La défense de l’environnement devrait être la première cause des conservateurs

Par Gary L. Gregg
31 juillet 2019 Mis à jour: 1 août 2019

Qu’est ce qu’un conservateur ? Dans son amusant Devil’s Dictionary, Ambrose Bierce le définit comme tel : « Conservateur, n. Un homme d’État épris de tout ce qui est négatif, se différenciant des libéraux, qui espèrent remplacer le mauvais par autre chose. »

Il y a quelque chose d’amusant dans cette catégorisation satirique, et cela pourrait même sonner juste. Dans tout l’Occident, les conservateurs sont sceptiques à l’égard des changements – craignant que la situation ne s’aggrave (et c’est généralement le cas !).

Mais voilà, Bierce a écrit cela il y a plus d’un siècle, bien avant la montée de ce qui allait devenir le mouvement intellectuel conservateur qui, à son tour, a donné naissance à un mouvement politique qui a contribué à influencer profondément le cours de la seconde moitié du XXe siècle.

Pourtant, le siècle dernier a apporté tant de changements, et une grande partie de ce que les conservateurs devaient chérir et chercher à conserver a été endommagé ou perdu : la foi et la croyance dans les institutions de la famille, dans la place limitée que doit occuper le gouvernement, dans les communautés dynamiques, dans les normes traditionnelles, les valeurs, les façons de vivre et les bonnes manières.

Avec tant de terrain déjà perdu, les penseurs conservateurs plus contemporains ont dû aller au-delà de la simple conservation du statu quo et en sont venus malgré eux à incarner le dicton d’Edmund Burke selon lequel « le changement est le moyen de notre préservation ».

Là est le problème. Les penseurs conservateurs ne peuvent pas se contenter d’adopter le statu quo en s’accrochant amèrement aux dernières idées préconçues d’une société traditionnelle. Ils doivent s’orienter vers de nouvelles idées et de nouvelles propositions.

En d’autres termes, le conservateur du XXIe siècle ne peut pas simplement s’éprendre des maux existants, comme certains l’ont peut-être été à l’époque de M. Bierce, mais il doit imaginer et proposer de nouvelles solutions et voies pour redresser la situation.

Que sont encore ces conservateurs, s’ils ne conservent pas ce qu’ils peuvent ? Nous ne serons rien si nous ne pouvons pas non plus évoluer de façon pertinente ni reconstruire ce qu’il est impossible de garder à notre époque.

Examinons maintenant les citations suivantes issues de différents médias :

« Les changements climatiques risquent d’entraîner un effet domino aux conséquences catastrophiques telles qu’une extinction globale des espèces animales et végétales » (Science Daily, 29 novembre 2018)

« ‘Atteindre la Fin : Un nouveau document sur le changement climatique suscite l’inquiétude – ‘L’enfer sur terre’ nous est prédit si des mesures immédiates ne sont pas prises pour remplacer les combustibles fossiles par des énergies propres. » (Aljazeera, 8 juin 2019)

« Les Grecs antiques face à l’impact des changements climatiques » (Greek Travel Pages, 27 juin 2019)

Je ne suis pas un scientifique et je ne suis donc pas en mesure d’être un « alarmiste climatique » ou un « négationniste du changement climatique ». Je suppose que le lecteur ici n’est peut-être pas non plus un scientifique, et qu’il n’a peut-être pas de fait une base solide sur laquelle fonder votre opinion sur ces titres.

Je n’ai aucun moyen objectif d’affirmer que ces titres sont vrais ou faux. Ils sont peut-être fondés sur les meilleures données scientifiques objectives que nous ayons. Ils sont peut-être exagérés. Ils peuvent être basés sur de simples suppositions ou sur les pires scénarios. Je n’en sais rien.

Ce que je sais, c’est que le vrai conservateur a l’instinct de conserver. Comme l’a dit Burke, nous avons « une disposition à préserver et une capacité à nous améliorer ».

Russell Kirk, dans un livre qui vient d’être réédité cette année après que 50 ans se sont écoulés depuis sa première édition, affirme que notre côté conservateur concerne la « permanence » – des choses qui sont considérées comme fondamentales au point d’être permanentes et qui méritent donc nos efforts de préservation, à une époque d’impermanence et de « progrès ».

Depuis la montée du mouvement conservateur après la Seconde Guerre mondiale, les conservateurs ont tiré la sonnette d’alarme. Les changements dans notre économie, dans nos écoles, dans nos familles, dans nos habitudes et nos mœurs, ainsi que dans notre système de pouvoir gouvernemental limité et contrôlé.

Ces conservateurs avaient raison d’être alarmistes et, dans la mesure où nous avons tenu compte de ces avertissements, nous sommes restés une société libre et ordonnée. Nous n’avons cependant pas relevé leur défi dans certains domaines, et nous en constatons aujourd’hui les résultats dans notre culture ou dans les décisions politiques de notre temps. À bien des égards, nous avons récolté ce qu’ils nous ont dit que notre culture était en train de semer.

Quel est le rapport avec le changement climatique ? Si le conservatisme, au fond, consiste à conserver ce qui est bon, et si un conservateur modèle a une « disposition à préserver », alors la préservation de notre environnement devrait être notre cause. Ainsi, si nous restons indifférents aux préoccupations concernant la santé de l’environnement, cela revient à abandonner notre croyance au besoin de conserver.

Si ces gros titres exagèrent le cas ne serait-ce que de moitié, les conservateurs devraient-ils encore s’inquiéter et traiter les problèmes sérieusement ? Si seulement 10 % des espèces venaient à disparaître définitivement de la planète , n’est-ce pas là un chiffre suffisant pour que notre instinct conservateur nous pousse à agir ? Nous n’avons pas besoin de croire de façon superstitieuse tout ce qui nous est asséné par les scientifiques et les activistes de l’environnement pour passer à l’acte.

L’environnement est naturellement ce que nous cherchons à protéger, et donc le fondement même de ce « conservatisme ». Certains de nos plus grands héros nationaux, tels que Teddy Roosevelt, qui a créé le réseau des parcs nationaux, et Russell Kirk, qui a planté des dizaines d’arbres pour faire amende honorable à ses ancêtres, transformant sa région du Michigan en « pays des souches ».

Nous pouvons le voir dans de grandes œuvres d’imagination de notre seconde moitié du XXe siècle comme Le Seigneur des anneaux ou Les Chroniques de Narnia.

Mais en cours de route, nous avons permis à la gauche de s’attaquer à cette cause et, ce faisant, nous en avons été chassés. Le diagnostic de ce qui s’est passé n’est pas mon but ici, mais ce diagnostic s’accompagne de questions économiques complexes, de préoccupations sur notre liberté, et la gauche aujourd’hui décide d’utiliser son agenda pour promouvoir d’autres causes qui lui tiennent à cœur.

Les conservateurs doivent de nouveau s’emparer du rôle des défenseurs de l’environnement. Au lieu de nous moquer de toutes les préoccupations des militants écologistes, nous devrions trouver les moyens d’aider qui ne causeront pas de dommages fâcheux à d’autres choses de valeur. D’Aristote à Burke en passant par Kirk, le conservateur est très prudent dans sa recherche d’un équilibre entre des produits concurrents.

Nous devons aimer l’endroit où nous vivons et en prendre soin comme de notre maison. Nous devrions trouver les solutions nous permettant d’être conservateurs dans nos habitudes quotidiennes et d’imaginer de nouvelles solutions à ce qui nous menace.

En d’autres termes, nous avons besoin d’un changement dans nos attitudes et notre imagination pour devenir plus authentiquement conservateurs.

Après tout, tout ce que nous souhaitons conserver et voir prospérer existe à l’échelle de nos villes et de notre planète. Protéger l’environnement signifie avoir l’espoir de savoir préserver tout ce qui fait que la vie vaut la peine d’être vécue.

Gary L. Gregg est directeur du McConnell Center de l’université de Louisville et est l’hôte du podcast Vital Remnants.

Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l’auteur et ne reflètent pas nécessairement celles d’Epoch Times.

Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l’auteur et ne reflètent pas nécessairement celles d’Epoch Times.

RECOMMANDÉ