La plate-forme Gab où la parole est libre fait état une augmentation de 753% de fréquentation en 24 heures

Par Zachary Stieber
12 janvier 2021
Mis à jour: 12 janvier 2021

La plateforme de réseaux sociaux Gab a fait état samedi d’une énorme augmentation du trafic, en raison de la migration des utilisateurs de Twitter vers ce réseau dans un contexte généralisé d’interdictions.

« Notre fréquentation a augmenté de 753 % au cours des dernières 24 heures. Des dizaines de millions de visites », a déclaré la plateforme Gab dans un communiqué sur les réseaux sociaux, en réponse à un utilisateur qui a déclaré ne pas pouvoir créer de compte.

« S’il vous plaît, soyez patients, nous n’allons pas partir. Nous allons faire tourner 10 nouveaux serveurs ce soir. Cela prend du temps », a ajouté la plateforme Gab. La société a également fait état de plus de 500 000 nouveaux utilisateurs samedi.

Vendredi, Twitter a définitivement banni le président Donald Trump et une foule d’autres utilisateurs, dont l’avocate Sidney Powell et l’ancien conseiller à la sécurité nationale Michael Flynn. Cela a entraîné un exode vers des sites alternatifs tels que Gab et Parler.

Parler fait face à une pression immense pour mettre en place des politiques de modération plus strictes. Google et Apple ont retiré l’application de leurs boutiques en ligne et Amazon prévoit de retirer Parler de son service d’hébergement web. Le PDG de Parler, John Matze, a déclaré à Epoch Times que la société est prête à engager des poursuites judiciaires.

Gab encourage les usagers à utiliser sa plateforme, notant que Trump y est déjà. Le président n’est pas encore sur Parler.

Une capture d’écran montre la plateforme de réseaux sociaux Gab le 10 janvier 2020. (Capture d’écran/Gab)

La société a également noté qu’elle a été retirée des magasins Apple et Google il y a des années et qu’elle ne dépend pas d’un fournisseur d’hébergement dans un cloud tiers, comme Amazon.

« Au cours des quatre dernières années, nous avons été bannis de plusieurs fournisseurs d’hébergement cloud et on nous a dit que si nous n’aimions pas cela, nous devrions ‘développer notre propre site d’hébergement’. C’est donc exactement ce que nous avons fait », a écrit le PDG Andrew Torba dans un article de blog l’année dernière. « Gab ne se contente pas de construire un réseau social alternatif. Nous construisons un internet alternatif. De l’infrastructure d’hébergement à la navigation sur le web et plus encore : Gab est le leader du marché quand il s’agit de défendre la liberté d’expression contre la tyrannie de la Silicon Valley en ligne. »

Dans une nouvelle déclaration samedi, M. Torba a déclaré « Si votre entreprise repose sur le dos des grands groupes de la Silicon Valley (Apple, Google, et autres) qui sont en situation de monopole, ils peuvent chercher à vous nuire et ils le feront si vous devenez une menace pour leurs intérêts. C’est ce qu’ils ont fait à Gab. Puis à Fortnite. Et maintenant Parler. »

« Des contenus épouvantables de toutes sortes sont disponibles sur Twitter et Facebook. Tout le monde sur la planète est au courant de cela. Pourtant, les deux entreprises sont sur les deux App Stores. L’interdiction de Parler par Apple n’est pas la mise en application neutre d’une quelconque norme objective, mais plutôt un geste cynique, politiquement motivé et la preuve du mépris des élites de la Silicon Valley pour les Américains ordinaires. La solution, comme toujours, n’est pas le gouvernement. C’est vous qui êtes la solution. Les gens se moquent parfois de ce slogan, mais Gab en a fait une réalité. Pendant que les autres se plaignent, nous, nous construisons », a-t-il ajouté.

Apple et Google n’ont pas souhaité répondre aux demandes de commentaires.

Google a déclaré lors de l’interdiction de Gab que « les applications de réseaux sociaux doivent faire preuve d’un niveau de modération suffisant, y compris pour les contenus qui encouragent la violence et font l’apologie de la haine contre des groupes de personnes », pour demeurer sur sa boutique en ligne. Apple a d’abord déclaré que l’interdiction était due au fait que Gab ne censurait pas automatiquement les contenus pornographiques, mais après que Gab a apporté des modifications à ce sujet, la société a déclaré qu’elle maintiendrait l’interdiction parce que Gab « inclut des contenus qui pourraient être considérés comme diffamatoires ou malveillants ».

Dans une lettre adressée au sénateur Mark Warner (Parti démocrate, Virginie), le membre le plus haut placé de la commission sénatoriale du renseignement, en réponse à sa demande de préservation des données, M. Torba a déclaré que Gab modère son discours. Il a déclaré qu’il avait une politique de tolérance zéro envers les menaces de violence et les discours illégaux, mais qu’il protégeait les discours qui peuvent être controversés dans la mesure de légalité.

Faire un don à Epoch Times

Soutenez le journalisme honnête

RECOMMANDÉ