La Chine pourrait bientôt utiliser des armes nucléaires pour « soumettre » les États-Unis, selon des experts

Par Frank Fang
10 août 2021
Mis à jour: 16 août 2021

Le régime chinois pourrait utiliser le renforcement de ses capacités nucléaires pour soumettre les États-Unis d’ici quelques années seulement, estiment les experts, à la suite de récents rapports exposant les efforts secrets de Pékin pour étendre son arsenal nucléaire.

La Chine disposera d’environ 250 nouveaux silos, des installations souterraines destinées à abriter et à lancer des missiles balistiques intercontinentaux, lorsqu’elle aura fini de les construire, a indiqué la Fédération des scientifiques américains dans un rapport publié la semaine dernière. Ce nombre, selon le groupe de réflexion, est supérieur à celui de tous les missiles basés sur des silos exploités par la Russie et à la moitié de la force des missiles balistiques intercontinentaux des États-Unis.

« Le programme chinois de construction de silos de missiles est le plus important depuis la construction de silos de missiles par les États-Unis et l’Union soviétique pendant la guerre froide », indique le rapport.

Environ 110 des nouveaux silos sont situés dans un champ près de Hami, une ville située dans l’est de la région chinoise du Xinjiang, à l’extrême-ouest du pays, a révélé la Fédération des scientifiques américains, citant des photos satellites. Un autre site a été découvert en juin par le James Martin Center, basé en Californie. Les chercheurs ont trouvé un champ inachevé d’environ 120 silos situé à Yumen, une ville de la province voisine du Xinjiang, le Gansu.

« La construction de silos à Yumen et Hami constitue l’expansion la plus importante de l’arsenal nucléaire chinois jamais réalisée », indique le rapport de la Fédération des scientifiques américains.

Coercition nucléaire

L’importance de la dernière découverte de silos réside dans le fait que l’armée chinoise « pourrait être sur le point de disposer d’un inventaire initial de plus de 3 000 ogives », a déclaré à Epoch Times Rick Fisher, chercheur principal au centre de réflexion International Assessment and Strategy Center, basé en Virginie.

« La Chine entame maintenant un sprint vers la supériorité en matière d’ogives nucléaires », a-t-il déclaré dans un e-mail.

La découverte des activités clandestines de Pékin soulève également la question de savoir ce que Pékin pourrait faire d’autre pour renforcer ses capacités nucléaires sans que la communauté internationale n’en soit informée, a déclaré Patty-Jane Geller, analyste politique pour la dissuasion nucléaire et la défense antimissile au sein du groupe de réflexion Heritage Foundation, basé à Washington.

Elle a fait remarquer que certains ont écarté la menace posée par Pékin en citant les estimations publiques de son stock nucléaire, qui s’élève à 350 ogives, soit une fraction des stocks détenus par les États-Unis et la Russie. Mais les résultats montrent que « nous ne devrions pas nous contenter de nous fier aux chiffres », a déclaré Mme Geller.

« Nous ne pouvons plus nous contenter de les considérer comme un pays disposant de quelques armes nucléaires. Nous devons les prendre plus au sérieux », a-t-elle déclaré à Epoch Times.

« Je ne pense pas que la plupart des Américains seraient d’accord pour vivre avec une Chine pouvant contrôler les États-Unis par l’entremise d’une forte capacité militaire. »

Les États-Unis pourraient commencer à voir une « coercition nucléaire » de la part de Pékin « dès le milieu de la décennie, à moins que les États-Unis ne prennent des contre-mesures dès maintenant », selon le chercher en stratégies Rick Fisher.

La menace est d’autant plus grande si le régime s’associe à la Russie pour combiner les forces nucléaires afin de contraindre les États-Unis. Par exemple, cela pourrait empêcher « un futur président américain faible de prendre la défense de Taïwan » en cas d’attaque de Pékin, a-t-il déclaré.

« Si l’Amérique ne réagit pas rapidement, nous serons confrontés à une ère d’infériorité stratégique, d’intimidation constante, voire d’attaque nucléaire par la Chine et la Russie », a déclaré M. Fisher.

Des véhicules militaires transportant des missiles balistiques intercontinentaux DF-31AG participent à un défilé militaire sur la place Tiananmen à Pékin, le 1er octobre 2019. (Greg Baker/AFP via Getty Images).

Dissuasion minimale

L’expansion nucléaire de la Chine amène à se demander si Pékin est toujours attaché à une posture de dissuasion minimale, qu’il maintient publiquement depuis des décennies. Cette politique prévoit que le régime maintienne son stock nucléaire au niveau minimum nécessaire pour dissuader les menaces nucléaires.

Fu Cong, directeur général du département du contrôle des armements au ministère chinois des Affaires étrangères, a réitéré l’engagement du régime lors de la conférence annuelle de l’UE sur la non-prolifération et le désarmement en novembre dernier.

« Je pense qu’il est clair maintenant que la Chine s’éloigne de la dissuasion minimale et devient plus ambitieuse », a déclaré Mme Geller. Outre la construction de nouveaux silos, Mme Geller a déclaré que la Chine déployait également de nouveaux bombardiers à capacité nucléaire et développait des missiles balistiques intercontinentaux capables de transporter plusieurs ogives à la fois.

Le rapport de la Fédération des scientifiques américains affirme qu’à la lumière des nouveaux silos, la Chine a « quitté la catégorie de la dissuasion minimale ».

« Ce renforcement est très préoccupant et soulève des questions sur les intentions de la RPC[République populaire de Chine] », a déclaré un porte-parole du ministère américain des Affaires étrangères dans un communiqué adressé à Epoch Times.

Le porte-parole a ajouté : « Malgré l’obscurcissement de la RPC, cette accumulation rapide est devenue plus difficile à dissimuler et met en évidence la façon dont la Chine s’écarte de décennies de stratégie nucléaire basée sur la dissuasion minimale. »

Au moment de la rédaction de cet article, le ministère chinois des Affaires étrangères n’a pas encore commenté les nouveaux silos.

En Chine, les appels se multiplient pour que le régime élargisse son arsenal nucléaire. Ainsi, en mai dernier, Hu Xijin, rédacteur en chef du Global Times, journal d’État belliciste, s’est exprimé sur son site Internet chinois pour demander au régime d’étendre son arsenal nucléaire.

En Chine, les appels se multiplient pour que le régime étende son arsenal nucléaire. Par exemple, en mai dernier, Hu Xijin, rédacteur en chef du journal d’État faucon Global Times, a appelé sur son compte de médias sociaux chinois à ce que Pékin porte rapidement le nombre de ses ogives nucléaires à plus de 1 000, dont un minimum de 100 missiles balistiques intercontinentaux DF-41, ou Dong Feng-41. Il a déclaré que ces ogives étaient nécessaires pour « freiner l’agression stratégique des États-Unis ».

Les experts estiment que les missiles balistiques intercontinentaux DF-41 ont une portée opérationnelle de 15 000 km, ce qui les rend capables de frapper le continent américain.

Toujours en mai 2020, l’expert militaire chinois Song Zhongping a déclaré au Global Times que Pékin « doit augmenter son nombre d’armes nucléaires afin de freiner efficacement la frappe nucléaire des États-Unis et la dissuasion nucléaire contre la Chine ».

La semaine dernière, Global Times a publié un éditorial en réponse aux deux rapports sur les nouveaux champs de silos de la Chine. L’article ne niait ni ne confirmait les conclusions, mais affirmait que le régime devait disposer d’une force nucléaire « suffisamment puissante pour faire craindre les États-Unis – de l’armée au gouvernement ».

Avertissements des États-Unis

Mme Geller a déclaré que le rapport de la Fédération des scientifiques américains confirmait les précédentes mises en garde de l’amiral Charles Richard concernant la capacité nucléaire croissante de la Chine. L’amiral Richard est le chef du commandement stratégique américain, qui supervise les armes nucléaires du pays.

Lors d’une audition au Congrès en avril, l’amiral Richard a déclaré (pdf) que le stock nucléaire de la Chine connaissait une « expansion sans précédent » et que Pékin était « sur le rythme nécessaire pour doubler son stock nucléaire d’ici la fin de la décennie ».

Il a ajouté que le régime était sur le point de déployer une triade nucléaire stratégique complète – missiles terrestres, sous-marins et bombardiers.

« La Chine est capable d’exécuter n’importe quelle stratégie plausible d’emploi du nucléaire au niveau régional et sera bientôt en mesure de le faire à des distances intercontinentales », a déclaré M. Richard.

En réponse à la nouvelle découverte des silos de la Chine, le commandement stratégique américain a déclaré dans un tweet : « Le public a découvert ce que nous disions depuis le début sur la menace croissante à laquelle le monde est confronté et le voile de secret qui l’entoure. »

Un nouveau cap

Washington doit tracer une nouvelle voie face à la menace militaire croissante que représente Pékin.

« Pour protéger l’Amérique des futures menaces nucléaires chinoises et russes, l’administration Biden va devoir revenir sur ses préférences initiales en matière de contrôle des armements et de réduction nucléaire pour mener au contraire le renforcement nucléaire américain le plus agressif depuis la guerre froide », a déclaré M. Fisher.

Après son entrée en fonction en janvier, le président Joe Biden a renouvelé le traité de contrôle des armements New START pour cinq années supplémentaires, jusqu’au 5 février 2026. Ce traité, signé en 2010, limite la Russie et les États-Unis à un maximum de 1 550 ogives nucléaires.

M. Fisher a déclaré que le traité devait être abandonné car il « ne fait plus progresser la sécurité américaine ».

Bien que des efforts aient été déployés pour amener la Chine à participer à des négociations trilatérales sur le contrôle des armements, Pékin a rejeté l’appel en affirmant que le nombre de ses arsenaux nucléaires était faible par rapport à ceux des États-Unis et de la Russie.

Selon Mme Geller, le traité de contrôle des armements New START est dépassé car il a été signé à une époque – il y a 11 ans – où « nous n’étions absolument pas au courant de l’expansion chinoise à laquelle nous assistons aujourd’hui ».

« Ce que nous devons faire au minimum, c’est de faire aboutir nos propres efforts de modernisation nucléaire », a déclaré Mme Geller.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ