La Chine lance une propagande mondiale offensive sur le coronavirus

Pékin se joint à Téhéran, qui risque une escalade des hostilités en blâmant les États-Unis pour la propagation mondiale du coronavirus COVID-19
Par James Gorrie
14 mars 2020
Mis à jour: 14 mars 2020

Maintenant que le monde est submergé par la pandémie du COVID-19, le Parti communiste chinois (PCC) fait ce qu’il fait de mieux : rejeter la faute partout et partout ailleurs, mis à part là où elle doit l’être. La responsabilité de l’épidémie, bien sûr, incombe au Parti lui-même et à personne d’autre.

Mais les responsables du gouvernement chinois ont maintenant ouvertement spéculé sur la responsabilité des États-Unis dans l’épidémie et ont même accusé l’armée américaine d’avoir implanté le virus en Chine. Dans le même temps, d’autres fonctionnaires s’en tiennent à l’histoire non fondée du marché de Wuhan pour expliquer l’épidémie.

Dire une vérité simple

Mais les derniers mots de déformation sont venus de deux hauts fonctionnaires chinois cette semaine, en réponse aux commentaires du conseiller américain à la sécurité nationale Robert O’Brien.

Robert O’Brien a déclaré que la réaction tardive et la tromperie du régime chinois « ont fait perdre au monde deux mois alors qu’il aurait pu se préparer à l’épidémie ».

Robert O’Brien a raison, bien sûr. Il est bien documenté, le parti a empêché toute discussion sur l’épidémie survenue dès octobre 2019, il a arrêté les professionnels de la santé qui ont tenté d’alerter le pays, il a censuré les échanges sur Internet à ce sujet et il a retardé de plusieurs semaines et de plusieurs mois le déploiement de mesures préventives.

Tous les échecs de la direction du parti ont permis à une épidémie qui pouvait parfaitement être maîtrisée, de se transformer rapidement en une épidémie nationale et, finalement, d’atteindre la situation actuelle, à savoir une pandémie mondiale. Là encore, cette chronologie est documentée.

Que la projection commence

En l’espace d’un jour, cependant, le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Zhao Lijian, a répondu aux accusations de M. O’Brien sur Twitter en anglais, en écrivant :

« Quand est-ce que le premier patient est apparu aux États-Unis ? Combien de personnes sont infectées ? Quels sont les noms des hôpitaux ? L’armée américaine a peut-être amené l’épidémie à Wuhan. Soyez transparents ! Rendez publiques vos informations ! Les États-Unis nous doivent une explication ! »

Une réponse aussi détaillée a sans doute été ordonnée et approuvée au plus haut niveau du Parti, qui a dû ressentir le besoin de répondre. Qui plus est, le ton de la réponse révèle la profonde inquiétude des dirigeants du Parti quant à sa crédibilité compromise auprès de la population chinoise.

Le peuple chinois est à juste titre en colère contre son gouvernement pour les mauvais traitements infligés aux médecins, comme Li Wenliang, qui n’a pas pu avertir la population du danger dès les premiers jours de l’épidémie. Le Dr Li a finalement été arrêté, forcé de signer de faux aveux, et est mort le 7 février d’une maladie qui, selon le PCC, ne constituait pas une menace pour le public.

La récente censure par le Parti d’un autre médecin, Ai Fen, qui travaille dans un centre médical à Wuhan, l’épicentre de la pandémie COVID-19, a généré une nouvelle vague de protestation massive. Ai Fen a été sanctionné pour avoir critiqué le gouvernement d’avoir manqué de nombreuses occasions pour maîtriser le virus.

Une réponse massive à la censure

Et pourtant, le peuple chinois a trouvé des moyens ingénieux pour contourner la censure du Parti, notamment des caractères chinois datant de 3 000 ans, pour exprimer sa colère contre la politique de retardement, de déviation, de déni et de destruction du gouvernement à l’égard de toute personne qui remet en question son autorité ou sa compétence.

De même, son collègue au ministère des Affaires étrangères, le porte-parole Geng Shuang, a qualifié les États-Unis d’« immoraux et irresponsables » pour affirmer que la réponse tardive de Pékin à l’épidémie de coronavirus a aggravé la situation.

En outre, les médias d’État chinois ont attaqué les États-Unis sur divers fronts idéologiques, déclarant que les valeurs occidentales et la démocratie sont insuffisantes pour lutter contre le coronavirus, que le racisme et l’inégalité des revenus se traduisent par un traitement inégal, etc.

Et, ironie du sort, le quotidien chinois Global Times a accusé les États-Unis de « politiser le virus«  pour obtenir un avantage de négociation dans la guerre commerciale et pour punir Huawei, tout en nourrissant des « sentiments anti-asiatiques » et d’autres motifs néfastes.

L’Iran s’inspire des théories du complot

Il n’est pas surprenant qu’à la suite de cette épidémie massive, l’Iran ait intensifié sa propagande à un niveau sans précédent.

Le gouvernement révolutionnaire iranien reproche aux États-Unis de mener une « guerre biologique » contre l’Iran. C’est toute une accusation, accuser les États-Unis d’un acte de guerre biologique. Pourquoi Téhéran ferait-il une telle déclaration ? La réponse est simple – le gouvernement iranien est littéralement réduit au néant par l’infection. L’épidémie a décimé des dirigeants iraniens, 10 % des membres du gouvernement au pouvoir sont soit contaminés, soit morts.

Étant donné leurs relations étroites avec la Chine et leur manque évident de préparation à l’épidémie, il faut s’attendre à un taux d’infection élevé. Mais la vérité n’est pas utile à Téhéran. Il est beaucoup plus facile et utile de colporter des théories de conspiration.

Dans ce contexte, il est certainement raisonnable de se demander si la récente attaque des milices soutenues par l’Iran en Irak contre des soldats américains et britanniques est une réaction mise en scène pour détourner l’attention du public iranien de la vraie cause du taux élevé d’infection par le COVID-19.

L’attaque devait-elle permettre aux États-Unis d’être responsables de la propagation du virus ?

On ne sait pas. Mais avec ces tensions élevées dans la région, c’est une action à haut risque, peu importe le contexte.

Le gouvernement iranien a également tendance à se retrouver dans une situation politique difficile : « Quelle est la réaction appropriée », se demandent les citoyens iraniens « à une attaque biologique contre le gouvernement ? »

Téhéran a-t-il une réponse à cette question ? Préparent-ils leur nation à une intervention plus importante ?

Bien que la propagande soit, par définition, destinée à désinformer et à contrôler le récit officiel pour soutenir le régime en place, elle est également dangereuse et provocatrice. Le message incendiaire, le fait de raconter un mensonge si gros qu’il ne peut être retiré, peut pousser les régimes à s’engager dans des actes de vengeance artificielle pour justifier leurs mensonges et préserver leurs positions au pouvoir. Il s’ensuit souvent une escalade, qui peut rapidement nous conduire tous sur une voie dangereuse qu’il faut absolument éviter.

James Gorrie est un écrivain et conférencier installé dans le sud de la Californie. Il est l’auteur de The China Crisis (La Crise de la Chine).

Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l’auteur et ne reflètent pas nécessairement celles d’Epoch Times.

RECOMMANDÉ