Des jumeaux miraculés nés à 24 semaines ont vaincu les probabilités de survie et sont maintenant des enfants en pleine croissance

Par Epoch Times
26 juin 2020
Mis à jour: 26 juin 2020

Des jumeaux miraculés du Royaume-Uni qui ont dépassé les chances de survie après être nés à 24 semaines prouvent que la limite de l’avortement pourrait devoir être reconsidérée. Leur naissance prématurée a bouleversé leurs parents après que les médecins leur avaient dit de se préparer au pire.

Les jumeaux Charlie et Harvey Baker sont nés en mai 2017 et pesaient respectivement 624 et 567 g, environ. Les braves garçons ont surpris le personnel médical en livrant un combat fantastique, faisant la joie de leurs nouveaux parents Luci Hall et Joseph Baker.

Charlie et Harvey sont nés prématurément à 24 semaines. (Caters News)

Dans de nombreuses régions du Royaume-Uni, les avortements sont pratiqués avant la 24e semaine de grossesse. Dans certaines circonstances, les avortements peuvent avoir lieu après la 24e semaine si, par exemple, la vie de la mère est en danger ou s’il y a une forte probabilité de handicap grave chez l’enfant à naître, selon le Service national de santé (NHS).

Caters News a rapporté que le couple, qui était ensemble depuis un certain temps, a découvert qu’il attendait un bébé alors que Luci était enceinte de six semaines. Puis, un scanner de la douzième semaine a révélé que la mère, originaire de Leeds, portait des jumeaux.

Pendant sa grossesse, la future maman a appris que les garçons dans l’utérus souffraient d’une affection rare appelée le syndrome transfuseur-transfusé, ce qui signifiait que le flux sanguin était irrégulier ; ainsi, Charlie était mieux nourri que son frère.

Cependant, les choses ont pris une tournure inattendue lorsque Luci a perdu les eaux à 20 semaines, mais elle a attendu et n’a accouché qu’à 24 semaines. La mère à plein temps a déclaré : « Quand j’ai commencé à accoucher, Joseph et moi n’étions pas du tout préparés. Tout s’est passé si vite. »

Les jumeaux étaient si petits qu’ils pouvaient facilement tenir dans la paume de la mère. (Caters News)

En raison de la précocité de la naissance des jumeaux, les deux parents étaient terrifiés à l’idée que leurs nouveau-nés ne puissent y survivre. Malheureusement, après la naissance des jumeaux, maman et papa n’ont même pas eu l’occasion de tenir leurs deux précieux garçons, car ils ont été emmenés d’urgence aux soins intensifs.

En se rappelant les faits, Luci, qui n’était pas capable de réfléchir et était en état de choc à ce moment-là, a déclaré : « Nous avons pu les voir trois heures plus tard, et c’est là que ça nous a vraiment frappés. Ils étaient si petits ; vous ne pouvez même pas imaginer un bébé aussi petit. »

Elle a poursuivi : « C’était vraiment effrayant. » Comme les jumeaux étaient prématurés, on a dit à Luci et Joseph que leurs fils n’avaient qu’une faible chance de survivre. Les médecins ont estimé qu’ils ne devaient pas se projeter trop loin dans l’avenir et considérer la situation heure par heure.

(Caters News)

C’était en effet une nouvelle dévastatrice pour les nouveaux parents, qui ont dû attendre quatre semaines avant de pouvoir enfin tenir leurs enfants. Cependant, c’était un premier pas important dans leur lutte pour la vie, qui a donné à Luci et Joseph un réel espoir que les jumeaux allaient s’en sortir.

Dans les mois qui ont suivi, les petits frères ont subi une série d’interventions médicales, dont sept transfusions sanguines, et ils ont également souffert d’une bronchiolite. Les deux garçons avaient déjà vécu tant de choses dans leur petite vie. « Nous regardions nos bébés se battre pour leur vie. Vous ne pouvez pas expliquer ce que c’est que d’être dans cette situation, c’est horrible », a déclaré Luci.

Luci tenant ses deux jumeaux. (Caters News)

En septembre de cette année-là, Charlie et Harvey ont enfin pu rentrer chez eux avec leurs parents et former une famille unie, défiant toutes les difficultés et prouvant que tout le monde avait tort.

Luci a dit : « L’idée que quelqu’un puisse se débarrasser d’un bébé aussi tard est tout simplement horrible. Quand je suis rentrée à la maison, j’ai signé une pétition pour que cela change. »

Elle a ajouté : « Le fait de voir à quel point ils ont bien réussi vous fait réfléchir à la limite de l’avortement. Je n’y avais même jamais pensé, je l’acceptais, simplement. »

Cependant, un mois plus tard, Harvey a été réadmis à l’hôpital et a été séparé de ses parents et de son petit frère Charlie. Sa mère a raconté qu’il avait cessé de respirer et que ses poumons étaient devenus si faibles que son petit corps ne recevait pas assez d’oxygène. « Le manque d’oxygène a entraîné une déficience visuelle », a révélé Luci.

Pendant les mois qui ont suivi, la mère s’est débattue entre les soins à donner à Harvey à l’hôpital et à Charlie à la maison. Cependant, Harvey est revenu à la maison en mai 2018 après avoir lutté pendant la première année de sa vie.

Charlie et Harvey à 15 mois. (Caters News)

Leur joie d’aujourd’hui est bien loin des cris d’émotions qui fusaient lorsque les jumeaux ont fait leur arrivée inattendue.

Aujourd’hui, les garçons ont 3 ans et sont devenus sains et forts. Ce qu’il est advenu des jumeaux est tout simplement miraculeux. Une Luci soulagée commente : « Chaque jour, Joseph et moi sommes étonnés de voir à quel point ils vont bien tous les deux. »

Les garçons ont réussi à s’en sortir contre toute attente et ont soulevé la question de savoir si la limite de l’avortement devait être repensée par les législateurs.

Charlie et Harvey à l’âge de 15 mois avec leurs parents, Luci et Joseph. (Caters News)

« Harvey et Charlie sont la preuve qu’un bébé né à 24 semaines peut survivre », a déclaré Luci. « Je ne pouvais pas être plus fière de Charlie et Harvey, ce sont mes héros. »

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ