La dernière arnaque de « kidnapping virtuel » pour réclamer 200.000$ à des parents inquiets

Par Daniel Y. Teng
23 septembre 2020
Mis à jour: 24 septembre 2020

SYDNEY – Une étudiante chinoise a été retrouvée saine et sauve après un « enlèvement virtuel » très élaboré à Sydney, au cours duquel une famille en Chine a payé une « rançon » de plus de 200 000 $.

La jeune fille de 18 ans a été portée disparue le 8 septembre à la police de Nouvelle-Galles du Sud par des amis soucieux de son bien-être.

La police a appris que des vidéos et des images de la jeune fille avaient été envoyées à des membres de sa famille à l’étranger via l’application de médias sociaux chinois WeChat.

Les vidéos ont été suivies de demandes d’argent par des escrocs se faisant passer pour des policiers chinois, en échange de la libération de la jeune fille en toute sécurité. La famille devait progressivement transférer 213 000 $ sur un compte à l’étranger aux Bahamas.

Des escrocs parlant chinois se font passer pour des représentants de l’autorité chinoise (y compris la police) et dupent des étudiants chinois en Australie pour les faire participer à des « enlèvements virtuels », tout en extorquant les membres de leur famille dans le même temps. (Avec l’aimable autorisation de la police de Nouvelle-Galles du Sud)

La brigade des vols et des crimes graves du State Crime Command, en collaboration avec des détectives locaux, ont commencé à enquêter avec les négociateurs de la police, la police fédérale australienne et les autorités chinoises.

Les détectives ont trouvé la jeune fille saine et sauve à Pyrmont le 15 septembre.

Ils ont ensuite fait une descente dans une unité à Chatswood, sur la côte nord de Sydney, dans la résidence d’un étudiant en droit de 22 ans qui a également été contacté par les escrocs.

Selon le directeur de la police de Nouvelle-Galles du Sud, le commissaire Darren Bennett, l’étudiante a été « vraisemblablement recruté » pour aider les arnaqueurs alors qu’il pensait s’occuper d’un témoin protégé pour la « police chinoise ».

L’étudiant a rencontré la jeune fille au marché aux poissons de Sydney avant qu’elle ne reste quelques jours chez lui.

La police a révélé que la jeune fille avait été contactée par des escrocs en juillet, recevant un courriel de la « police chinoise » qui prétendait que ses données personnelles avaient été utilisées illégalement sur un colis intercepté à l’étranger.

Des escrocs parlant chinois se font passer pour des représentants de l’autorité chinoise (y compris la police) et dupent des étudiants chinois en Australie pour les faire participer à des « enlèvements virtuels », tout en extorquant les membres de leur famille dans le même temps (Avec l’aimable autorisation de NSW Police).

M. Bennett a renouvelé les récents avertissements concernant des escroqueries complexes d’enlèvement virtuel visant la communauté chinoise et les étudiants étrangers en Australie.

« Il semble que ces escrocs continuent à opérer et s’attaquent une fois de plus aux vulnérabilités des individus de la communauté qui ne sont pas en contact physique direct avec leurs familles », a-t-il déclaré dans un communiqué.

« Les individus derrière ces escroqueries d’enlèvement virtuel adaptent continuellement leurs scénarios et leur méthodologie, qui sont conçus pour tirer profit de la confiance des gens dans les autorités. »

La police de Nouvelle-Galles du Sud a révélé une série d’incidents similaires cette année, impliquant des familles chinoises.

Le 17 juin, un père en Chine a payé 2 millions $ après avoir reçu une vidéo de sa fille de 22 ans attachée à Sydney.

Le père a déclaré que l’auteur de l’appel à la rançon prétendait être de la police chinoise. Sa fille a ensuite été retrouvée saine et sauve dans un hôtel de Hurstville à la suite d’une enquête.

Le 22 avril, des agents du poste de police de Ryde à Sydney ont été contactés par une université soucieuse du bien-être d’un de ses étudiants.

La famille chinoise de l’étudiant aurait déclaré à la police que leur fille avait été enlevée. La famille a payé 300 000 $ de demande de rançon.

À la suite de ce dernier incident, la police a réitéré que ceux qui reçoivent un appel demandant de l’argent sous la menace de violences doivent raccrocher ou contacter le consulat chinois à Sydney pour vérifier les demandes.

FOCUS SUR LA CHINE – 1 M$ retrouvés chez un chef de village



Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ