La chaleur peut empêcher la propagation du virus du PCC, mais elle ne l’arrêtera pas

Par Isabel van Brugen
26 mars 2020
Mis à jour: 26 mars 2020

Bien que des températures plus élevées et des climats humides ne permettent pas d’éradiquer complètement le virus du PCC*, ils peuvent entraver sa propagation, selon de nouvelles recherches.

L’étude du 19 mars, intitulée « La pandémie de coronavirus diminuera-t-elle d’ici l’été », a été menée par des chercheurs du Massachusetts Institute of Technology (MIT) et analyse les caractéristiques météorologiques locales des régions touchées par le COVID-19.

* Epoch Times désigne le nouveau coronavirus, responsable de la maladie du Covid-19, comme le « virus du PCC », car la dissimulation et la mauvaise gestion du Parti communiste chinois (PCC) ont permis au virus de se propager dans toute la Chine et de créer une pandémie mondiale.

Dans leurs premières analyses, les scientifiques ont constaté que 90 % des transmissions du virus se sont produites dans des régions où les températures sont plus basses, entre 3 et 17 °C.

Ils ont constaté que moins de 6 % des cas de virus du PCC dans le monde ont été signalés dans des régions où la température moyenne est supérieure à 18 °C.

« Partout où les températures étaient plus froides, le nombre de cas a commencé à augmenter rapidement », a déclaré le coauteur de l’étude, le Dr Qasim Bukhari, au New York Times. « On le voit en Europe, même si les systèmes de santé y sont parmi les meilleurs du monde. »

Le Dr Qasim Bukhari a affirmé que ce schéma est également évident aux États-Unis, qui comptent plus de 55 000 cas confirmés de COVID-19 et 802 décès, selon les données officielles du gouvernement rassemblées par l’Université Johns Hopkins. Les États aux températures moyennes plus fraîches, comme Washington, New York et le Colorado, ont connu une propagation plus rapide que les États du sud comme l’Arizona, la Floride et le Texas, a déclaré M. Bukhari.

Il a toutefois ajouté que d’autres facteurs dans différents pays, tels que la disponibilité du test COVID-19, les mesures de distanciation sociale, les restrictions de voyage et les charges pesant sur les hôpitaux peuvent avoir un impact sur le nombre de cas de virus du PCC confirmés.

« Nous devons encore prendre de fortes précautions », a déclaré M. Boukhari. « Des températures plus chaudes peuvent rendre ce virus moins efficace, mais une transmission moins efficace ne signifie pas qu’il n’y a pas de transmission. »

Par exemple, selon M. Boukhari, le virus peut survivre sur des surfaces pendant des heures ou même des jours, malgré des températures différentes.

Le scientifique du MIT a précisé qu’une transmission réduite du virus peut être limitée dans les régions où le climat est plus chaud et l’humidité plus élevée, car la forte humidité et la chaleur ne s’alignent parfaitement que dans certaines parties de l’hémisphère nord, principalement pendant les mois de juillet et août.

« Cette situation suggère que même si la propagation du coronavirus diminue à un taux d’humidité plus élevé, son effet est limité dans les régions au-dessus de 40 degrés Nord, ce qui inclut la plupart de l’Europe et de l’Amérique du Nord », a déclaré M. Boukhari.

Ce mois-ci, l’Organisation mondiale de la santé a déclaré que rien ne prouve que la température joue un rôle dans l’apparition du virus, mais que c’est une piste qui mérite d’être explorée.

RECOMMANDÉ