Une journaliste d’Epoch Times harcelée par un inconnu à Hong Kong

Par Frank Yue
1 mai 2021
Mis à jour: 1 mai 2021

Une journaliste de l’édition de Hong Kong d’Epoch Times affirme avoir été récemment suivie dans la rue par un homme non identifié.

La journaliste locale Sarah Liang s’est rendue dans un magasin pro-démocratie pour réaliser une interview dans l’après-midi du 26 avril. Lorsqu’elle est sortie de la station MTR Prince Edward, elle a trouvé un homme d’âge moyen qui la suivait, portant un chapeau et des écouteurs.

Liang a fait exprès de faire plusieurs fois le tour du quartier pour le déstabiliser.

« Il semblait savoir où j’allais précisément », a déclaré Liang, « car il est entré directement dans le magasin que je devais visiter alors qu’il ne pouvait pas me voir. »

Liang a confronté l’homme et l’a interrogé tout en enregistrant avec son téléphone portable, en disant : « Pourquoi me suivez-vous ? »

L’homme s’est éloigné, niant l’accusation, disant : « Je ne vous connais pas. »

« Alors pourquoi m’avez-vous suivie ici depuis la gare de Prince Edward Station si vous ne me connaissez pas ? » Liang a demandé. « Êtes-vous un journaliste de Ta Kung Pao ? »

Ta Kung Pao est un journal vétéran pro-Pékin, affilié au bureau de liaison du gouvernement central du peuple à Hong Kong.

Après cela, l’homme a soudainement commencé à sprinter. Liang a essayé de le poursuivre, en criant à nouveau sa question. L’homme s’est rapidement enfui.

Liang a pensé que l’homme devait se sentir gêné par ce qu’il faisait. « Si je m’étais trompée sur lui, il aurait pu tirer les choses au clair et se défendre. Pourquoi s’est-il enfui ? » a-t-elle dit.

Selon elle, « Ta Kung Pao est un porte-voix du PCC », ajoutant que le journal avait publié un article appelant le gouvernement de Hong Kong à interdire Apple Daily le 20 avril.

Les médias pro-Pékin et les représentants du gouvernement de Hong Kong ont décidé de fermer le journal local indépendant Apple Daily, l’un des derniers médias libres de la ville.

Apple Daily a été fondé par le magnat des médias de Hong Kong Jimmy Lai, qui a été condamné le 16 avril à 14 mois de prison pour avoir participé aux manifestations anti-Pékin et pro-démocratie de Hong Kong en 2019.

Sarah Liang (g) et sa collègue protestent contre la suppression de la liberté de la presse par le PCC, à Hong Kong, le 26 avril 2021 (Sarah Liang/The Epoch Times)

Ce n’était pas la première fois que la journaliste d’Epoch Times était harcelée.

Deux jours plus tôt, le 24 avril, un livreur autoproclamé est entré dans l’immeuble de Liang après avoir enregistré son nom comme étant « Liao » à l’entrée.

L’homme est monté à l’étage et a frappé à la porte du domicile de Liang, prétendant qu’un ami étranger, nommé Cheng, lui avait confié la livraison d’un gros colis qui se trouvait en bas.

Liang a répondu qu’elle n’avait pas un tel ami.

L’homme a demandé : « Vous êtes bien Sarah Liang ? »

Liang a enchaîné en lui demandant qui il était, quel était le numéro de téléphone de son ami Cheng, et quel était le colis.

L’homme n’arrêtait pas de begayer et ne pouvait pas s’expliquer.

« Es-tu un espion du PCC ? » a demande Liang. L’homme n’a pas répondu directement et a juste dit qu’il avait enregistré son nom en bas.

Après le départ de l’homme, Liang est sortie et a pris une photo de lui. Elle n’a pas trouvé de colis.

Liang est convaincue que l’homme est simplement venu confirmer son adresse.

« J’ai l’impression que le PCC m’intimide, en me signifiant : ‘Vous êtes dans notre mire.’ Ils ont réussi à trouver mon adresse. C’est extrêmement maléfique. Nous n’avons rien fait de mal. Nous nous consacrons simplement à couvrir la vérité », a déclaré Mme Liang.

Elle a également mentionné des incidents visant Epoch Times à Hong Kong.

Le 19 novembre 2019, quatre incendiaires masqués sont entrés dans une imprimerie appartenant à Epoch Times à Tsuen Wan, à Hong Kong, et ont allumé un feu qui a endommagé le matériel d’impression.

Aux premières heures du 12 avril de cette année, quatre intrus ont à nouveau fait irruption dans l’imprimerie et ont utilisé des masses pour endommager des ordinateurs et du matériel d’impression, puis ont volé un ordinateur dans leur fuite.

Cheryl Ng, porte-parole de l’édition de Hong Kong, a déclaré que cette tactique était caractéristique du PCC et qu’elle avait pour but de réduire au silence un média indépendant qui traite de sujets qui ne correspondent pas à la vision du régime communiste.

Le 27 avril, Liang s’est rendue au poste de police de Mong Kok pour signaler l’incident de sa traque et demander une enquête afin d’assurer la sécurité de sa famille.

Dans le même temps, elle a fermement condamné la suppression de la liberté de la presse et l’intimidation des journalistes par le PCC à Hong Kong. Elle a déclaré qu’elle continuerait à défendre la liberté d’expression dans la ville et qu’elle ne renoncerait jamais à couvrir la vérité en tant que journaliste.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ