La Chine veut ouvrir une nouvelle route économique à travers le Pakistan

11 juin 2015
Mis à jour: 26 octobre 2015

 

Un conflit financé par la Chine est en train de se préparer dans la province du Baloutchistan au Pakistan où des militants séparatistes et des combattants talibans ne sont pas prêts à ne rien dire en regardant la Chine construire des routes, des voies de chemin de fer et des oléoducs à travers la région.

Le Pakistan pourrait être en train de se préparer « à l’amorce d’une opération militaire de grande ampleur dans le Baloutchistan », explique une analyse issue de la société de renseignement IHS Jane’s. Ce document explique que le Premier ministre pakistanais Nawaz Sharif a organisé une conférence entre toutes les parties le 1er juin à Quetta, la plus grande ville du Baloutchistan, dans l’intention de créer « un consensus parmi les lignes politiques ».

Le conflit imminent jette les bases du Corridor économique sino-pakistanais (China-Pakistan Economic Corridor – CPEC), aussi appelé la nouvelle Route de la soie. Le CPEC partira de la province du Xinjiang dans le nord-ouest de la Chine pour arriver jusqu’au port de Gwadar dans le sud-ouest du Baloutchistan.

Si les plans semblent convenables sur le papier, la construction sera une autre histoire. Dans le centre et le sud du Baloutchistan se trouvent des groupes nationalistes, parmi lesquels l’Armée de libération baloutche, qui selon la société IHS Jane’s a par le passé kidnappé et tué des étrangers et « principalement des Chinois » pour contrecarrer les plans du Pakistan de développer la région.

Toujours selon la société IHS Jane’s, le Baloutchistan est aussi le foyer de divers groupes islamistes, comme les factions dissidentes des Talibans pakistanais. La région abrite aussi d’importants réseaux de crimes organisés qui pratiquent le trafic d’armes, de drogues et de carburant, ainsi que des groupes sectaires violents.

Pour le bon fonctionnement du Corridor économique sino-pakistanais, les Chinois devront assujettir ces différents groupes. À l’images de telles tentatives menées par les États-Unis pour réfréner les violences en Iraq et en Afghanistan, cela risque d’être très compliqué pour la Chine. C’est pourquoi le régime chinois laisse cette mission au Pakistan qui, dans cet objectif, est en train de développer une nouvelle force paramilitaire spécialement pour protéger le Corridor.

Le gouvernement pakistanais a accepté de dépenser 250 millions de dollars (environ 222 millions d’euros) pour mettre en place une nouvelle force de sécurité qui devrait être entraînée et opérationnelle d’ici trois à cinq ans.

L’ensemble du projet devrait prendre 15 à 20 ans. La phase initiale de construction des infrastructures de transports devrait s’étendre sur 3 à 5 ans.

La société IHS Jane’s constate qu’il est peu probable que les travailleurs chinois arrivent avant la fin de la première phase de construction. Selon IHS Jane’s, à ce moment-là, « si le gouvernement pakistanais n’a toujours pas réussi à contrôler ou éradiquer le militantisme dans cette province, cela représenterait un risque accru pour les individus et les actifs chinois ».

 

Version originale : China Wants a New Silk Road, But They Have to Get Past the Taliban First

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ