La fraude électorale de 2020 serait la « massue meurtrière » du PCC, selon un entrepreneur milliardaire

Par Simon Veazey et Jan Jekielek
17 décembre 2020
Mis à jour: 18 décembre 2020

La fraude électorale serait la « massue meurtrière » secrète du Parti communiste chinois (PCC), qui a longtemps confondu les faucons de la sécurité, selon le milliardaire et entrepreneur Patrick Byrne, qui a réuni en août dernier une équipe de cyber-intelligence pour analyser le système de vote américain.

« Depuis dix ans ou plus, la littérature chinoise fait référence à la ‘massue des assassins’ qui s’apprêtent à détruire les États-Unis d’un seul coup », a déclaré M. Byrne au programme American Thought Leaders (maîtres à penser américains) de la version anglaise du journal Epoch Times. « La communauté de la sécurité nationale des États-Unis a essayé de comprendre cela : est-ce leur nouveau porte-avions ? Est-ce le missile hypersonique ? Est-ce ceci, cela, est-ce un EMP ? »

« Je ne pense pas », a-t-il dit à l’animateur Jan Jekielek. « La seule attaque qui puisse liquider les États-Unis, c’est ce que nous vivons en ce moment. »

Le vote de 2020 a impliqué « une fraude électorale massive », dit-il. « Pas une fraude électorale de la part de quelques électeurs, mais une fraude électorale au niveau du système. »

M. Byrne a été une force motrice dans la recherche pour les procès intentés par les avocats Lin Wood et Sidney Powell. Il a également collaboré avec ASOG, la société qui a récemment effectué l’audit technico-légal des machines de vote dans le comté d’Antrim, dans le Michigan.

M. Byrne a déclaré qu’il avait commencé à enquêter dès le mois d’août, et qu’il avait ainsi anticipé les irrégularités qu’il avait observées lors des élections de novembre.

Il dit que son équipe d’experts en sécurité en ligne pense maintenant que les développeurs chinois sont « derrière » le logiciel qui a infiltré au moins deux des principaux systèmes de vote aux États-Unis.

Les fournisseurs de ces logiciels et systèmes impliqués dans les élections américaines ont répondu aux allégations d’irrégularités de vote en niant systématiquement que leurs systèmes puissent être manipulés ou qu’ils aient un quelconque lien avec des gouvernements étrangers.

Renverser le coup d’État

M. Byrne a décrit l’élection comme un coup d’État en douceur.

« Nous sommes en train de renverser le processus de ce coup d’État », a déclaré M. Byrne, en référence à son équipe de 30 à 40 personnes.

M. Byrne dit qu’il est tombé sur des cyber-experts qui s’intéressaient à la manipulation des élections depuis 2018, date à laquelle ils ont été embauchés dans le cadre d’une commission d’enquête mise en place pour examiner les fraudes électorales potentielles au Texas.

« Ce groupe a eu deux ans pour vraiment faire de l’ingénierie inverse de ce que le reste des États-Unis a eu quelques semaines pour comprendre », dit-il. « Ils avaient déjà trouvé une dizaine de façons de faire échouer une élection ou de la pirater, dans un sens large du terme, et pas seulement pour de quelconques cybercriminels. »

Selon M. Byrne, ils ont découvert que la tricherie était possible « à un niveau industriel, c’est-à-dire générer des centaines de milliers de faux votes ».

M. Byrne dit que le modèle de manipulation peut être identifié en examinant trois points clés – ce qu’il appelle « trois ensembles de faits ».

« L’un de ces ensembles de faits consiste à comprendre les systèmes eux-mêmes et la façon dont ils ont été construits : les fonctionnalités qui y ont été intégrées et les vulnérabilités qui existent. »

Le second, dit-il, concerne la façon dont le processus électoral s’est déroulé. « [En cas de fraude], on s’attendrait à ce que les gens vivent certaines expériences lorsqu’ils vont voter ou s’ils travaillent bénévolement dans les circonscriptions. »

Une observatrice du Parti républicain géorgien observe les chariots de transport des machines à voter entreposés au centre de préparation des élections du comté de Fulton à Atlanta, en Géorgie, le 4 novembre 2020. (Jessica McGowan/Getty Images)

Il donne l’exemple de la fermeture de la tabulation des votes, de l’interdiction d’accès aux observateurs, et de la vidéo d’employés électoraux sortant des caisses et procédant au scannage des bulletins de vote de sous une table après que les observateurs sont rentrés chez eux.

Le troisième ensemble de faits, dit-il, est constitué par les statistiques aberrantes extrêmes qui allaient être révélées par un tel processus de manipulation.

« Des choses comme ça se sont produites – ces aberrations statistiques : 123 000 votes d’affilée en faveur d’un candidat ; ou en Pennsylvanie, je crois que 580 000 votes ont été traités avec 99,4 % pour Biden […] et ils sont arrivés exactement au moment où tous les républicains avaient été sommés de partir. »

« C’est aussi probable que de remporter la loterie cette semaine, et la semaine prochaine et la semaine d’après – et cela se passe dans des dizaines d’endroits aux États-Unis en même temps. »

« Quand vous mettez ces trois récits différents ensemble, ils se rejoignent aussi parfaitement. Ils se renforcent tous les uns les autres. »

Tracé en Chine

Selon M. Byrne, la manipulation des systèmes de vote remonte à la Chine.

« Il y a une chaîne de commandement qui va essentiellement de la Chine à Cuba et au Venezuela en passant par l’Iran », dit-il. « Les Chinois financent Smartmatic par le biais de la division panaméenne de Smartmatic, mais cela rebondit par le Venezuela. »

« Il y a un code enfoui dans les machines du Dominion qui a été retrouvé et qui semble montrer une origine chinoise. »

« Il y a des développeurs chinois derrière ce truc, qui sont en Chine, et qui sont en train d’introduire leurs logiciels dans les systèmes de Smartmatic. [Et Smartmatic] a infiltré au moins deux des principaux systèmes de vote utilisés dans le pays. »

Le bureau de Smartmatic à Boca Raton, en Floride, le 2 décembre 2020. (The Epoch Times)

« Je dis cela en tant qu’homme qui aime la Chine », ajoute-t-il. « Je parle chinois, j’ai une grande affection pour la Chine et le peuple chinois – mais je ne suis pas un grand fan du PCC. »

Smartmatic affirme que ses produits n’ont été utilisés que dans un seul comté de Los Angeles lors des élections américaines de 2020 et a toujours nié toute allégation de méfait ou d’implication dans des fraudes électorales passées ou présentes. Elle affirme n’avoir aucune implication avec aucun gouvernement ou parti politique ou avec Dominion.

Dominion Voting Systems a également systématiquement nié tout méfait ou vulnérabilité de ses systèmes et a déclaré qu’elle n’utilise pas de logiciels appartenant à Smartmatic, et qu’elle n’a aucun lien de propriété avec les gouvernements de la Chine, de Cuba ou du Venezuela. Les produits de Dominion sont utilisés dans 28 États.

M. Byrne, cependant, affirme que les logiciels créés par Smartmatic ont subi une série de fusions, d’acquisitions, de désinvestissements et d’accords de licence avant de se retrouver dans au moins deux des principaux systèmes de vote commerciaux utilisés aux États-Unis, dont Dominion. « Sa lignée génétique [remonte] au logiciel », dit-il.

Un certain nombre d’autres analystes ont signé des déclarations sous serment au même effet.

Dominion a également fait l’objet d’un examen minutieux pour sa structure de propriété après que sa société mère a levé des fonds avec l’aide d’une banque suisse avant l’élection présidentielle américaine de 2020. La transaction, particulière à plusieurs égards, a conduit certains à spéculer sur le fait qu’une entité chinoise pourrait être un investisseur indirect dans la société.

Selon M. Byrne, voler l’élection nationale ne nécessite pas de tricherie généralisée. « Il y a six comtés que vous devez voler. Si vous volez ces six comtés à travers le pays, cela fait basculer les six États dans lesquels ils se trouvent, ce qui fait basculer les votes du collège électoral qui viennent avec eux, ce qui fait basculer la nation », a-t-il dit. « Vous devez prendre six endroits d’assaut et tricher à fond dans ceux-ci. »

Il dit que certains experts en sécurité en ligne, qu’il décrit comme des pirates informatiques en chapeau blanc, disent qu’ils donneraient aux systèmes électoraux une note de seulement un ou deux sur 10 pour la sécurité.

Élections américaines – Trump ne cédera pas


Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ