La NASA renomme son siège en l’honneur de la première femme noire ingénieur spatial : Mary W. Jackson

Par Louise Bevan
28 juin 2020
Mis à jour: 28 juin 2020

La première ingénieur noire de la NASA, feu Mary W. Jackson, reçoit un hommage public alors que l’agence spatiale renomme son siège en son honneur, a-t-il été annoncé le 24 juin.

« Mary W. Jackson faisait partie d’un groupe de femmes très importantes qui ont aidé la NASA à réussir à faire entrer des astronautes américains dans l’espace », a expliqué Jim Bridenstine, administrateur de la NASA dans un communiqué« Mary n’a jamais accepté le statu quo, a-t-il ajouté, elle a aidé à briser les barrières et à ouvrir des opportunités pour les Afro-Américains et les femmes dans le domaine de l’ingénierie et de la technologie. »

Mary Jackson travaillant au Langley Research Center de la NASA à Hampton, en Virginie, le 2 juin 1977 (NASA)

Mary Jackson a commencé sa carrière d’ingénieur dans l’unité de calcul de la zone ouest séparée du Langley Research Center de la NASA en Virginie, a déclaré la NASA. Elle est notamment l’une des trois femmes à avoir travaillé sur la mission orbitale de l’astronaute John Glenn en 1962, ce qui a amené les États-Unis à battre l’Union soviétique dans la course à l’espace.

Mary s’est immergée dans la recherche complexe et la défense de la diversité tout au long de sa carrière et a ensuite reçu une médaille présidentielle de la liberté à titre posthume en 2015.

Après son décès en 2005, la fille de l’ingénieur, Carolyn Jackson, l’a décrite comme « une scientifique, une humanitaire, une épouse, une mère et une pionnière qui a ouvert la voie à des milliers d’autres pour réussir, non seulement à la NASA, mais dans tout ce pays ».

Le siège Mary W. Jackson NASA à Washington. (Capture d’écran | Google Maps)

Mary Jackson est née à Hampton, en Virginie, en 1921. Elle a obtenu un double diplôme en Mathématiques et en Sciences physiques en 1942 et a travaillé comme enseignante, comptable et secrétaire de l’armée avant de rejoindre ce qui était alors le Comité consultatif national de l’aéronautique (qui deviendra plus tard la NASA) en 1951.

En tant que mathématiciennes de recherche, Mary et ses collègues étaient désignées par leurs supérieurs comme des « ordinateurs en jupes », a rapporté Daily Mail. Mary a cependant réussi à monter dans les rangs.

Après avoir aidé les États-Unis à gagner la course à l’espace, elle a travaillé sur le tunnel de pression supersonique avant de demander une autorisation spéciale pour fréquenter le lycée de Hampton, alors séparé, pour poursuivre ses études. Ayant déjà impressionné son superviseur, elle a été accordée et Mary Jackson est devenue la première femme ingénieur noire de la NASA en 1958.

Mary Jackson remet des prix au nom du Federal Women’s Program le 17 juin 1982 (NASA)

En tant qu’ingénieur, elle a utilisé son autorité et son expérience pour défendre les intérêts des minorités dans le domaine des STEM (science, technologie, ingénierie et mathématiques), travaillant au Programme fédéral pour les femmes de Langley en 1979 pour aider à influencer l’embauche de la prochaine génération des femmes professionnelles des STEM.

Mme Jackson a pris sa retraite en 1985 et est décédée deux décennies plus tard à l’âge de 83 ans.

L’histoire de l’ingénieur pionnier de la NASA est restée largement inconnue jusqu’à son décès, mais a attiré l’attention nationale lorsqu’elle a été présentée dans le livre de Margot Lee Shetterly de 2016 Les Figures de l’ombre.

Mary Jackson avec le groupe spécial de test photographié le 21 mars 1983 (NASA)

L’actrice et chanteuse Janelle Monáe a joué Mary Jackson dans l’adaptation cinématographique qui a suivi.

En 2019, Mary et ses collègues « figures de l’ombre », Katherine Johnson, Dorothy Vaughan et Christine Darden, ont reçu des médailles d’or du Congrès. Le Congrès a également voté pour renommer la rue devant le siège de la NASA, Hidden Figures Way, en leur honneur collectif, rapporte CNN.

L’héritage de Mme Jackson continue de se répercuter avec le changement de nom du siège social de la NASA en 2020.

« Plus dans l’ombre », a annoncé Jim Bridenstine de la NASA, « nous continuerons à reconnaître les contributions des femmes, des Afro-Américains et des personnes de tous horizons qui ont aidé à construire l’histoire réussie de la NASA à explorer. »

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ