Kenya : la Chine a construit l’une des autoroutes les plus meurtrières du pays

Par Dominic Kirui
25 novembre 2019 Mis à jour: 25 novembre 2019

EMBAKASI, Kenya – C’est l’heure de pointe à Embakasi, à la périphérie de la capitale du Kenya, Nairobi. Les voyageurs sont occupés à descendre des autobus pendant que les voitures entrent et sortent de la ville.

Les occupants des quartiers résidentiels voisins de Pipeline Estate et de Fedha Estate achètent leur dîner, tandis que d’autres rentrent à pied de leur travail au noir dans les environs.

Ce qu’ils ont en commun, c’est la nécessité de traverser le périphérique extérieur très fréquenté qui prend naissance à cet endroit et qui traverse le quartier.

Alors que les véhicules se déplacent à grande vitesse sur la route nouvellement élargie, les piétons traversent la route en courant, risquant leur vie chaque jour. Il n’y a pas de passerelle pour piétons qui pourrait sauver des vies à cet endroit de la route que tant de gens doivent traverser.

La raison, expliquent les habitants du quartier, est que l’entreprise chinoise qui a construit la route est en retard dans l’installation des passerelles pour les piétons, dont certaines n’ont pas encore été achevées deux ans après l’inauguration de la route.

La route la plus dangereuse

Il y aurait eu des dizaines de morts et de blessés depuis que la route a été élargie pour devenir une grande autoroute à quatre voies en 2017, les piétons étant écrasés et tués par des véhicules circulant à haute vitesse.

Simon Mwikali, résident de Pipeline Estate, est un commerçant qui vend des cacahuètes près de la route. Il a expliqué avoir vu deux de ses amis se faire écraser et tuer par des véhicules allant à grande vitesse.

Simon Mwikali vend des cacahuètes à Pipeline Estate, le 28 octobre 2019, à Nairobi, au Kenya. (Avec l’aimable autorisation de Dominic Kirui pour Epoch Times)

« Johnny était allé chercher de la monnaie pour ses clients alors qu’il vendait des CD ici même. Il a été renversé par une voiture et il est parti, tout simplement », se souvient M. Mwikali.

Comme beaucoup d’autres piétons qui ont perdu la vie sur la route achalandée, la vie de Johnny aurait probablement été épargnée si des passerelles pour piétons avaient été installées avant que la route soit ouverte au public.

« Puis mon autre ami Ras, qui habitait à Pipeline, était en train de traverser pour aller au supermarché dans l’après-midi quand il a également été renversé et tué. Personne ici ne semble se soucier de la sécurité des piétons. Tout ce qui les intéresse, c’est que les véhicules se déplacent. Ceux d’entre nous qui n’ont pas de voiture ne comptent pas beaucoup », déplore M. Mwikali.

L’an dernier, les données de la National Transportation and Safety Authority (NTSA) ont montré que cette route avait le plus grand nombre d’accidents mortels dans la ville au cours des six premiers mois de l’année.

« La rocade extérieure a été déclarée la plus à risque, ayant enregistré un total de 23 morts au cours de cette période, ce qui est le chiffre le plus élevé par rapport aux autres routes », indique le rapport.

Les statistiques de 2019 à ce jour révèlent des résultats similaires, avec 31 décès enregistrés, faisant de la rocade extérieure la deuxième route la plus dangereuse de la ville.

Une section de la rocade extérieure près de Tassia Estate à Nairobi, Kenya, le 28 octobre 2019. (Avec l’aimable autorisation de Dominic Kirui pour Epoch Times)

Joyce Mwende, enseignante dans une école d’Embakasi, doit traverser la rue chaque matin pour se rendre au travail et en revenir. Elle dit avoir été témoin de nombreux accidents de la route.

« Lorsque nous traversons le matin tous les jours, nous ne pouvons nous éviter de voir quelqu’un être renversé par une voiture. Le gouvernement ne parle que des morts. Il y a beaucoup d’autres personnes qui sont blessées lors de ces accidents », a-t-elle indiqué.

Fin septembre, Anthony Kariuki, conseiller du vice-président et ancien rédacteur en chef en ligne de Nation Media Group, a été victime d’un accident de la circulation sur le périphérique extérieur.

Selon le chef du service de presse du vice-président, David Mugonyi, M. Kariuki a été renversé par un fourgon de touristes alors qu’il traversait la route pour rentrer chez lui aux alentours de 22 h.

Préoccupations antérieures

En 2014, le gouvernement du Kenya a attribué l’appel d’offres à l’entreprise publique chinoise SinoHydro Tianjin Engineering pour l’extension d’un tronçon de près de 13 km de l’aéroport international de Kenyatta au siège de l’Unité des services généraux, pour un coût de 8,4 milliards de shillings kenyans (74 millions d’euros).

Selon la Banque africaine de développement qui a financé le projet d’expansion, la rocade extérieure traverse la zone la plus densément peuplée de Nairobi, qui compte jusqu’à 70 % de la population de la ville.

Des piétons traversent la rocade extérieure de Pipeline Estate, au Kenya, au milieu de la circulation, le 28 octobre 2019. (Avec l’aimable autorisation de Dominic Kirui pour Epoch Times)

Dans son rapport d’évaluation de l’impact environnemental et social pour 2013, la Banque africaine de développement a noté qu’elle avait organisé un forum de participation publique au cours duquel les femmes vivant dans la région se sont inquiétées de la sécurité des enfants qui traversent la route pour se rendre à l’école, en raison de la vitesse accrue du trafic prévue après l’extension.

L’une des solutions proposées était l’installation de passerelles pour piétons.

Installation de passerelles

La modernisation et l’extension de la rocade extérieure ont commencé en septembre 2014 et devaient s’achever à l’été 2017, mais les travaux de construction ont duré jusqu’en 2019. Cependant, la route est ouverte à la circulation depuis juillet 2017.

SinoHydro devait achever tous les travaux, y compris la construction des passerelles piétonnes, l’aménagement paysager et la construction des voies de desserte restantes dans les six mois suivant son inauguration. Cependant, il n’y avait toujours pas de passerelles près d’un an plus tard.

Une passerelle piétonne incomplète sur le périphérique extérieur de Nairobi (Kenya), près de l’échangeur de Dandora, le 28 octobre 2019. (Avec l’aimable autorisation de Dominic Kirui pour Epoch Times)

L’Agence des routes urbaines du Kenya avait passé un contrat avec SinoHydro pour la construction de 11 passerelles pour piétons pour un montant de 880 millions de shillings kenyans (7,7 millions d’euros).

Sous la pression croissante des résidents, en avril 2018, les travaux d’installation des ponts ont commencé. En mai 2019, environ cinq des passerelles pour piétons prévues par le contrat avaient été installées, mais comme certaines d’entre elles ont été construites dans des zones ayant moins de trafic, seul un nombre minimal de personnes les utilisent.

Une autre passerelle a été ouverte en octobre et trois autres passerelles ont été promises pour le mois de novembre.

« Une fois ces passerelles terminées, les piétons n’auront plus d’excuses pour traverser la route imprudemment tant qu’il y aura des passerelles pour piétons », a déclaré au mois d’octobre John Cheboi, responsable de la communication à l’Agence des routes urbaines du Kenya, à The Star.

RECOMMANDÉ