Des jumeaux prématurés nés à deux jours d’intervalle après l’arrêt du travail de leur mère sont maintenant en pleine croissance

Par Daksha Devnani
24 août 2020
Mis à jour: 24 août 2020

Lorsque Joanne Reilly, une mère primipare, a perdu les eaux 16 semaines plus tôt que prévu, elle était en état de choc. Mais ce qui a vraiment abasourdi la mère, qui attendait des jumeaux, est le fait qu’elle ait donné naissance aux garçons à deux jours d’intervalle.

La policière de 32 ans de Swinton, Manchester, a déclaré à l’agence de presse Caters qu’elle avait eu une grossesse plutôt facile, sans maladie ni envie bizarre, et qu’elle avait apprécié chaque seconde de celle-ci.

Joanne Reilly, enceinte de 23 semaines (Caters News)

Encore une semaine avant de perdre les eaux, Joanne se rappelle que son échographie n’avait rien montré d’anormal. « J’étais donc très confuse et paniquée lorsque j’ai perdu les eaux à 24 semaines et 5 jours », a-t-elle dit.

En janvier 2019, Joanne et son partenaire Anthony se sont précipités à l’hôpital St. Mary’s et, quelques heures plus tard, elle était déjà en travail.

Le 10 janvier à 4 h 43 du matin, Dylan est arrivé dans le monde, il pesait à peine quelque 737 g. Cependant, il était dans un « mauvais état » et devait être réanimé dans les 30 minutes suivant sa naissance.

« Nous avons failli le perdre, ce qui a été très traumatisant », a déclaré la mère des jumeaux. Après la naissance de Dylan, il a été transporté à l’unité de soins intensifs néonatals et le travail de Joanne s’est arrêté.

Dylan, 5 jours, à l’unité néonatale de soins intensifs (Caters News)

Joanne s’est préparée à pousser pour la deuxième fois, mais les heures sont passées « sans que rien se passe ». L’équipe médicale de l’hôpital a conseillé à la mère de rester alitée, car elle espérait que Joanne serait capable de garder le deuxième bébé jusqu’au terme de la grossesse, puisque ce dernier était dans sa propre poche amniotique et pourrait survivre tout seul.

« J’étais bouleversée, car j’ignorais que cela était possible », se souvient Joanne, en repensant à ce moment. « D’une certaine manière, je voulais juste que mon deuxième fils vienne aussi, parce que ça faisait bizarre d’en avoir un, mais pas l’autre. »

Pendant ce temps, la mère inquiète n’a pas été autorisée à rendre visite à Dylan à l’unité de soins intensifs néonatals, car les médecins lui ont conseillé de rester alitée pour s’assurer que le deuxième bébé aurait de meilleures chances de se développer. Elle a donc observé Dylan depuis un iPad sur une couveuse.

« C’est horrible de voir son petit bébé dans une couveuse, sans rien pouvoir faire », a raconté Joanne.

Deux jours plus tard, le 12 janvier à 10 h 39, le bébé Oscar est né sans alerter sa mère, pesant quelque 907 g.

Cependant, contrairement à son frère aîné, Oscar est arrivé sans aucune complication médicale malgré un écart de deux jours entre les naissances. « Nous disons toujours que ces deux jours supplémentaires ont fait le plus grand bien à Oscar, car il n’a eu aucune complication et on lui a retiré le respirateur en premier », a déclaré Joanne.

Deux semaines après la naissance des garçons, Joanne a enfin pu tenir ses jumeaux et les a décrits comme « délicats et mal en point ».

Joanne Reilly avec ses jumeaux âgés d’un mois (Caters News)

Pendant les premiers mois qui ont suivi leur naissance, Dylan et Oscar ont été séparés. Lorsqu’ils ont eu trois mois, les garçons ont commencé à partager le même petit lit.

Pendant cette période, Joanne s’est inquiétée de savoir si les deux pourraient former un lien fraternel spécial puisqu’ils avaient passé les premiers jours de leur vie séparés ; cependant, les jumeaux, maintenant âgés de 19 mois, se portent bien et sont affectueux l’un envers l’autre.

Dylan et Oscar, âgés de trois mois, partagent le même lit. (Caters News)

« Ils sont très conscients qu’ils sont jumeaux – ils ne font rien l’un sans l’autre », a déclaré Joanne. « Si l’un quitte la pièce, l’autre va pleurer. Ils aiment aussi se taquiner l’un l’autre. »

Dylan et Oscar, 18 mois (Caters News)

Ces prématurés spéciaux, qui n’ont pas eu de complications majeures, ont même un compte Instagram, où Joanne raconte les aventures ludiques de leurs petites vies.

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ