La Chine signale la première apparition de la grippe aviaire H5N6 dans une ferme avicole du Sichuan

Par Jack Phillips
11 février 2020 Mis à jour: 11 février 2020

Une épidémie de grippe aviaire H5N6 a été signalée par les responsables du régime dans la province chinoise du Sichuan, elle est distincte de l’épidémie de coronavirus qui a provoqué des blocages dans d’autres régions du pays.

Il s’agit de la première grippe aviaire H5N6 détectée dans un élevage de volaille depuis la découverte de quatre cas chez des cygnes au début de l’année dans le Xinjiang, a rapporté Reuters.

Le ministère a déclaré dimanche soir que 1 840 des 2 497 oiseaux sont morts dans la ferme, a rapporté Reuters. Le reste des oiseaux a été abattu pour éviter la propagation du virus.

Selon Taiwan News, aucun cas d’infection humaine n’a été signalé par le ministère.

En janvier, le ministère de l’agriculture a déclaré que 19 cygnes ont été tués par la maladie dans une réserve qui abrite environ 150 oiseaux, selon Reuters.

Le H5N6 peut provoquer des maladies graves chez les êtres humains, mais les cas sont rares, même en Chine continentale. Le régime a signalé un total de 24 cas confirmés à l’Organisation mondiale de la santé depuis 2014, dont sept personnes décédées, a rapporté Taiwan News, citant les données de l’OMS.

Au début de ce mois, la province chinoise du Hunan a signalé un foyer de grippe aviaire H5N1, qui a également provoqué la mort ou l’abattage de milliers d’oiseaux dans une ferme.

Le ministère de l’Agriculture du pays a déclaré le 2 février que 18 000 poulets avaient été abattus à Shaoyang, dans la province du Hunan. Mais cette décision est intervenue à la suite de la maladie et de la mort de quelque 4 500 poulets, soit plus de la moitié des volailles de la ferme à l’origine de l’épidémie.

La souche de la grippe est le « sous-type H5N1 de la grippe aviaire hautement pathogène », peut-on lire dans sa déclaration.

La grippe aviaire H5N1 a tué des centaines de personnes dans le monde depuis 2003, selon les données de l’OMS (pdf).

La Municipalité de Shanghai a annoncé le 10 février dernier que 13 000 quartiers résidentiels de la ville sont désormais en « gestion étanche » en raison de la menace du coronavirus, selon le compte-rendu du gouvernement Weibo. L’enregistrement est désormais obligatoire pour toute personne entrant et sortant de ces districts.

Les personnes qui reviennent de régions chinoises gravement touchées par le virus doivent être mises en isolement pendant 14 jours.

Les responsables de Pékin ont annoncé des mesures similaires pour freiner la propagation du coronavirus. L’une de ces mesures concerne la « gestion de l’étanchéité » des quartiers résidentiels et des villages. Les résidents locaux et les véhicules immatriculés localement ne peuvent pénétrer dans les zones résidentielles qu’avec une identification adéquate. L’entrée des non locaux et de leurs véhicules est interdite.

Un « isolement centralisé strict » sera appliqué et le bureau local de la sécurité publique interviendra pour faire appliquer la mesure d’isolement aux personnes qui ne s’y conforment pas, indique l’avis d’annonce.

RECOMMANDÉ