Jura : enquête ouverte après qu’un mouton a été tué à l’occasion d’une fête bien arrosée

Par Emmanuelle Bourdy
3 avril 2021
Mis à jour: 3 avril 2021

Le samedi 27 mars, à l’occasion d’une fête qui s’est déroulée dans les environs de Champagnole (Jura), un mouton a été tué. Des images du mouton mort ont circulé sur les réseaux sociaux, ce qui a fait réagir de nombreux internautes. Il s’avère après enquête que la bête n’a pas été torturée ou maltraitée, d’après le procureur de la République de Lons-le-Saunier.

Plusieurs amis s’étaient réunis ce samedi 27 mars, pour fêter l’anniversaire de l’un d’entre eux, rapporte France Bleu. En guise de cadeau, certains sont arrivés avec un mouton qu’ils avaient peint avec des couleurs vives. Mais le jeune n’a pas voulu d’un tel cadeau et a demandé à ses copains de le ramener. En attendant qu’ils puissent rapporter l’animal, les jeunes ont mis celui-ci dans une cage pour chien de chasse.

Mais c’était sans compter sur l’idée saugrenue de l’un des invités, qui, à la fin de la soirée, a décidé sans concerter les autres de préparer un méchoui et a tué le mouton. C’est au petit matin que l’un des invités a découvert le cadavre du mouton et, encore sous l’emprise de l’alcool, a pris un cliché de sa dépouille en arborant les deux pouces levés. À peine publiée sur les réseaux sociaux, la photo est devenue très rapidement virale. Voyant les nombreuses réactions choquées des internautes, l’invité a renoncé au méchoui.

Après la diffusion de cette photo sur les réseaux sociaux, une enquête judiciaire a été ouverte. Les invités ont rapidement été identifiés par les gendarmes. Le cadavre du mouton a été retrouvé, il avait été dissimulé sous des branches dans le jardin. Le jeune qui a tué le mouton a immédiatement reconnu les faits.

Le journaliste et militant pour le bien-être animal, Hugo Clément, précise dans un tweet qu’il a contacté par téléphone « le jeune homme qui a pris la photo de son ami à côté du mouton mort ». Celui-ci lui a confirmé que « l’animal avait bien été offert à l’un des jeunes, qu’il avait été peint et promené en laisse, mais qu’il n’avait ‘pas été maltraité’ durant la soirée ». « Il m’explique que la photo a été prise le lendemain matin, dans une autre maison que celle où s’est déroulée la fête. Cela impliquerait que l’animal a été transporté dans la nuit, mort ou vivant », écrit encore Hugo Clément sur Twitter.

De son côté, Lionel Pascal, le procureur de la République de Lons-le-Saunier, a déclaré que ce jeune avait tué l’animal « le plus proprement possible », avec un couteau de chasse. Il a confirmé que « le mouton n’a subi aucun acte de cruauté », il n’a ni été torturé, ni été maltraité et le jeune n’en a retiré aucun plaisir, relate encore France Bleu.

Pour autant, l’auteur de cette boucherie devra comparaître en mai devant le tribunal de police de Dole pour deux infractions, précise encore nos confrères. En effet, ce jeune est accusé d’avoir tué l’animal sans l’assommer auparavant et sans aucune nécessité.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Vous pouvez nous aider à vous tenir informés

Pourquoi avons-nous besoin de votre soutien ? Parce que Epoch Times est un média indépendant ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Un journalisme indépendant et gratuit est de plus en plus difficile à obtenir en ces temps où la vérité est à la fois de plus en plus nécessaire et de plus en plus censurée. C’est pourquoi nous avons besoin de votre soutien. Chaque don est important et vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66%.

RECOMMANDÉ