Kash Patel : la position de Joe Biden sur le génocide ouïghour du PCC est « une menace sérieuse pour le monde »

Par Ivan Pentchoukov
23 février 2021
Mis à jour: 23 février 2021

Les récents commentaires du président Joe Biden décrivant le génocide ouïghour en Chine comme une question de normes culturelles différentes permettent qu’une « conduite scandaleuse » se poursuive et constituent « une menace sérieuse pour le monde », a déclaré l’ancien chef d’état-major du ministère de la Défense, Kash Patel, dans une interview le 21 février.

« Ils sont en train de commettre un génocide en Chine contre les Ouïghours. Cela n’est pas contesté, et il est scandaleux que le leader du monde libre dise que le génocide est une norme culturelle », a déclaré Kash Patel à Maria Bartiromo de Fox News.

« Pouvez-vous imaginer le président Trump déclarer publiquement que le génocide ouïgour en Chine, que tout le monde reconnaît, est une norme culturelle ? Cela aurait été une calamité mondiale », a dit M. Patel. « Mais parce que les médias de gauche permettent que la politisation de notre sécurité nationale continue, juste parce que Joe Biden l’a dit, ils permettent cette conduite scandaleuse. »

Lors d’une interview publique avec CNN, Joe Biden a décrit son appel téléphonique de 2 heures avec le leader du Parti communiste chinois (PCC) Xi Jinping. Joe Biden rationalisait apparemment les actions de Xi en suggérant que la Chine a été historiquement « victime » de forces extérieures alors qu’elle n’était pas « unifiée » de l’intérieur.

« Si vous connaissez un peu l’histoire de la Chine, il en a toujours été ainsi : les moments où elle a été victime du monde extérieur ont été les moments où elle n’était pas unifiée de l’intérieur », a déclaré M. Biden. « Le principe central de Xi Jinping est qu’il doit y avoir une Chine unie et étroitement contrôlée. Et il se fonde sur ce principe pour justifier ses actions. »

M. Biden a dit qu’il avait clairement fait comprendre à Xi qu’il devait parler des droits de l’homme et que Xi avait dit qu’il « comprenait ». M. Biden a ensuite déclaré : « Culturellement, il y a différentes normes que chaque pays et ses dirigeants sont censés suivre. »

Bien qu’il ne soit pas clair si Joe Biden se référait à lui-même ou à Xi lorsqu’il a parlé de « normes différentes », la déclaration a suscité des critiques, car Joe Biden ne semblait pas contester le fait que le génocide soit une norme pour la Chine. Joe Biden a peut-être fait référence au fait qu’en tant que président des États-Unis, il doit parler des droits de l’homme, Xi considérant cela comme une norme culturelle.

La Maison-Blanche n’a pas immédiatement répondu à une demande de commentaires et d’éclaircissements de la part d’Epoch Times.

« Aucun président américain ne peut être soutenu en tant que président s’il ne reflète pas les valeurs des États-Unis », a déclaré M. Biden. « Et donc l’idée que je ne vais pas m’élever contre ce qu’il fait à Hong Kong, ce qu’il fait avec les Ouïghours dans les montagnes occidentales de la Chine, et Taïwan, pour tenter de mettre fin à la politique d’une Chine unie en la rendant plus forte. J’ai dit – et par la – il a dit qu’il – il comprend. Culturellement, il y a des normes différentes que chaque pays et eux – leurs dirigeants – sont censés suivre. »

Selon M. Patel, la raison pourquoi les remarques de M. Biden n’ont pas provoqué de scandale est simplement grâce à l’aide des médias de gauche, ce qui permet à la « conduite scandaleuse » du PCC de se poursuivre.

« Parce que les médias de gauche permettent que la politisation de notre sécurité nationale se poursuive juste parce que Joe Biden l’a dit, ils permettent cette conduite scandaleuse, et plus important encore, la mort et la décimation d’une population minoritaire en Chine qui est campée dans des enclos clôturés et ne peut pas en sortir et qui suit une thérapie de rééducation. Il s’agit d’une menace sérieuse pour le monde », a déclaré M. Patel.

Le dernier jour complet de l’administration Trump, les États-Unis ont publié une résolution déclarant que le PCC s’est engagé dans un génocide et des crimes contre l’humanité depuis au moins 2017 dans son traitement des Ouïghours. Ces crimes comprennent « l’emprisonnement arbitraire ou toute autre privation grave de liberté physique de plus d’un million de civils, la stérilisation forcée, la torture d’un grand nombre de personnes détenues arbitrairement, le travail forcé et l’imposition de restrictions draconiennes à la liberté de religion ou de croyance, à la liberté d’expression et à la liberté de mouvement », a déclaré à l’époque le secrétaire des Affaires étrangères Mike Pompeo dans un communiqué.

Les remarques de M. Biden suivent celles d’un certain nombre de personnes qu’il a nommées et qui, lors des audiences de confirmation, ont fait preuve d’un bien plus grand laxisme à l’égard de la Chine que l’administration Trump.

M. Patel a souligné que les remarques de M. Biden lors de la réunion publique de CNN sont une extension de l’opinion de la Chine que le président a révélée en répondant à une question sur la façon de punir la Chine pour ne pas avoir dit la vérité sur le virus du PCC, communément appelé le nouveau coronavirus. Le 10 février, M. Biden a déclaré qu’il était « intéressé à obtenir tous les faits » lorsqu’on lui a demandé de punir la Chine pour cette dissimulation.

« Nous savons d’où vient le virus », a déclaré M. Patel. « Soit il n’est pas informé et les gens ne lui disent rien, soit il a été informé mais ne s’en souvient pas. Mais c’est un fait établi que le virus venait de Wuhan, et c’est le type de politisation à la fois de la communauté du renseignement et de l’appareil de défense et que le peuple américain mérite mieux, tandis que les médias les laissent s’en sortir. »

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Vous pouvez nous aider à vous tenir informés

Pourquoi avons-nous besoin de votre soutien ? Parce que Epoch Times est un média indépendant ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Un journalisme indépendant et gratuit est de plus en plus difficile à obtenir en ces temps où la vérité est à la fois de plus en plus nécessaire et de plus en plus censurée. C’est pourquoi nous avons besoin de votre soutien. Chaque don est important et vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66%.

RECOMMANDÉ