Le régime chinois a « fait disparaître » des dizaines de milliers de personnes dans le cadre d’un système d’« enlèvement mené par l’État »

Par Cathy He
8 septembre 2020
Mis à jour: 8 septembre 2020

En moyenne, chaque jour cette année, une vingtaine de personnes disparaîtront en Chine sous le régime communiste, selon un récent rapport du groupe de défense des droits de l’homme Safeguard Defenders.

Ces personnes sont arrêtées par les autorités sans décision de justice et emmenées dans des lieux secrets, où elles sont détenues au secret et en isolement pendant une période pouvant aller jusqu’à 6 mois. À l’intérieur de ces installations, les personnes se voient refuser l’accès à un avocat et aux visites de leur famille, et la torture est courante, selon le rapport (pdf) publié le 30 août.

Ce système, qui a été légalisé en 2013 et officiellement connu sous le nom de « Surveillance résidentielle dans un lieu désigné » (RSDL), permet à la police chinoise d’opérer sans le moindre contrôle et lui confère un « pouvoir inégalé sur ses victimes », a déclaré Peter Dahlin, directeur de l’association à but non lucratif basée à Madrid.

« Si la police le voulait, elle pourrait, dès le premier jour, vous briser tous les os de votre corps, vous laisser guérir pendant six mois, puis vous libérer – et personne ne le saurait jamais », a déclaré M. Dahlin dans un courriel à Epoch Times.

En s’appuyant sur les données relatives aux verdicts des tribunaux affichées dans la base de données de la Cour suprême chinoise, Safeguard Defenders a estimé qu’entre 28 000 et 29 000 personnes ont été placées dans la RSDL entre 2013 et la fin de 2019. Cependant, le nombre réel est probablement bien plus élevé étant donné que ce chiffre n’inclut pas les personnes qui ont été libérées de la RSDL avant tout procès, a noté le groupe.

FOCUS SUR LA CHINE – Disparition de 20 personnes chaque jour en Chine

« Il s’agit d’un enlèvement de masse cautionné par l’État », a déclaré l’Association dans un communiqué.

Le « recours fréquent et généralisé » du régime aux disparitions forcées, qui rappelle les enlèvements commis par les dictatures sud-américaines dans les années 1960 et 1970, peut constituer un crime contre l’humanité en vertu du droit international, conclut le rapport.

Selon M. Dahlin, le système est souvent utilisé contre des cibles de premier plan telles que les avocats, les employés d’ONG, les journalistes et les étrangers mis sous séquestre grâce à la « diplomatie des otages » du régime. Ces victimes sont détenues pendant une longue période et libérées sans que leur affaire ne fasse l’objet d’une inculpation ou d’un procès, a indiqué le groupe.

La semaine dernière, le gouvernement australien a annoncé que Cheng Lei, une citoyenne naturalisée australienne née en Chine et présentatrice d’un journal d’État chinois en langue anglaise, a été détenue dans le cadre de la RSDL en août. La raison de cette détention est inconnue et aucune accusation n’a été portée.

Sur la base d’entretiens avec les victimes chinoises de la RSDL, le groupe a constaté qu’un nombre important de victimes ont déclaré avoir subi des tortures physiques, et toutes ont fait état de tortures psychologiques.

« Une fois à l’intérieur, vous vivrez votre vie dans une petite cellule, et les victimes parlent de ne pas voir la lumière du jour pendant des mois, et les lampes fluorescentes de la pièce sont toujours allumées », a déclaré M. Dahlin.

« En fait, les seules pauses pour ne pas fixer le mur ne sont que les séances d’interrogatoire, qui ont souvent lieu dans une autre pièce près de la cellule, le plus souvent la nuit, pour assurer la perturbation du sommeil. »

M. Dahlin a déclaré que la plupart des victimes qui ont ensuite été détenues dans des centres de détention ou en prison ont raconté leur séjour en RSDL comme « beaucoup plus dur, beaucoup plus dur, qu’autre chose ».

Étant donné que la RSDL est une forme d’isolement cellulaire, son utilisation pendant plus de 15 jours constitue une torture au sens de la Convention des Nations unies contre la torture – un traité ratifié par la Chine, a déclaré M. Dahlin.

« Ce rapport conclut que la durée moyenne de la détention en RSDL indique un recours systématique et généralisé à la torture », selon le rapport.

Un disparu notoire

Le cas de Gao Zhisheng, éminent avocat chinois spécialisé dans les droits de l’homme, montre comment le régime utilise les disparitions forcées pour punir les personnes qui émettent des critiques.

Gao est un avocat autodidacte qui a défendu des citoyens victimes de persécutions religieuses, tels que les pratiquants de Falun Gong et les chrétiens qui pratiquent à la maison, ainsi que ceux qui ont vu leurs biens saisis illégalement par le régime. Depuis 2006, l’avocat a été à plusieurs reprises disparu, torturé et emprisonné. Gao est porté disparu depuis plus de trois ans.

L’épouse de Gao, Geng He, qui s’est enfuie aux États-Unis avec leurs enfants en 2009, a précédemment déclaré à Epoch Times que le frère de Gao se rendait souvent au poste de police local de la ville de Yilin, dans la province du Shaanxi, au nord-ouest de la Chine, pour demander où se trouvait Gao.

« Un jour, ils lui diront que [Gao] est à Pékin et qu’ils doivent demander des instructions à des supérieurs. L’instant d’après, ils disent qu’il est à Yulin, et qu’ils ne savent pas non plus où il se trouve », a déclaré Geng He.

Geng He a imploré la communauté internationale de l’aider à retrouver son mari.

« Chaque jour, je m’inquiète », a dit Geng He. « Dès que j’arrête de travailler, je pense immédiatement à lui. Il me vient soudain à l’esprit, puis j’appelle son frère aîné, mais il n’y a toujours pas de nouvelles. »

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ