Des jumeaux adoptés séparément à la naissance se retrouvent près de 50 ans plus tard à sept pâtés de maisons l’un de l’autre

Par Jenni Julander
2 avril 2021
Mis à jour: 2 avril 2021

Après avoir accédé à ses dossiers d’adoption en 2019, une femme de l’Indiana a appris l’existence de son frère jumeau. Cependant, ce n’est que cette année qu’elle a découvert que son frère avait vécu à seulement sept pâtés de maisons, et avait même fréquenté le même collège et le même lycée.

« Il est mon autre moitié, dont j’ai ignoré l’existence pendant 50 ans », a déclaré Karen Warner à Epoch Times. « Nous nous habituons lentement à cette découverte. »

(Avec l’aimable autorisation de Karen Warner)

Karen, 51 ans, originaire d’Elwood, est née en novembre 1969 et a été adoptée alors qu’elle n’avait que 3 mois. Cependant, ce n’est qu’à l’âge de 8 ou 9 ans qu’elle a pris conscience de son adoption. Elle a écrit dans Newsweek que cela ne l’a jamais dérangée ; elle a toujours supposé qu’il pouvait y avoir une bonne raison pour cela et que cela lui convenait.

Ce qu’elle n’a pas su au fil des ans, en revanche, c’est qu’elle avait aussi un jumeau.

(Avec l’aimable autorisation de Karen Warner)
(Avec l’aimable autorisation de Karen Warner)

Lorsque l’État de l’Indiana a adopté en 2018 une loi permettant aux personnes d’accéder à leurs dossiers d’adoption si elles sont nées avant le 1er janvier 1994, la curiosité l’a emporté.

Karen a contacté le ministère de la Santé de l’État de l’Indiana et a reçu ses dossiers en avril 2019. Elle fut ravie de découvrir que sa mère biologique avait donné naissance à des jumeaux.

« J’ai commencé à penser que ce qui me manquait peut-être depuis toujours, c’était mon jumeau, et je ne le savais pas, et je ne voulais plus ressentir ce vide », a déclaré Karen dans une interview avec Fox59.

Karen s’est immédiatement mise en action et a commencé à chercher son frère. Cette mère de trois enfants a contacté l’Indiana Adoptee Network. Au cours des mois suivants, elle a collaboré avec des personnes faisant de la recherche, fait un test ADN sur Ancestry.com et même engagé un détective privé.

Mais en vain, et dès l’été de l’année suivante, elle s’est retrouvée dans une impasse.

« En fin de compte, ma recherche n’a abouti à rien parce que nous n’avions pas de nom ou d’informations sur l’endroit où se trouvait mon frère », a déclaré Karen à Newsweek.

En novembre 2020, Karen s’est rendue au bureau d’un administrateur local pour obtenir de l’aide concernant une facture d’électricité. Il s’est avéré que le syndic suivait l’histoire de Karen et a suggéré de faire une recherche dans les registres électoraux de l’État, et c’était le coup de chance dont elle avait besoin. Peu après, elle a trouvé les noms de trois hommes qui avaient la même date de naissance qu’elle et qui étaient nés dans le même hôpital qu’elle.

Elle connaissait déjà deux de ces noms, qu’elle avait déjà déterminés n’avoir aucun lien de parenté avec elle, grâce à l’aide de personnes faisant des recherche en matière d’adoption. Le troisième nom, Michael Jackman, est celui d’une personne qu’elle a connue au collège et au lycée. Ils étaient aussi tous les deux dans le même groupe. Michael jouait de la batterie, et Karen de la clarinette. Cependant, ils n’étaient que des connaissances et n’avaient jamais traîné ensemble.

(Avec l’aimable autorisation de Karen Warner)

Karen lui a alors envoyé un message sur Facebook et lui a posé trois questions : s’il avait été adopté, et s’il connaissait le nom de sa famille biologique et l’hôpital où il était né.

Michael a répondu qu’il était effectivement adopté. Il a confirmé être né au Saint John’s Hickey Memorial Hospital et que sa famille biologique s’appelle Cunningham, comme celle de Karen.

Ses réponses correspondaient à tout ce que Karen recherchait.

« Je me suis arrêtée et j’ai dit : ‘Oh mon Dieu, je crois que tu es mon frère jumeau' », raconte Karen. « Michael m’a dit qu’il tremblait, mais il m’a donné son numéro de téléphone et m’a demandé de l’appeler. »

(Avec l’aimable autorisation de Karen Warner)

Ils ont découvert plus tard que non seulement ils vivaient à sept pâtés de maisons l’un de l’autre, mais que Michael avait même vécu dans le même immeuble que Karen des années auparavant ; il avait déménagé juste avant qu’elle n’emménage.

Les frères et sœurs s’étaient croisés toute leur vie, mais ignoraient totalement qu’ils étaient jumeaux.

« J’étais bouleversé », a déclaré Michael à Fox59. « Disons-le comme ça. »

(Avec l’aimable autorisation de Karen Warner)

Maintenant, après avoir confirmé leur relation par un test ADN, les jumeaux passent du temps ensemble et apprennent à mieux se connaître.

« J’avais l’impression que quelque chose me manquait, et maintenant elle est là », ajoute Michael.

Karen a fait écho aux mêmes sentiments que Michael. « J’ai pensé que si je pouvais le retrouver, cela comblerait ce vide, et c’est ce qui s’est passé », a-t-elle ajouté.

Récemment, ils ont découvert qu’ils avait aussi trois demi-frères et sœurs biologiques.

Michael avec sa fille Jerica, et Karen. (Avec l’aimable autorisation de Karen Warner)
Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Vous pouvez nous aider à vous tenir informés

Pourquoi avons-nous besoin de votre soutien ? Parce que Epoch Times est un média indépendant ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Un journalisme indépendant et gratuit est de plus en plus difficile à obtenir en ces temps où la vérité est à la fois de plus en plus nécessaire et de plus en plus censurée. C’est pourquoi nous avons besoin de votre soutien. Chaque don est important et vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66%.

RECOMMANDÉ