La déité miséricordieuse, la bodhisattva Avalokiteshvara

Une beauté rare qui accorde aux bouddhistes l'intrépidité
Par Lorraine Ferrier
15 janvier 2020
Mis à jour: 15 janvier 2020

La vie peut être dure. Face à la peur, aux crises et aux difficultés, certains bouddhistes appellent la bodhisattva Avalokiteshvara à l’aide. Avalokiteshvara répond immédiatement en accordant du courage, selon le chapitre 25 d’un recueil d’écritures bouddhistes connu sous le nom de Sūtra du Lotus.

C’est ce qui est dit dans le même chapitre :

Elle fait pleuvoir une douce rosée et une pluie du Dharma,
Qui éteignent les flammes de l’affliction.

Le Dharma fait référence aux enseignements du Bouddha que les bouddhistes croient être la vérité universelle et éternelle.

Le Sūtra du Lotus mentionne 33 formes différentes d’Avalokiteshvara : masculine ou féminine, humaine ou non humaine. Avalokiteshvara peut être n’importe qui, d’un dieu à un laïc, d’un roi à un mendiant, d’un aîné à un jeune, ou même un dragon céleste, et toutes sortes d’esprits. Quelle que soit la forme que prend Avalokiteshvara, elle est toujours la meilleure pour la situation en question et la croissance spirituelle de l’être qui a besoin d’aide. La bodhisattva Avalokiteshvara est connue comme la bodhisattva de la compassion et de la miséricorde infinies.

Les bodhisattvas tels qu’Avalokiteshvara sont sur terre uniquement pour sauver les êtres vivants de la douleur et de la souffrance qui proviennent du fait d’être liés par le cycle de la naissance, de la vie et de la mort – un cycle que les bouddhistes appellent saṃsāra. Tout comme une mère fait passer les besoins de ses enfants avant les siens, un bodhisattva fait passer les besoins de tous les êtres vivants avant les siens. En tant qu’être spirituel élevé, un bodhisattva n’a qu’une seule vie à vivre avant d’obtenir l’état de Bouddha suprême. Et pendant cette vie, le bodhisattva fait le vœu d’atteindre l’illumination (l’éveil spirituel) afin d’aider les autres, un acte désintéressé que les bouddhistes appellent bodhicitta.

Les bouddhistes croient qu’ils recevront les bénédictions et la protection des bodhisattvas en récitant des mantras et en leur apportant des offrandes dans les temples.

Le nom de la bodhisattva Avalokiteshvara change de pays en pays, mais chacun représente la même déité. Beaucoup peuvent être familiers avec le nom chinois de Guanyin. En Corée, Avalokiteshvara est connue sous le nom de Gwaneum.

Sculpture coréenne de Guanyin du XIIIe siècle

Actuellement, une sculpture rare de Guanyin peut être vue de près au musée national d’Art asiatique de Smithsonian, aux États-Unis. La statue religieuse est prêtée par le musée national de Corée, à Séoul, et peut être vue à l’exposition Dévotion sacrée : Un chef-d’œuvre du bouddhisme coréen à la Freer Gallery of Art et à la Arthur M. Sackler Gallery, tous deux situés l’un à côté de l’autre à Washington, aux États-Unis.

On pense que la sculpture de Guanyin a été réalisée pour un temple vers 1220-1285, à la fin de la période Goryeo en Corée (918-1392).

Le bodhisattva Avalokiteshvara (Guanyin) Corée, dynastie Goryeo, vers 1220-1285.

Brillant de couleur dorée de la tête aux pieds, la Guanyin en bois est sculptée, ornée de bijoux et d’une simple robe de soie, et surmontée d’une couronne métallique étonnante, ornée de fleurs de lotus, de flammes joaillières et de rubans de bois qui semblent flotter. Un bijou sur le troisième œil de Guanyin, entre et légèrement au-dessus de ses sourcils, symbolise celui qui voit avec une vision éclairée, c’est-à-dire qui peut voir au-delà de notre plan physique.

Elle est assise presque nonchalamment, le pied gauche s’étendant directement vers nous et la jambe droite pliée, levée à hauteur de hanche et étendue sur le côté : une pose appelée rājalīlāsana – sanskrit pour décrire la pose de sérénité royale.

Corée, dynastie Goryeo, vers 1220-1285. Bois doré, cuivre doré et fer. (Musée national de Corée, Séoul)

Cette Guanyin est non seulement le plus ancien personnage en bois doré connu dans une pose informelle, mais elle est également dotée d’une couronne. Il est rare de trouver une sculpture de bodhisattva et une couronne ayant réussi à rester ensemble.

« La lune d’eau Avalokiteshvara » du XIVe siècle

Pour mieux comprendre le personnage de Guanyin, la Galerie Freer invite les visiteurs à s’inspirer du tableau La lune d’eau Avalokiteshvara de sa collection. Bien que le personnage de Guanyin ait été réalisé un siècle avant cette peinture d’Avalokiteshvara sur rouleau suspendu, il est utile de comparer les deux pièces de l’art de la période Goryeo.

Bodhisattva Avalokiteshvara (Guanyin), dynastie Goryeo, milieu du 14e siècle, Corée.
Gros plan du panneau peint sur le parchemin suspendu ; encre, couleur et or sur soie. Don de Charles Lang Freer. (Freer Gallery of Art)

Dans le tableau, la bodhisattva aide Sudhana, un jeune pèlerin, représenté en bas à gauche de l’image. La scène est tirée de « L’entrée dans le royaume de la réalité », qu’on retrouve dans le Soutra de l’ornementation fleurie (ou Soutra de la guirlande), où Sudhana rencontre Avalokiteshvara comme l’un des 53 enseignants que le bodhisattva Mandjoushri lui a dit de trouver sur son chemin vers l’illumination.

Dans la peinture, Avalokiteshvara est ornée de bijoux similaires à ceux de la Guanyin en bois, mais dans le rouleau suspendu, Bouddha Amitābha est clairement peint sur la couronne d’Avalokiteshvara, quelque chose qui manque sur la sculpture. Sur la Guanyin en bois doré, on peut voir un espace vide sur la couronne sur lequel on pense que le bouddha aurait été fixé sur une plaque de métal séparée.

Bodhisattva Avalokiteshvara (Guanyin), dynastie Goryeo, milieu du 14e siècle, Corée. Parchemin suspendu monté en panneau ; encre, couleur et or sur soie. Don de Charles Lang Freer. (Freer Gallery of Art)

La bodhisattva de la peinture tient dans sa main droite un chapelet de perles de cristal, ce qui laisse penser aux spécialistes que le personnage en bois a pu en tenir un à un moment donné. Avalokiteshvara a une auréole dans la peinture et est entourée d’un ovale appelé mandorle, deux signes d’un être divin. Ces deux signes peuvent également avoir été une partie de la représentation en bois.

Avalokiteshvara est peinte assise sur l’affleurement rocheux de sa demeure céleste au mont Potalaka, qui, selon certains, pourrait être une île au large des côtes de l’Inde occidentale. Si le nom de cet endroit semble familier, c’est parce que le palais du Potala, la demeure du Dalaï-Lama au Tibet, porte le nom du Potalaka. Les bouddhistes tibétains croient que chaque Dalaï-Lama est la réincarnation de la bodhisattva Avalokiteshvara.

Que faut-il privilégier : la consécration ou la curiosité ?

L’exposition présente également des recherches approfondies sur la sculpture du personnage religieux du musée national de Corée, notamment sur la façon dont elle a été fabriquée et sur des objets de dévotion trouvés à l’intérieur.

Les bouddhistes pratiquent des cérémonies de consécration qui, selon eux, invitent l’esprit de l’être éclairé sur une illustration ou une statue le représentant.

À l’intérieur de la sculpture de Guanyin se trouvent deux ensembles d’objets de dévotion : un lot date de l’époque où le personnage a été sculpté au 13e siècle, et un autre lot date d’environ 200 ans plus tard. Les objets à l’intérieur comprennent des textes bouddhistes imprimés sur bois en sanskrit et des objets symbolisant le concept bouddhiste de l’univers.

Matériaux de dévotion trouvés à l’intérieur de la sculpture. Corée, dynastie Goryeo et période Joseon, vers 1220-1500. (Musée national de la Corée, Séoul)

Certaines des offrandes à l’intérieur sont incomplètes ; peut-être que leur retrait était délibéré afin de protéger les secrets célestes au moment où la sculpture a été retirée du temple et hors du culte.

La consécration étant une pratique si solennelle, la disposition de ces pièces hors de leur contexte vénéré compromet d’une certaine manière l’objectif de l’exposition, qui est de présenter comment les bouddhistes vénéraient autrefois leur bodhisattva bien-aimé. En effet, de nombreux bouddhistes croient aujourd’hui, comme ils le faisaient alors, en la capacité de la bodhisattva Avalokiteshvara de soulager la souffrance. Selon les mots du Sūtra du Lotus :

Que pour ceux qui entendent son nom ou la voient,
Et qui ne cessent de penser à son nom,
Elle peut dissiper la souffrance de tous les domaines de l’existence.

Pour en savoir plus sur l’exposition Dévotion sacrée : Un chef-d’œuvre du bouddhisme coréen, qui se tient jusqu’au 22 mars à la Freer Gallery of Art et à la Arthur M. Sackler Gallery, au musée national d’Art asiatique de Smithsonian, Washington D.C., vous pouvez consulter le site web Asia.Si.edu.

RECOMMANDÉ