La censure de Facebook est devenue «  scandaleuse », selon un lanceur d’alerte

Par Tom Ozimek
1 mars 2021
Mis à jour: 1 mars 2021

Ryan Hartwig, lanceur d’alerte sur Facebook, qui a levé le voile sur le parti pris et la censure dont le géant des médias sociaux aurait fait preuve à l’encontre des conservateurs, a dit lors de l’émission American Thought Leaders (maîtres à penser américains) d’Epoch Times le 28 février que la censure au sein de l’entreprise était devenue « scandaleuse ».

Ryan Hartwig, un ancien modérateur de contenu dans une entreprise tierce qui fournissait des services à Facebook, a fait la une en juin 2020 lorsqu’il a affirmé que les modérateurs avaient reçu l’ordre d’appliquer les politiques de la plateforme de médias sociaux de manière sélective pour autoriser, dans certaines circonstances, des contenus qui diabolisent la police ou les hommes blancs.

« J’ai vu que Facebook faisait des exceptions essentiellement pour faire taire les conservateurs », a-t-il déclaré dans une interview lors de la Conférence d’action politique des conservateurs (CPAC) à Orlando, en Floride.

Facebook a déclaré à plusieurs reprises que sa plateforme ne favorisait pas un point de vue politique plutôt qu’un autre.

M. Hartwig, qui a travaillé pendant près de deux ans pour Cognizant, une entreprise engagée par Facebook pour traiter une partie de son contrôle manuel du contenu, a déclaré dans l’interview que Facebook a fourni à plusieurs reprises des directives qui, selon lui, étaient biaisées en faveur des causes et des perspectives de la gauche.

« Un exemple de partialité que j’ai trouvé est celui de Don Lemon, le présentateur de CNN. Il a déclaré à l’antenne que les hommes blancs étaient des menaces terroristes. Facebook nous a donc orientés en tant que partenaires de contenu et a déclaré : ‘Nous savons que cela viole notre politique en matière de discours haineux, mais nous faisons une exception, car cela mérite d’être signalé' », a-t-il déclaré.

D’autres exemples qu’il a mentionnés : des directives qui établissent « qu’il est acceptable d’attaquer verbalement les hommes blancs hétérosexuels en les considérant comme des saletés pour ne pas avoir supporté les LGBT » en plus des demandes de chercher [et rendre plus visibles] spécifiquement les « discours de haine » provenant du discours sur l’état de l’Union de l’ancien président Donald Trump.

Il a parlé de l’existence d’une trentaine d’exemples de ce type, qu’il a dit avoir compilés et décrits en détail dans un livre à paraître.

Ryan Hartwig, ancien modérateur de contenu Facebook chez Cognizant, s’entretient avec James O’Keefe, fondateur de Project Veritas. (Capture d’écran via Project Veritas/YouTube)

Commentant le thème de la CPAC de cette année, qui est « L’Amérique non annulée », M. Hartwig a déclaré : « Il ne pouvait y avoir de thème plus approprié pour la conférence de cette année, car nous avons vu à quel point la censure est devenue scandaleuse avec Facebook. »

Un autre ancien modérateur de Facebook chez Cognizant, Zach McElroy, a secrètement enregistré un certain nombre de modérateurs de Facebook parlant des préjugés politiques dans le contrôle des contenus, que ce soient les leurs ou qu’ils les aient observés chez d’autres. Les propos de M. McElroy ont été repris dans une vidéo publiée par Project Veritas en juin 2020.

« Nous truquons le jeu pour que ça tourne à gauche », a déclaré une personne, identifiée comme modératrice de Facebook chez Cognizant.

Plusieurs modérateurs ont déclaré qu’ils supprimaient tout contenu conservateur ou supportant Donald Trump, qu’il soit ou non contraire à la politique de Facebook.

Le président Donald Trump lors d’un rassemblement de la MAGA à Grand Rapids, Michigan, le 28 mars 2019. (Charlotte Cuthbertson/Epoch Times)

La porte-parole de Facebook, Heather King, a répondu à la vidéo de Veritas du 23 juin lors d’une conférence téléphonique au Capitole avec le bureau de Facebook à Washington et le personnel du Congrès sur les programmes d’intégrité électorale de Facebook.

« En ce qui concerne une question liée au rapport de Project Veritas. Tout d’abord, nos examinateurs travaillent dur pour maintenir l’affichage de notre point de vue au sein de l’espace destiné aux utilisateurs chaque jour. Les décisions des examinateurs sont régulièrement évaluées, nous nous assurons que nos politiques sont appliquées de manière juste et précise, et [qu]’aucun point de vue politique de quelque nature que ce soit ne soit privilégié. Donc, les commentaires présentés dans cette vidéo ne reflètent pas notre politique », a-t-elle déclaré, selon une transcription obtenue par Project Veritas et envoyée par e-mail à Epoch Times.

« Nous allons revoir notre formation et notre supervision pour nous assurer que [l’équipe] porte attention à notre politique, et nous surveillons nos partenaires pour nous assurer qu’ils suivent notre politique de manière appropriée et correcte. »

Le député Devin Nunes (Parti républicain, Californie) a déclaré lors de l’événement CPAC le 26 février que la censure par les Big Tech est « probablement le plus grand problème auquel nous sommes confrontés en ce moment dans ce pays, en tant que parti ».

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ