« La France est un pays musulman », a expliqué l’ambassadeur de France en Suède

Par Michal Bleibtreu Neeman
29 octobre 2020
Mis à jour: 29 octobre 2020

Le 25 septembre dernier, Étienne de Gonneville, ambassadeur de France en Suède, était interviewé sur la chaîne nationale suédoise SVT, sur les tensions récentes entre la France et le monde musulman. Lors de son entretien, il a affirmé que « la France est un pays musulman », et qu’il faut écouter les musulmans.

Lors de son entretien sur la montée des tensions entre la France et le monde musulman à la chaîne nationale suédoise, Étienne de Gonneville a été interrogé sur la possibilité d’un conflit « entre la France et le monde musulman ». La réponse était surprenante. L’ambassadeur a expliqué qu’une telle possibilité n’était pas envisageable, car « la France est un pays musulman, l’islam est la seconde religion en France, nous avons entre 4 et 8 millions de musulmans ».

L’homme politique a poursuivi : « Les premiers que je veux écouter, ce sont les musulmans de France. » Mais à la question du journaliste Anders Holmberg : « Mais que disent-ils ? » l’ambassadeur a préféré de ne pas répondre directement à la question.

L’ambassadeur français a ensuite expliqué qu’il ne fallait pas mélanger le terrorisme et l’islam et a appelé à ne pas tomber dans le piège. « C’est le piège que les islamistes ont tendu pour que nous tombions dedans. […] Al-Qaïda et sa propagande utilisent les caricatures de Charlie Hebdo pour détourner la conversation de ce qui est en fait le terrorisme vers autre chose », a-t-il dit.

Le journaliste suédois lui a rappelé que des musulmans modérés se sentaient également offensés. « C’est une question complexe et ambigüe sur le plan moral », a répondu le diplomate.

Étienne de Gonneville a continué en affirmant que « les médias devraient savoir comment s’attaquer au problème du terrorisme islamique et ne pas tomber dans le piège de l’idée qu’il offenserait soi-disant l’islam ». L’islam, selon l’ambassadeur, est une religion « diversifiée » dont les islamistes ne représentent qu’une « infime minorité ».

Pour répondre aux nombreuses réactions étonnées, l’ambassadeur français a précisé son propos le 27 octobre sur Twitter : « Comme vous l’aurez compris, il ne s’agissait pas de porter atteinte au caractère laïc de la République, mais de faire comprendre que nous n’avions pas de leçons à recevoir en ces temps d’appels au boycott. »

FOCUS SUR LA CHINE – Le président Xi lance une nouvelle menace contre les États-Unis

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ