Jura : un agriculteur bouleversé après la découverte d’un veau massacré dans son champ, l’œil arraché et la langue coupée

Par Séraphin Parmentier
14 octobre 2020
Mis à jour: 14 octobre 2020

Âgé de deux mois, le jeune bovin gisait dans un champ d’un petit village du Jura, atrocement mutilé.

C’est une sinistre découverte qui a été faite le lundi 12 octobre à Audelange, un village de moins de 300 âmes situé à une dizaine de kilomètres au nord-est de Dole.

Un veau âgé de deux mois a été retrouvé mort dans un champ, atrocement mutilé. L’animal a eu la langue coupée et l’un de ses yeux a été arraché.

C’est Maëva Bish, la belle-fille du propriétaire du jeune bovin, qui a découvert le cadavre. « Je fais tous les jours un tour des champs, pour les naissances. Je suis arrivée à l’entrée du champ et j’ai vu un veau qui semblait mort », a-t-elle expliqué aux journalistes de France 3.

Le maire d’Audelange s’est rendu sur place accompagné d’un vétérinaire et de gendarmes.

« L’œil était vraiment bien découpé. Selon le vétérinaire, c’est vraiment un acte de professionnels. L’accessibilité peut se faire par des terrains privés, mais on n’a pas vu de traces, on ne sait pas par où ils sont arrivés, tout est clôturé », précise l’édile.

« Les faits divers comme ça sur la commune, c’est toujours inquiétant, ça devient grave. Je ne vois pas qui peut faire ça », poursuit le premier magistrat de la ville.

La gendarmerie de Dole saisie de l’enquête

Depuis plusieurs mois, des équidés et des bovins font l’objet de mutilations sauvages dans l’Hexagone. Une situation qui ne laisse pas d’inquiéter les propriétaires de chevaux et les exploitants agricoles.

« C’est horrible. Que ce soit contre nos bêtes ou contre les chevaux qui ont été massacrés, c’est quelque chose d’abominable ! » souligne la compagne du propriétaire du veau auprès de nos confrères de France Télévisions.

« J’étais abasourdie. Après, on rumine, on se demande s’il n’y en aura pas d’autres, on a toujours peur », ajoute-t-elle.

Le propriétaire du bovin massacré a déposé plainte et la gendarmerie de Dole a été saisie de l’enquête. Si aucune piste n’est privilégiée pour le moment, les militaires espèrent que l’autopsie pratiquée sur l’animal leur permettra d’en savoir davantage sur son décès.

FOCUS SUR LA CHINE – 7 ans de prison pour vente de livres

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ