La mère la plus âgée au monde: rencontrez la femme qui a eu son premier enfant à plus de 70 ans

Par Jack Phillips
30 août 2019 Mis à jour: 30 août 2019

Un couple n’a jamais pu concevoir naturellement pendant leurs 46 ans de mariage avant d’entreprendre un traitement de fertilité à l’âge de 70 ans. En 2019, la femme admet qu’il était difficile pour son corps d’avoir un bébé à un âge aussi avancé, mais elle ne le regrette pas.

Daljinder Kaur, qui n’a pas de certificat de naissance, aurait plus de 70 ans, selon l’AFP. Elle a donné naissance à un garçon en avril 2016, après deux ans de FIV. On croit que son mari avait 79 ans à l’époque.

« Je me sens privilégiée de pouvoir tenir mon propre bébé [dans mes bras]. J’avais perdu tout espoir de devenir mère », explique Mme Kaur, rapporte CBS. « Tout le monde m’a demandé d’adopter un bébé, mais je ne l’ai jamais voulu. J’avais foi en le Tout-Puissant et je savais que je porterais un jour mon propre enfant », a-t-elle ajouté.

Lorsque l’enfant, Armaan, est né, il a été décrit comme étant en bonne santé, a rapporté CBS.

Dur pour le corps

S’adressant au site web Practical Parenting au début de l’année 2019, elle a dit qu’elle a souffert d’hypertension artérielle et d’affaiblissement des articulations depuis l’accouchement.

« Ma tension artérielle en a souffert et je me fatigue très facilement maintenant. J’ai vu plusieurs médecins, mais ils ne me donnent que des médicaments et un régime alimentaire », explique-t-elle.

« Mon corps n’en peut plus », se plaint-elle. « Ça a été plus dur que je ne le pensais. Je m’inquiète pour Armaan. Je dois prendre soin de ma santé, mais aussi d’Armaan. »

Malgré les difficultés, elle a dit qu’elle ne regrettait pas d’avoir eu son bébé si tard dans sa vie.

« Je l’aime. C’est un enfant sympathique et il sourit à tout le monde. Cela me facilite la tâche parce que je peux être détendue quand il y a quelqu’un [à la maison] », a-t-elle ajouté. « Je passe la journée avec lui. Nous avons décidé de ne pas demander d’aide. Il aime beaucoup son père. Il est toujours dans ses bras quand je suis occupée à cuisiner ou à faire le ménage. »

À l’âge de 3 ans, le garçon est encore très petit pour son âge, a remarqué Mme Kaur.

« Nous avons demandé à des médecins s’il existe des médicaments que nous pourrions lui donner pour augmenter son poids, mais ils nous ont dit de le laisser prendre du poids naturellement », a-t-elle précisé au site Web.

En 2006, une autre Indienne, Rajo Devi, a donné naissance à une fille à l’âge de 70 ans.

Critiques

Certains ont exhorté le gouvernement indien à prendre des mesures pour empêcher un plus grand nombre de femmes âgées de tomber enceintes.

« Le monde entier regarde l’Inde et dit que nous n’arrivons pas à nous réguler nous-mêmes », a déclaré le Dr Narendra Malhotra, directeur de la Société indienne pour la procréation assistée, a rapporté l’AFP. « Il y a sept ans, nous avons proposé des lignes directrices pour les cliniques de procréation médicalement assistée (ART). Aucun gouvernement ne les a prises au sérieux et un projet de loi est en attente depuis sept ans. »

Selon le Dr Malhotra, Armaan « sera orphelin dans quelques années. Et il y a de sérieux risques pour la mère – elle peut mourir pendant la grossesse. Ce n’est pas parce qu’on peut faire quelque chose qu’on doit le faire, juste pour réaliser des records du monde. »

Daljinder Kaur, une mère indienne de plus de 70 ans, pose pour une photo en tenant son nouveau-né, Armaan, dans les bras à son arrivée à Amritsar le 11 mai 2016. (NARINDER NANU/AFP/Getty Images)

L’embryologiste Anurag Bishnoi, qui a pratiqué l’intervention pour Mme Kaur, a reconnu qu’il avait été réticent. Mais il a vu que les tests montraient qu’elle était en bonne santé, alors il a donné le traitement pour la FIV à Mme Kaur.

« Pour eux [les parents], c’est un moment de grand bonheur », a-t-il déclaré au Guardian. « Surtout parce que son frère n’avait pas d’enfants lui non plus. Ils étaient deux familles, et aucune des deux n’avaient d’enfants. »

« La femme est venue me voir seule pour la première fois en 2013, après avoir lu un article sur nous dans un journal », ajoute le Dr Bishnoi, selon CBS. « Nous avons commencé à travailler pendant deux mois en 2013, mais la première tentative a échoué, ce qui est normal. Après six mois, une autre tentative a été faite et elle n’a pas réussi non plus. Finalement, la troisième tentative a été couronnée de succès », a-t-il indiqué.

RECOMMANDÉ