Kamala Harris prend le rôle qui incombe habituellement au président en téléphonant à plusieurs chefs d’État

Par Zachary Stieber
17 février 2021
Mis à jour: 18 février 2021

La vice-présidente Kamala Harris a récemment appelé plusieurs chefs d’État, une tâche qui incombe normalement au président.

Harris s’est entretenue avec le président français Emmanuel Macron lundi, a déclaré la Maison-Blanche.

Harris « a exprimé son engagement à renforcer les liens bilatéraux entre les États-Unis et la France et à revitaliser l’alliance transatlantique », a indiqué une dépêche. Elle et Macron « se sont mis d’accord sur la nécessité d’une coopération bilatérale et multilatérale étroite pour aborder le sujet du Covid-19, le changement climatique et soutenir la démocratie dans notre pays et dans le monde entier ».

« Ils ont également discuté de nombreux défis régionaux, y compris ceux du Moyen-Orient et de l’Afrique, et de la nécessité de les affronter ensemble », selon la dépêche.

Le président Joe Biden n’a pas été mentionné.

« Nous avons discuté du Covid-19, du changement climatique, du soutien à la démocratie chez nous et dans le monde, et des défis régionaux. Le président et moi sommes impatients de travailler avec le président Macron pour construire un avenir meilleur pour nos deux pays », a écrit Harris dans un tweet.

Biden s’est entretenu avec Macron le 24 janvier

Harris a partagé un appel avec le Premier ministre canadien Justin Trudeau au début du mois. La Maison-Blanche a déclaré que c’était son premier appel à un dirigeant étranger en tant que vice-présidente.

« Le Premier ministre a félicité la vice-présidente pour son élection historique, et elle s’est remémorée avec émotion ses années passées à Montréal », a indiqué un extrait du bureau de M. Trudeau, ajoutant qu’ils avaient discuté d’autres sujets, notamment de la lutte contre la pandémie du Covid-19.

« Nous avons discuté de notre engagement à travailler en étroite collaboration sur plusieurs questions, notamment la lutte contre le Covid-19, la lutte contre le changement climatique et le renforcement de notre partenariat économique de manière à faire progresser la reprise et à créer des emplois dans les deux pays », a déclaré Harris dans une déclaration après l’appel.

Biden et Trudeau se sont exprimés le 22 janvier. C’était le premier appel de Biden après avoir prêté serment deux jours auparavant.

Les vice-présidents appellent rarement les chefs d’État. Le dernier vice-président, Mike Pence, n’a pas partagé d’appels avec Trudeau ou Macron, bien qu’il ait rendu visite en personne aux chefs d’État à plusieurs reprises.

La Maison-Blanche n’a pas répondu aux demandes de commentaires.

Les appels de Harris ont attiré l’attention des conservateurs, et les critiques ont été relayées par le National Pulse, un mouvement de protestation lancé par Raheem Kassam, ancien conseiller du Britannique Nigel Farage.

« Il est bizarre pour un vice-président de prendre contact avec les principaux dirigeants mondiaux quelques semaines seulement après le début d’une nouvelle administration », a déclaré l’organisation.

Ces appels pourraient être le signe que Harris aura une position élevée par rapport aux anciens vice-présidents, notamment en matière de politique étrangère.

Biden, 78 ans, est devenu la plus vieille personne à entrer à la Maison-Blanche le mois dernier. Les spéculations ont été nombreuses pendant la campagne 2020 sur le fait qu’il ne servirait peut-être qu’un seul mandat. Mais Biden s’est dit prêt à briguer un second mandat.

« Je pense qu’il est légitime de demander à toute personne de plus de 70 ans si elle est en forme ou non et si elle est prête« , a-t-il déclaré à l’ABC l’année dernière. « Mais […] la seule chose que je peux dire au peuple américain, c’est que c’est une question légitime à poser à n’importe qui, regardez-moi. »

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Vous pouvez nous aider à vous tenir informés

Pourquoi avons-nous besoin de votre soutien ? Parce que Epoch Times est un média indépendant ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Un journalisme indépendant et gratuit est de plus en plus difficile à obtenir en ces temps où la vérité est à la fois de plus en plus nécessaire et de plus en plus censurée. C’est pourquoi nous avons besoin de votre soutien. Chaque don est important et vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66%.

RECOMMANDÉ