Des journalistes de BFMTV et des médecins surpris dans un restaurant clandestin à Paris

Par Léonard Plantain
6 mars 2021
Mis à jour: 6 mars 2021

Selon une information rapportée par Le Canard enchaîné dans son édition du mercredi 3 mars, une vingtaine de journalistes du groupe Altice (BFM, RMC, SFR) ainsi que des médecins se sont retrouvés dans un restaurant clandestin à proximité du siège de BFMTV, à Paris.

Dans la nuit du 24 février, en plein couvre-feu, plusieurs personnes ont été découvertes en train de dîner dans le restaurant Aux 3 Présidents, un établissement collé au siège de BFMTV dans le 15e arrondissement de Paris.

Selon Le Canard enchaîné, il s’agissait de journalistes et des « consultants santé » de la chaîne d’info de BFM, ainsi que « des cadors de l’Assistance publique hôpitaux de Paris et un gradé de la brigade des sapeurs-pompiers de Paris ». De plus, le magazine Capital a ajouté que les murs du restaurant étaient détenus par Patrick Drahi, patron du groupe Altice (BFM, RMC, SFR, etc.).

Après constatation des faits par la police, le chef du restaurant a été placé en garde à vue pour « mise en danger de la vie d’autrui » en raison de l’épidémie de Covid-19, a relaté Midi libre, et toutes les personnes présentes ont été verbalisées.

Le magazine Capital a également précisé que ce restaurant, qui se veut « à la mode et au carrefour des grands médias », n’aurait en réalité jamais fermé ses portes.

De son côté, le directeur de BFMTV, Marc-Olivier Fogiel, a démenti et a déclaré sur Twitter que « contrairement aux rumeurs, je tiens à préciser qu’aucun journaliste ni consultant de BFMTV n’a été arrêté dans un restaurant clandestin à Paris fin février ».

Selon Le Canard enchaîné, il pourrait alors s’agir de « techniciens de production d’Altice et des intermittents, des journalistes sportifs de RMC Sport et des ex de Mediapro, ainsi que des personnels médicaux, non pas consultants de BFMTV, mais venant de l’hôpital Pompidou (situé juste à côté) ».

Au final, une vingtaine de personnes ont reçu l’amende de 135 euros pour non-respect du confinement.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Vous pouvez nous aider à vous tenir informés

Pourquoi avons-nous besoin de votre soutien ? Parce que Epoch Times est un média indépendant ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Un journalisme indépendant et gratuit est de plus en plus difficile à obtenir en ces temps où la vérité est à la fois de plus en plus nécessaire et de plus en plus censurée. C’est pourquoi nous avons besoin de votre soutien. Chaque don est important et vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66%.

RECOMMANDÉ