Une partenaire d’Epstein aurait dit que son île était câblée de vidéos – le FBI s’empare des ordinateurs

Par Zachary Stieber
15 août 2019 Mis à jour: 16 août 2019

L’ïle de Jeffrey Epstein était-elle équipée pour faire chanter les convives profitant du réseau du millionnaire ? C’est ce que suggère son ex-petite amie et partenaire de longue date.

Ghislaine Maxwell, déjà poursuivie pour avoir prétendument fourni des filles à Epstein et à ses associés dans le but de les abuser sexuellement, a révélé à un ami que chaque recoin de l’île était sous surveillance vidéo.

D’après l’information révélée par le Vanity Fair« cette amie pensait que Ghislaine et Epstein filmaient tout le monde sur l’île comme une police d’assurance, pour exercer un chantage ».

Epstein, 66 ans, a été retrouvé pendu dans se cellule d’un centre de détention de haute surveillance le 10 août. Le financier possédait une île dans les îles Vierges américaines connue sous le nom d’île Little Saint James et avait récemment acheté une autre île à proximité.

Les gens du coin connaissaient l’île sous le nom d’ « île pédophile« .

Virginia Roberts Giuffre affirme avoir été l’esclave sexuelle d’Epstein pendant un certain nombre d’années. Le financier lui aurait révélé que ses maisons étaient équipées de caméras vidéo cachées.

Les caméras capturaient tout ce qu’elle faisait, y compris dans la salle de bain.

Virginia est l’une des nombreuses femmes qui soutiennent avoir été forcées d’avoir des relations sexuelles avec Epstein ainsi qu’avec un certain nombre de ses connaissances, dont l’ancien gouverneur du Nouveau-Mexique démocratique Bill Richardson et l’ancien leader de la majorité au Sénat George Mitchell (D-Maine).

« Toute ma vie était consacrée à faire plaisir à ces hommes et à faire en sorte de satisfaire Ghislaine et Jeffrey », a dit Mme Giuffre dans sa déposition. « Leur vie entière gravitait autour du sexe. »

Epstein a été accusé de trafic sexuel en juillet, environ 10 ans après avoir plaidé coupable à deux chefs d’accusation de sollicitation à des fins de prostitution. L’affaire faisait suite aux déclarations de filles ayant raconté à des policiers de Floride qu’elles avaient été payées pour amener de nouvelles filles chez Epstein à Palm Beach pour des massages qui se transformaient souvent en relations sexuelles. Parfois, les filles étaient violées ou manipulées pour avoir des rapports sexuels.

Le FBI saisit des ordinateurs

Les autorités fédérales ont déclaré, à la suite du soi-disant suicide d’Epstein, que l’enquête ne s’arrêterait pas avec sa mort. Il n’a fallu que 2 jours aux autorités pour entamer la première perquisition au domicile controversé d’Epstein dans les îles Vierges, lors d’une descente du FBI sur l’île le 12 août.

Des images montrent les agents à l’intérieur d’hors-bord fonçant pour se rendre à la jetée de l’île avant de se déplacer sur des voiturettes jusqu’à la maison principale et d’autres structures sur la propriété.

Les images du Drone montrent les agents du FBI saisissant au moins deux ordinateurs de bureau et un ordinateur Apple.

Les ordinateurs ont été emballés et marqués pour être envoyés à l’examen.

Geoffrey Berman, le procureur de Manhattan, a déclaré que la mort d’Epstein était « troublante » et « représenterait un obstacle de plus aux nombreuses victimes d’Epstein pour obtenir de droit leur journée en cour ».

« À ces courageuses jeunes femmes qui se sont déjà manifestées et aux nombreuses autres qui ne l’ont pas encore fait, permettez-moi de réitérer que nous demeurons déterminés à vous défendre », a-t-il ajouté.

Le procureur général William Barr a ajouté lundi, alors qu’il s’exprimait à la Nouvelle-Orléans, que l’affaire contre Epstein « était très importante pour le ministère […] pour les procureurs et les agents […] pour les victimes qui ont eu le courage de se présenter devant le tribunal et méritaient l’occasion d’affronter l’accusé ».

« J’ai été consterné – en fait, tout le ministère l’était – et franchement en colère – d’apprendre que le CMC n’avait pas réussi à protéger adéquatement ce prisonnier », a-t-il ajouté. « Nous apprenons maintenant qu’il y a de graves irrégularités dans cet établissement. Cela est profondément préoccupant et exige une enquête approfondie. Le FBI et le Bureau de l’Inspecteur général sont déjà dessus. Nous irons au fond de ce qui s’est passé à la MCC et nous tiendrons les gens responsables de cet échec. »

« Laissez-moi vous assurer que cette affaire se poursuivra contre quiconque a été complice de J. Epstein. Les co-conspirateurs ne doivent pas se reposer sur leurs lauriers. Les victimes méritent justice, et nous veillerons à ce qu’elles l’obtiennent », assure le procureur.

RECOMMANDÉ