Kayleigh McEnany : Donald Trump ne doit pas céder en raison du « processus constitutionnel » en cours

Par Jack Phillips
22 novembre 2020
Mis à jour: 23 novembre 2020

La porte-parole de la Maison-Blanche, Kayleigh McEnany, a déclaré vendredi que le président américain Donald Trump ne devrait pas céder en raison des défis juridiques en suspens et du « processus constitutionnel » qui se déroule actuellement.

Elle a ajouté que la General Services Administration (GSA) fera son constat pour une transition au « bon moment ».

« Il y a des questions qui doivent trouver des réponses », a dit Mme McEnany sur Fox News, en faisant référence aux contestations judiciaires en suspens de l’équipe juridique du président Donald Trump. « La GSA déterminera quand le constat sera fait. »

« Il existe une loi de transition présidentielle qui détermine exactement ce qu’une administration doit faire avant une élection », a déclaré M. McEnany. « Nous avons fait tout ce que nous devions légalement faire. »

Donald Trump n’a pas cédé. Epoch Times n’annoncera pas le vainqueur des élections tant que toutes les contestations juridiques n’auront pas été résolues.

Mme McEnany a expliqué que Donald Trump n’a pas concédé parce que sa campagne « poursuit les litiges en cours », « les prend au jour le jour », et a noté que le « processus constitutionnel » n’est pas terminé.

« Le président a été clair : il veut que chaque vote légal soit compté et qu’aucun vote illégal ne soit compté », a déclaré Mme McEnany.

La porte-parole a en outre déclaré que pendant le processus de transition de Trump en 2016 avec l’ancien président Barack Obama, « la présidence de Trump n’a jamais été acceptée », elle a de plus fait référence à l’enquête sur la Russie qui a duré un an. Mme McEnany a ajouté que l’enquête était « sans fondement » et une tentative de « faire taire la voix du peuple américain ».

« En 2016, beaucoup ont cherché à le miner, à le discréditer et à nier sa victoire », a rappelé Mme McEnany. « Il n’y a eu aucun appel à l’unité. » Elle a observé que les gens ne devaient pas « oublier ce que le président Trump a dû endurer en quatre ans de présidence. »

Au début de ce mois, la GSA a assuré à Epoch Times qu’aucun constat n’avait encore été fait concernant une transition. La « GSA et son administrateur continueront à respecter et à remplir toutes les exigences de la loi », a conclu un porte-parole.

« Le constat de l’administrateur de l’agence est fait dans le but de rendre disponibles les services prévus par la loi sur la transition présidentielle », a déclaré la porte-parole. « Jusqu’à ce qu’un constat soit fait, la loi permet à l’équipe de transition de Joe Biden de continuer à recevoir les services pré-électoraux du gouvernement (par exemple, des bureaux limités, des ordinateurs, des enquêtes de fond pour les habilitations de sécurité). La GSA a satisfait à toutes les exigences légales de l’APT (accord de partenariat et de coopération) pour ce cycle électoral et continuera à le faire. »

L’équipe de la campagne Trump a intenté des procès dans des États critiques, dont le Nevada, l’Arizona, la Géorgie, la Pennsylvanie et le Michigan, tout en demandant des recomptages et des audits. La campagne a affirmé qu’il y a eu des cas de fraude électorale et a affirmé qu’on a empêché les observateurs des bureaux de vote du GOP (Parti républicain, ou Grand Old Party) de faire leur travail.

Nouvel Horizon – Révélations de fraudes aux élections américaines

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ