La Chine préfère que Trump ne remporte pas un second mandat, selon un responsable des renseignements américains

Des acteurs liés au Kremlin cherchent à donner un coup de pouce à Trump
Par Zachary Stieber
8 août 2020
Mis à jour: 8 août 2020

Le Parti communiste chinois (PCC) ne veut pas que le président Donald Trump soit réélu en novembre, selon une nouvelle évaluation des services de renseignement.

« Nous estimons que la Chine préfère que le président Trump – que Pékin considère comme imprévisible – ne soit pas réélu », a déclaré vendredi William Evanina, directeur du Centre national de contre-espionnage et de sécurité, dans un communiqué.

Le PCC travaille dur pour influencer les arguments électoraux et politiques, notamment en faisant pression sur les élus et les dirigeants des partis candidats considérés comme opposés aux intérêts de la Chine.

La position de plus en plus dure de l’administration Trump à l’égard de la Chine, y compris la fermeture forcée du consulat chinois à Houston, a conduit à une augmentation des critiques contre l’administration, selon M. Evanina.

« Bien que la Chine continuera à peser les risques et les avantages d’une action agressive, sa rhétorique publique au cours des derniers mois a été de plus en plus critique à l’égard de la réaction de l’administration actuelle face au Covid-19, de la fermeture du consulat chinois à Houston et des actions menées sur d’autres questions », a-t-il déclaré.

« Par exemple, il a sévèrement critiqué les déclarations et les actions de l’administration sur Hong Kong, TikTok, le statut juridique de la mer de Chine méridionale et les efforts de la Chine pour dominer le marché de la 5G. Pékin reconnaît que tous ces efforts pourraient affecter la course à la présidence. »

Au cours des derniers mois, l’administration Trump a accéléré ses actions pour contrer une série de menaces à la sécurité et à la liberté posées par le PCC. Ces mesures comprennent la sanction de fonctionnaires pour abus de droits dans la région du Xinjiang et l’écrasement des libertés à Hong Kong, ainsi que l’interdiction des transactions américaines avec les propriétaires chinois des applications TikTok et WeChat pour des raisons de sécurité nationale.

Le candidat à la présidence Joe Biden, quant à lui, a également adopté une position ferme à l’égard de la Chine. Il a également fait campagne en critiquant Trump pour avoir prétendument « roulé pour les Chinois » au début de la pandémie Covid-19.

En ce qui concerne la Russie, les services de renseignement affirment que le pays utilise diverses mesures pour dénigrer Joe Biden, l’ancien vice-président et candidat démocrate présumé à la présidence.

Le leader du Parti communiste chinois Xi Jinping participe à une réunion avec les délégués du Forum de la nouvelle économie de 2019 au Grand Hall du peuple à Pékin, en Chine, le 22 novembre 2019. (Jason Lee-Pool/Getty Images)

« Cela correspond aux critiques publiques que Moscou lui a adressées lorsqu’il était vice-président pour son rôle dans la politique de l’administration Obama à l’égard de l’Ukraine et son soutien à l’opposition anti-Poutine en Russie », a déclaré M. Evanina.

« Par exemple, le parlementaire ukrainien pro-russe Andriy Derkach répand des accusations de corruption, notamment en publiant des fuites d’appels téléphoniques, afin de saper la candidature de l’ancien vice-président Biden et le Parti démocrate. Certains acteurs liés au Kremlin cherchent également à promouvoir la candidature du président Trump sur les médias sociaux et la télévision russe. »

Il n’était pas clair si la Chine préférait Trump ou sa rivale Hillary Clinton en 2016. Le président russe Vladimir Poutine a déclaré en 2018 qu’il avait voulu que Trump gagne en 2016.

La communauté du renseignement affirme que l’Iran cherche à saper Trump et les institutions américaines et à diviser le pays avant les élections de novembre.

L’Iran va probablement concentrer ses efforts sur l’Internet, notamment en diffusant de la désinformation sur les médias sociaux, selon l’évaluation. La Chine et la Russie prennent également des mesures néfastes en ligne.

« La motivation de Téhéran à mener de telles activités est, en partie, motivée par la perception que la réélection du président Trump entraînerait une poursuite des pressions américaines sur l’Iran dans le but de fomenter un changement de régime », a déclaré M. Evanina.

Le candidat démocrate à la présidence et ancien vice-président Joe Biden parle des troubles qui secouent le pays depuis l’hôtel de ville de Philadelphie, à Philadelphie, Pennsylvanie, le 2 juin 2020. (Jim Watson/AFP via Getty Images)

Dans une déclaration, Tim Murtaugh, le directeur de la communication de la campagne Trump, a déclaré : « L’évaluation de la communauté du renseignement selon laquelle la Chine et l’Iran tentent tous deux d’empêcher la réélection du président Trump est préoccupante, mais apparaît clairement parce qu’il les a tenus responsables après des années de dorlotement par des politiciens comme Joe Biden. »

« L’administration Trump a été plus dure avec la Russie que toute autre administration dans l’histoire, en imposant des sanctions et en expulsant des diplomates, contrairement à l’administration Obama-Biden », a-t-il ajouté.

La campagne de Joe Biden n’a pas répondu à une demande de commentaires.

Dans une déclaration commune, le président par intérim du Sénat pour le renseignement, Marco Rubio (R-Fla.), et Mark Warner (démocrate, Virginie), membre du comité de classement, ont déclaré que l’évaluation « met en évidence certaines des menaces sérieuses et permanentes que la Chine, la Russie et l’Iran font peser sur notre élection ».

« Tout le monde – les électeurs, les fonctionnaires locaux et les membres du Congrès – doit être conscient de ces menaces. Et nous devons tous nous efforcer d’empêcher des acteurs extérieurs de pouvoir s’immiscer dans nos élections, d’influencer notre politique et de saper la confiance dans nos institutions démocratiques », ont-ils ajouté.

Les législateurs ont exhorté les élus à s’abstenir de « militariser » les questions de renseignement, affirmant que cela ne ferait que favoriser « les objectifs de division de nos adversaires ».

Le saviez-vous  ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ