La Chine impose de nouvelles restrictions sur la littérature en ligne, censurant les contenus qu’elle désapprouve

Par Nicole Hao
19 juin 2020
Mis à jour: 1 avril 2021

La Chine a lancé de nouvelles réglementations pour renforcer son emprise sur l’industrie de la littérature en ligne, qui a prospéré pendant la pandémie.

L’administration générale de la presse et de la publication en Chine a récemment publié de nouvelles règles pour obliger les écrivains à publier des contenus en utilisant leur vrai nom, et pour que les plateformes de publication en ligne contrôlent la proportion d’histoires d’arts martiaux, de romans d’amour, de webtoons et d’autres sujets en fonction des préférences des autorités. Cela signifierait que les sujets jugés favorables au régime auraient plus de poids, tandis que la littérature dont le contenu est désapprouvé par les autorités serait censurée.

Les plateformes de publication manipuleraient également leurs listes de classement selon les souhaits des autorités, et surveilleraient les commentaires et les interactions des utilisateurs.

L’administration générale a exigé que toutes les publications soient « politiquement correctes, sur un ton sain et positif ». L’agence réglemente et distribue les actualités, les publications imprimées et Internet en Chine. Elle accorde également des licences de publication pour les journaux, les livres, etc.

La réglementation a également ordonné à chaque organe gouvernemental concerné par les publications de surveiller les plateformes de publication en ligne et « d’évaluer chacune d’entre elles ».

455 millions d’utilisateurs

L’Académie des sciences sociales de Chine, un groupe de réflexion et institut de recherche géré par l’État, a publié en février dernier un rapport sur l’industrie de la littérature en ligne du pays, révélant que 455 millions de Chinois – soit environ la moitié des 904 millions d’internautes chinois – lisent de la littérature en ligne.

Environ 66 % des lecteurs sont des personnes nées après 1990.

Il y a 17,55 millions d’écrivains qui ont publié 24,42 millions de textes littéraires en ligne en 2019. Plus de 70 % des nouveaux écrivains, ceux qui ont publié des œuvres pour la première fois dans le courant de l’année 2019, sont nés après 1995.

Plaintes

Après avoir pris connaissance de la nouvelle réglementation, de nombreux auteurs chinois de littérature en ligne se sont plaints sur Weibo et d’autres médias sociaux chinois.

« Vous [le régime], vous ne vous occupez pas des problèmes qui doivent être résolus, mais vous resserrez votre contrôle sur nous. La piraterie est fréquente, et les écrivains se copient les uns les autres. Les gens de cette industrie ne respectent pas du tout les droits de propriété intellectuelle ni les réalisations des autres », s’est plaint l’écrivain Jiu Geer sur Weibo le 16 juin.

Un écrivain qui se fait appeler Hitomi a remarqué que les écrivains en ligne utilisent actuellement leur vrai nom lorsqu’ils signent des contrats avec des plateformes d’édition. Il ne voyait pas la nécessité d’utiliser leur vrai nom pour publier leurs œuvres.

Des dizaines d’autres écrivains se sont plaints des nouvelles restrictions imposées dans un espace de liberté d’expression déjà restreint.

« Ce que vous [les autorités] voulez, c’est emprisonner la pensée des gens », a déclaré l’écrivain RRoyce.

L’écrivain Yuajie a affirmé avec sarcasme : « Je vous suggère [aux autorités] de supprimer toute la philosophie et la littérature [en Chine]. Pourquoi les gens écrivent-ils ? Débarrassons-nous des mots et même des langues ! »

Fuda a écrit sur Weibo : « Voulez-vous insinuer que les auteurs de littérature en ligne ne pourront écrire que des choses qui font l’éloge du socialisme à l’avenir ? »

Le journal chinois d’État People’s Daily a rapporté en février que la pandémie a obligé de nombreuses personnes à rester chez elles et que la plupart d’entre elles ont commencé à lire des œuvres littéraires en ligne pour passer leur temps.

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ