La fille de Catherine Zeta-Jones, Carys, a grandi et ressemble trait pour trait à sa mère

Par Robert Jay Watson
27 décembre 2019 Mis à jour: 27 décembre 2019

Depuis ses débuts réussis dans Le masque de Zorro (1998) avec Antonio Banderas et Haute Voltige ( (1999) avec Sean Connery jusqu’à sa performance exceptionnelle de chant et de danse de Que le spectacle commence, à Chicago, (2002), Catherine Zeta-Jones a séduit le public par sa beauté saisissante et sa présence à l’écran.

Mais lorsque la star a épousé l’acteur Michael Douglas en 2000, l’écart d’âge entre les deux a fait hausser bien des sourcils. Douglas avait alors 56 ans et Zeta-Jones en avait 31.

Le couple n’a cependant jamais laissé les mots des autres se mettre en travers de leur amour, et est resté ensemble depuis, un exploit rare selon les standards hollywoodiens. De nos jours, cependant, ce sont leurs magnifiques enfants qui attirent l’attention alors qu’ils grandissent et ressemblent plus que légèrement à leurs célèbres parents.

Les choses n’ont pas été faciles pour Michael et Catherine au début. Leur romance semblait improbable pour la presse, bien qu’elle fût tout à fait logique pour eux. Comme Catherine l’a dit, au magazine E!, « quand ma mère me parlait des hommes et me racontait les faits de la vie, elle n’y mettait jamais vraiment une tranche d’âge. Et c’est si drôle, parce que Michael et mes parents ont le même âge ». Mais comme Michael l’a dit à l’époque de leur vie commune avec leur fils Dylan Zeta Douglas, « il n’y a pas mieux que ça », selon le termes du magazine E!.

En 2003, Carys Zeta Douglas est née et a apporté un tout nouveau souffle de joie à la famille. La famille vivait aux Bermudes, qui étaient littéralement une île de tranquillité par rapport à New York. Dans ses premières années, Carys pensait simplement que son père aimant était une personne ordinaire, sans jamais se douter qu’il était l’une des stars les mieux payées du cinéma.

Comme elle l’a dit au magazine Town & Country dans une interview en 2018, « je ne savais pas que mon père était un acteur, honnêtement ». Elle a plaisanté en disant qu’elle avait toujours supposé que sa profession était « fabricant de crêpes », car il était tellement impliqué dans la préparation des petits déjeuners familiaux.

Quand la famille a déménagé à New York, les choses étaient beaucoup moins amusantes pour la jeune Carys. Naviguer au milieu de l’attention massive de la presse que la famille recevait et des photographes paparazzi intrusifs pouvait être assez difficile. Comme Carys l’a dit à Town & Country, « j’étais vraiment bouleversée. Ils sautaient dans le métro et s’asseyaient juste en face de moi ».

Cependant, cette expérience l’a préparée aux pressions dues au fait d’être l’enfant de la royauté hollywoodienne. Elle se souvient avoir pensé, quand elle était petite fille : « Je dois me concentrer sur qui je suis vraiment, et ça va être quelque chose qui va juste arriver. » La confiance en soi et la force que sa mère lui a inculquée ont donné à Carys le pouvoir d’accepter cette attention et de dire : « Je ne peux rien y faire. »

Carys a également dû faire face à l’intimidation à l’école lorsqu’elle était plus jeune, surtout par rapport à l’âge de son célèbre père. Comme elle l’a dit à Town & Country, quand Michael Douglas est venu la chercher à l’école, « les gens disaient : ‘Ton grand-père est venu te chercher.' »

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par TOWN&COUNTRY (@townandcountrymag) le

Ces jours-ci, cependant, les enfants Zeta Douglas ont pris leur envol. Le frère aîné Dylan Zeta Douglas a commencé l’université à l’Université Brown, et la petite sœur Carys a maintenant un compte Instagram avec beaucoup d’adeptes. Dotée d’un sens aigu de la mode qu’elle attribue à sa mère, cette jeune femme semble avoir un avenir très prometteur.

Bien qu’elle veuille absolument recevoir une bonne éducation, avec un peu de chance dans une université de l’Ivy League comme son frère, et qu’elle pense même à aller en médecine, Carys a attrapé le virus de la comédie d’une manière très prononcée. Elle ne veut pas se reposer sur les lauriers de sa famille, qui comprend la légende de l’âge d’or d’Hollywood, Kirk Douglas, qui a 103 ans et qui est toujours en pleine forme.

« Quand j’étais plus jeune, je n’aimais pas l’idée d’avoir ce nom attaché à moi, ce genre de truc de la ‘dynastie Douglas' », a-t-elle dit à Town & Country. Le fait de savoir que certaines personnes vont supposer que son succès serait dû à son nom de famille ne fait que lui donner envie de travailler plus fort. « Je sens que je dois constamment prouver aux gens que je ne suis pas seulement la fille de mes parents. »

Quoi que Carys finisse par faire, elle retiendra toujours les leçons sur la gratitude que sa mère lui a apprises. « Mes parents font un très bon travail pour me mettre face à la réalité en me disant : ‘Regarde autour de toi. La vie que tu as est extraordinaire.' »

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par CZD (@carys.douglas) le

RECOMMANDÉ