, et elle l’est encore plus aujourd’hui compte tenu de ce que l’ordinateur portable et les dénonciateurs tels que Tony Bobulinski ont révélé.

Malgré ces récents développements, Joe Biden s’est obstiné à ne pas apporter de nouvelles réponses à ces questions importantes. Il émet des démentis de plus en plus furieux, puis passe rapidement à autre chose.

Joe Biden, le meneur enthousiaste du régime du PCC

Plus on en apprend, plus il devient probable que Joe Biden soit indûment influencé par le régime de Pékin. Il a toujours été l’un des plus enthousiastes meneurs du Parti communiste chinois (PCC) au sein de l’élite politique.

Depuis la visite historique de l’ancien président Richard Nixon en Chine en 1972 (qui se trouve être aussi le moment où Joe Biden est entré pour la première fois au Sénat américain), des visions d’exploitation des vastes marchés chinois ont dansé dans la tête des puissants courtiers américains de Washington et de Wall Street.

La récente pandémie, l’écrasement des manifestations pour la démocratie à Hong Kong, les mauvais traitements envers le peuple ouïgour et la lâcheté de la ligue nationale de basket-ball (NBA) sont la dure réalité de ce que la cupidité de certains a entraîné. Les politiciens et les entreprises américaines se sont agenouillés devant de véritables tyrans depuis un certain temps déjà ; ce comportement exécrable n’a tout simplement pas attiré beaucoup d’attention jusqu’à cette année.

Ce n’est que lorsque Donald J. Trump a remporté l’élection présidentielle de 2016 que les activités subversives de la Chine aux États-Unis et ailleurs ont connu un sérieux revers.

Des décennies ont été consacrées à la délocalisation d’industries américaines clés vers des nations étrangères comme la Chine. Aujourd’hui, pour des raisons de sécurité nationale vitales au lendemain de la pandémie du virus du PCC, le président américain Donald Trump a entamé un processus de séparation indispensable avec la Chine, en ramenant ces industries aux États-Unis.

Cette politique de Donald Trump explique que de nombreuses élites politiques du Congrès américain, des groupes de réflexion de Washington et des cabinets de lobbying de Wall Street veulent désespérément arrêter cette politique. Ces personnes ont passé les dernières décennies à être récompensées de manière très lucrative pour avoir supervisé le démantèlement de l’industrie américaine et l’avoir expédiée dans des endroits comme la Chine.

Joe Biden a déjà clairement fait savoir que s’il prenait le pouvoir à la Maison-Blanche, il entendait bien renverser toute la politique étrangère de Donald Trump vis-à-vis de l’Iran, de la Russie et probablement de la Chine.

Rien que pour cette raison, je crois qu’il est impératif que Donald Trump l’emporte dans ses poursuites judiciaires et que Joe Biden ne devienne jamais le président des États-Unis d’Amérique.

Biden promet un renversement complet de toutes les politiques clés

Joe Biden n’a pas hésité à se vanter de ce qu’il fera s’il entre à la Maison-Blanche. Il commencera à renverser complètement à peu près toutes les politiques clés adoptées par Donald Trump depuis quatre ans. Les implications en seraient stupéfiantes.

Par exemple, il est difficile de voir comment l’un des nouveaux accords de paix entre Israël et ses voisins arabes survivrait au mandat de Joe Biden. Il a pleinement l’intention de s’allier à nouveau avec l’Iran en rétablissant les marchés avec ce pays.

Joe Biden s’est également vanté de vouloir inverser complètement les politiques d’immigration de Donald Trump, arrêter la construction du mur frontalier et rouvrir les frontières.

En matière d’économie, le conseiller de Biden parle de confiner la population à l’échelle nationale, ce qui durerait de 4 à 6 semaines. Cela anéantirait le récent redressement de l’économie et la ferait couler jusqu’au fond, peut-être au point de ne jamais pouvoir se redresser.

Bien entendu, Joe Biden n’aurait aucune autorité constitutionnelle pour ordonner un confinement national, tout comme il n’aurait aucune autorité pour instituer l’obligation du port du masque dont il parle souvent. Mais nous savons tous qu’à ce stade, les gouverneurs des États bleus et les maires des grandes villes démocrates feront ce qui leur sera demandé.

Il est donc absolument impératif que Joe Biden n’entre jamais à l’intérieur du Bureau ovale. Les semaines à venir jusqu’au 14 décembre, date à laquelle le collège électoral devrait voter, vont être cruciales pour déterminer le sort de cette République – et d’une grande partie du reste du monde.

Brian Cates est un écrivain du sud du Texas et l’auteur de Nobody Asked my Opinion… But Here is it Anyway (personne ne m’a demandé mon avis… mais le voici quand même !).

Nouvel Horizon – Traitement Covid-19 : les revirements

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l’auteur et ne reflètent pas nécessairement celles d’Epoch Times.

Faire un don à Epoch Times

Soutenez le journalisme honnête

RECOMMANDÉ