La pandémie révèle l’absence alarmante d’éthique dans les laboratoires de virologie en Chine

Par Venus Upadhayaya
26 avril 2020
Mis à jour: 26 avril 2020

La pandémie du virus du PCC* révèle la mauvaise gestion, la corruption et le manque d’éthique des laboratoires de virologie en Chine, selon certains experts.

Les questions se sont multipliées quant à la provenance du coronavirus qui a fait plus de 197 000 morts et infecté plus de 2,8 millions de personnes dans le monde jusqu’au 25 avril, selon le décompte de Johns Hopkins.

Mais le véritable nombre de personnes infectées et tuées ne peut pas être confirmé faute de données exactes en provenance de la Chine.

Selon une théorie largement diffusée, le virus du PCC aurait été fabriqué à l’intérieur de l’Institut de virologie de Wuhan, ce que le régime chinois a nié.

Quoi qu’il en soit, des experts affirment que les enquêtes effectuées dans le domaine de la recherche sur les coronavirus en Chine révèlent un manque d’éthique au sein de ces laboratoires de virologie, qui a pour origine le contrôle absolu du PCC (Parti Communiste Chinois) sur ces instituts.

CORONAVIRUS : CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR

« Depuis de nombreuses années, les virologues qui travaillent dans les pays occidentaux s’imaginent que leurs collègues chinois agissent selon les mêmes directives éthiques qu’eux », a déclaré Steve Mosher, président de l’organisation caritative conservatrice des droits de l’homme, le Populaire Institut de recherche sur les populations, dans un courriel.

« Il est certain que les règles écrites – copiées des pays occidentaux – sont identiques. Mais les comportements réels sont très différents. Tout en Chine est dicté par les besoins politiques du PCC », a déclaré M. Mosher.

La virologiste chinoise Zhengli Shi à l’intérieur du laboratoire P4 à Wuhan, capitale de la province chinoise de Hubei, le 23 février 2017. (Johannes Eisele/AFP via Getty Images)

Question d’éthique concernant la recherche chinoise sur les coronavirus

Les théories sur le virus du PCC qui s’échappe du laboratoire reposent sur le fait que le patient zéro a été infecté par le nouveau coronavirus à Wuhan, où une chercheuse de haut niveau, le Dr Zhengli Shi, avait effectué des travaux de recherche sur le « gain de fonction » du virus du SRAS à l’Institut de virologie de Wuhan.

La recherche du « gain de fonction » consiste à améliorer délibérément la transmissibilité ou la virulence d’un agent pathogène.

L’administration américaine a interrompu le financement de certains types de recherche sur les gains de fonctions en 2014, et ne l’a supprimé qu’en 2017, en insistant sur le fait qu’un « processus d’examen approfondi » établi par le ministère de la Santé devait être poursuivi.

Zhengli Shi, également connue en Chine sous le nom de « femme chauve-souris » pour ses recherches sur ces mammifères ailés, avait gardé à l’Institut de virologie de Wuhan des chauves-souris connues pour être porteuses de coronavirus.

Les risques liés à la recherche de « gain de fonction » ont fait l’objet d’un débat dans un article publié dans Nature en 2015, qui traitait d’un virus chimérique capable d’infecter les êtres humains, créé en laboratoire par manipulation génétique entre des chauves-souris fer à cheval de Chine et le virus du SRAS, par un groupe international de virologistes dont Zhengli Shi.

« Si le virus devait s’échapper, personne ne pourrait prédire sa trajectoire », avait déclaré à l’époque Simon Wain-Hobson, virologiste de l’Institut Pasteur à Paris, à la revue Nature.

Même s’il n’est pas certain que le virus chimérique ait été stocké dans le laboratoire de Zhengli Shi à Wuhan, l’affaire a mis en évidence les risques liés à ce type de recherche. Nature a récemment publié un avertissement affirmant qu’il n’existe aucune preuve permettant de penser que ce virus est à l’origine de la pandémie actuelle.

Le secrétaire d’État américain Mike Pompeo a déclaré lors du « spectacle Larry O’Connor » le 23 avril que les États-Unis évaluent constamment les installations à haut risque dans le monde entier qui effectuent des recherches sur les virus pour s’assurer que toutes les mesures de sécurité sont respectées.

« Il existe de nombreux laboratoires de ce type en Chine, et nous nous sommes inquiétés du fait qu’ils n’avaient pas les compétences, les capacités, les processus et les protocoles adéquats pour protéger le monde d’une éventuelle fuite », a déclaré M. Pompeo.

Le laboratoire P4 (Gauche) de l’Institut de virologie de Wuhan, à Wuhan, dans la province centrale du Hubei, en Chine, le 17 avril 2020. (Hector Retamal/AFP via Getty Images)

Allégations de vente d’animaux du laboratoire au marché

Selon une théorie, le coronavirus proviendrait du marché de fruits de mer de Huanan à Wuhan, du fait que l’agent pathogène s’est propagé chez l’homme à partir de la viande contaminée provenant des laboratoires de recherche chinois.

Les chercheurs de ces laboratoires auraient vendu les restes des animaux après avoir effectué des expériences sur eux.

Les experts interrogés par le journal Epoch Times pour cet article ont exprimé leurs inquiétudes quant à cette pratique, compte tenu des rapports dénonçant la corruption au sein des laboratoires chinois. Ils pensent notamment que cette pratique a pu être utilisée pour transmettre le virus.

Un groupe de législateurs américains bipartisans a fait part de ses préoccupations dans une lettre (pdf) adressée à l’Organisation mondiale de la santé et à l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture, réclamant une « fermeture mondiale des marchés d’animaux sauvages vivants » lorsque les théories sur l’origine de la pandémie, au marché des animaux sauvages, ont été évoquées.

Un cas récent de telles pratiques de corruption a été rapporté par l’édition chinoise du journal Epoch Times : Ning Li, un professeur de l’Université agricole de Chine, a été condamné à 12 ans de prison en février pour avoir vendu les animaux de son laboratoire à Wuhan.

Sur les 3,7 millions de yuans chinois (482 000 euros) que Ning Li a gagné grâce à ses activités criminelles, plus d’un million de yuans chinois (130 000 euros) provenait de la vente d’animaux ou de lait utilisés par le laboratoire, y compris des porcs et des vaches.

Sean Lin, un ancien chercheur en virologie de l’armée américaine, a déclaré que de tels crimes sont difficiles à poursuivre en justice en Chine.

« Même si les gens veulent dénoncer certains employés ou dirigeants de l’institut qui vendent des animaux d’expérimentation sur les marchés, leur voix pourrait facilement être étouffée par la direction de l’institut pour protéger sa réputation », a-t-il déclaré.

Wendy Rogers, une experte australienne en bioéthique pratique, qui figure parmi les dix scientifiques les plus importants pour le journal Nature en 2019, a déclaré par courriel qu’une telle mentalité favorisait la corruption dans ces laboratoires chinois.

« La corruption est largement tolérée en Chine, ce qui encourage les citoyens à ‘s’en sortir’ en commettant des actes illégaux ou contraires à l’éthique s’ils le peuvent, surtout si cela leur permet de gagner un revenu supplémentaire », a déclaré Mme Rogers.

Le système va se fermer davantage

Lorsqu’on lui demande si la pandémie obligera le régime chinois à devenir plus transparent vis-à-vis de la communauté internationale sur ses recherches en virologie, Steve Mosher répond qu’il ne pense pas que cela se produira.

« Le PCC va devenir moins transparent et moins respectueux de toutes les règles éthiques en dissimulant de plus en plus ses activités à la communauté scientifique, en mettant en place de plus en plus de barrières pour les publications et la coopération internationale », a-t-il déclaré.

« Le système va se fermer, au lieu de s’ouvrir. C’est, après tout, l »état naturel’ d’un régime totalitaire, bureaucratique et de haute technologie », a ajouté M. Mosher, en précisant que tous les médecins et chercheurs chinois qui ont tenté d’être transparents au sujet du virus du PCC ont été punis et condamnés.

« Ceux qui ont participé volontairement à cette toile de mensonges tissée par le régime chinois ont été félicités et promus. Ainsi, le manque d’éthique s’accroît », a déclaré M. Mosher.

Un mémorial pour le Dr Li Wenliang, lanceur d’alertes sur le virus du PCC originaire de Wuhan, en Chine, photographié devant le campus de l’UCLA à Westwood, en Californie, le 15 février 2020. (Mark Ralston/AFP via Getty Images)

Sean Lin a fait remarquer qu’en Chine, les gens n’ont pas de liberté d’expression et que pendant la pandémie, même les médecins et les infirmières n’ont pas pu venir parler ouvertement de « l’épidémie ou du manque de matériel médical aux médias publics ou aux revues scientifiques ».

« Le monde doit également examiner si l’Institut de virologie de Wuhan, ainsi que les unités de médecine militaire chinoises, ont mené des projets de développement d’armes biologiques, même si le PCC s’est engagé à ne pas le faire en signant la Convention sur les armes biologiques en 1985 », a ajouté M. Sean Lin.

***

*Epoch Times qualifie le nouveau coronavirus, à l’origine de la maladie covid-19, de « virus du PCC » parce que la dissimulation et la gestion déplorable du Parti communiste chinois ont permis au virus de se propager dans toute la Chine avant d’être transmis dans le monde entier.

Le saviez-vous ?
Epoch Times est un média indépendant. Il est différent des autres organisations médiatiques car nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsable envers notre public. Nous n’avons pas d’autres agendas que d’informer nos lecteurs et les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant nos principes de vérité et de tradition comme guide dans notre travail.

RECOMMANDÉ