La Chine révèle un nouveau cas de peste porcine africaine chez les sangliers

Par Chriss Street
19 mars 2020
Mis à jour: 19 mars 2020

Le ministère chinois de l’Agriculture a annoncé le 3 mars que la peste porcine africaine (PPA) a été détectée chez 7 sangliers morts dans le district forestier de Shennongjia en Chine, dans la province de Hubei.

Le ministère chinois de l’Agriculture et des Affaires rurales (MARA) a confirmé ses premiers cas de peste porcine africaine dans la province de Liaoning le 3 août 2018. Le MARA a ensuite confirmé 165 foyers dans 32 provinces chinoises, régions autonomes et régions administratives spéciales.

Les décès dus à la PPA et les abattages effectués par le ministère ont réduit de moitié la population chinoise de porcs domestiques (440 millions) au cours des huit premiers mois de l’année 2019, selon Rabobank, une banque néerlandaise spécialisée dans l’alimentation et l’agriculture.

L’analyse des 21 premiers foyers de PPA en Chine a permis d’établir un lien entre l’alimentation des porcs et les déchets de cuisine dans plus de 60 % des cas. Le matériel contaminé, les mouches suceuses de sang, les tiques et autres insectes peuvent alors propager le virus entre les porcs domestiques et sauvages.

Il n’existe pas de vaccin contre la PPA pour ce virus très contagieux qui se caractérise par une forte fièvre, une perte d’appétit et des hémorragies de la peau et des organes internes. Le virus pourrait être mortel à 100 % pour les porcs domestiques et les sangliers. Pendant la période d’infection de 10 jours, les animaux souffrent souvent de diarrhée, de vomissements, de toux et d’autres difficultés respiratoires.

Le ministère américain de l’Agriculture a prévu en octobre dernier que la production chinoise de viande de porc en 2020 diminuerait de 25 % par rapport à l’année précédente. L’écart prévu de 12 millions de tonnes métriques serait équivalent à la quasi-totalité de la production annuelle des États-Unis, a rapporté l’Associated Press.

Les prix mondiaux du porc ont augmenté car les importateurs chinois achètent davantage au Canada, en Europe et chez d’autres fournisseurs.

L’inflation alimentaire chinoise a grimpé à 21,9 % par rapport à l’année précédente, entraînée par une hausse de 135,2 % du prix du porc.

Le porc étant la principale source de protéines en Chine, les autorités gouvernementales espéraient que les prix des denrées alimentaires baisseraient lorsque des progrès auraient été réalisés pour désengorger les ports chinois, qui sont fortement encombrés et empêchent les livraisons de denrées alimentaires importées.

Des milliers de conteneurs réfrigérés transportant de la viande, des fruits de mer et des fruits du monde entier ont été bloqués dans les ports chinois pendant des semaines depuis que Pékin a prolongé les vacances du Nouvel An lunaire et que les villes du pays ont restreint la libre circulation pour freiner la propagation du « virus du PCC », a rapporté Reuters.

Les associations portuaires de Shanghai et de Tianjin ont récemment annoncé que le retard dans le déchargement des conteneurs maritimes réfrigérés de 6 mètres – contenant principalement du porc et du poulet congelés – sont passés de 27 000 à la mi-février à 17 000 au cours de la première semaine de mars.

La révélation par MARA d’un nouveau foyer de peste porcine africaine en Chine centrale fait craindre qu’un nouvel abattage préventif de millions de porcs chinois constitue un risque pour la sécurité alimentaire qui pourrait faire grimper l’inflation alimentaire.

Ce risque s’est intensifié, l’Organisation mondiale de la santé animale ayant signalé que de nouveaux foyers de peste porcine africaine ont récemment été signalés près des frontières nord et sud de la Chine.

Le ministère sud-coréen de l’Agriculture a rapporté que les tests de 99 sangliers s’étaient avérés positifs pour la PPA le long de la frontière nord-coréenne – les cas ont été découverts entre le début février et le 3 mars. En septembre 2019, la Corée du Sud a signalé l’apparition de la peste porcine africaine dans 14 élevages de porcs et a abattu 400 000 porcs. Mais le nombre total de sangliers touchés depuis lors est passé à 347, a indiqué M. Yonhap.

L’agence de santé animale de Birmanie (également connue sous le nom de Myanmar) a révélé début février qu’un petit élevage de porcs dans l’État de Shan, dans le nord du pays, avait été touché par le premier cas de peste porcine africaine depuis décembre. Le 22 février, un grand élevage de porcs dans l’État de Kachin, près de la frontière chinoise, a connu son premier foyer de PPA après la mort de trois porcs. La source de la dernière infection est inconnue, mais « les autorités soupçonnent des déplacements illégaux d’animaux, des eaux grasses et/ou des fomites (personnes et équipement) ».

RECOMMANDÉ