La police chinoise menace le fils d’une victime du virus pour qu’il ne construise pas de mémorial

Par Nicole Hao
6 mai 2020
Mis à jour: 7 mai 2020

« Ma petite voix me disait qu’envoyer mon père à Wuhan, c’était l’envoyer mourir », s’est écrié M. Zhang. « Si quelqu’un m’avait confirmé que l’épidémie [était grave], je ne l’aurais pas renvoyé. »

Depuis que le virus du PCC* a fait irruption dans la ville de Wuhan, en Chine centrale, le nombre de morts reste un mystère, les autorités ont dissimulé au public les vraies données.

Mais en janvier, M. Zhang, qui a grandi à Wuhan et vit maintenant dans la métropole méridionale de Shenzhen, n’avait pas conscience de la capacité du virus à se propager, les autorités de Wuhan ayant d’abord minimisé la gravité de l’épidémie.

Inconscient des risques, M. Zhang a amené son père dans un hôpital de Wuhan pour soigner ses blessures après une mauvaise chute.

Son père a contracté le virus du PCC et est mort peu après.

Espérant apporter du réconfort à d’autres personnes comme lui dont les proches sont morts du virus, M. Zhang a récemment prévu de collecter des fonds pour ériger un monument à la mémoire de ceux qui sont décédés.

M. Zhang a déclaré que les autorités de Shenzhen ont commencé à le surveiller. « Ils n’ont pas résolu mes problèmes, mais ont surveillé mes appels téléphoniques et les ont bloqués […] Les gens ne peuvent pas voir mes publications sur les médias sociaux », a déclaré M. Zhang dans une interview.

Retour à Wuhan

M. Zhang travaille à Shenzhen. Début 2019, M. Zhang a fait venir de Wuhan à Shenzhen son père de 76 ans, retraité, pour qu’ils puissent vivre ensemble.

Le 15 janvier, le père de M. Zhang est tombé et s’est cassé des os. Lorsque M. Zhang s’est renseigné sur les options de traitement pour son père, les fonctionnaires de Wuhan lui ont dit que son père pourrait recevoir un traitement hospitalier gratuit à Wuhan, alors qu’il devrait payer pour un traitement à Shenzhen.

Du début à la mi-janvier, les responsables de Wuhan avaient déclaré au public que l’épidémie était « évitable et contrôlable » et que le risque de transmission interhumaine était faible.

Ne sachant pas que l’épidémie de virus à Wuhan était grave, M. Zhang et son père sont rentrés dans leur ville natale le 16 janvier. Le lendemain, son père a reçu un traitement pour soigner ses fractures à l’hôpital général du Commandement central du théâtre du PLA, un hôpital géré par l’armée à Wuhan.

« Wuhan était comme une ville normale à l’époque. Le personnel médical ne portait pas de combinaison de protection et les gens ne portaient pas de masques », a déclaré M. Zhang.

Quelques jours plus tard, le père de M. Zhang a développé une fièvre. Son état s’est détérioré de jour en jour. Le 30 janvier, le virus a été officiellement diagnostiqué chez son père. Ce jour-là, le personnel médical de l’hôpital a soudainement porté des combinaisons de protection et d’autres équipements, se rappelle M. Zhang.

Les habitants brûlent des offrandes en papier lors du festival annuel de nettoyage des tombes, également connu sous le nom de festival Qingming, à Wuhan, en Chine, le 4 avril 2020. (NOEL CELIS/AFP via Getty Images)

Le 1er février, son père a été transféré dans une zone isolée de l’hôpital, où de nombreux patients covid-19 étaient traités.

« Je ne savais pas qu’il y avait une zone désignée pour le covid-19. Je ne savais pas quand elle a été mise en place. Mais une chose est claire : l’hôpital a traité des patients atteints du covid-19 en janvier et mon père a été infecté à l’hôpital », a déclaré M. Zhang.

Après avoir été soigné dans cette zone isolée pendant plusieurs heures, son père est décédé. Le corps a été récupéré par le funérarium de Wuchang. M. Zhang n’a pas été autorisé à voir le corps de son père avant qu’il ne soit incinéré au funérarium.

Urnes à cendres

Fin mars, le gouvernement de Wuhan a autorisé les citoyens à aller chercher les urnes de cendres de leurs proches dans les funérariums. Auparavant, la fermeture de la ville interdisait aux gens de se rendre aux pompes funèbres.

M. Zhang a affirmé que les autorités exigeaient l’accompagnement par un fonctionnaire de l’État à tout membre de la famille se rendant aux pompes funèbres.

« Dans la culture chinoise, récupérer et enterrer l’urne sont des gestes très personnels […] Personne ne veut qu’un étranger y participe », a déclaré M. Zhang.

Les habitants font la queue pour récupérer les cendres des membres de leur famille décédés du virus du PCC au salon funéraire Hankou à Wuhan, en Chine, le 25 mars 2020. (Mao Daqing/Weibo)

M. Zhang pense que les autorités ont essayé d’empêcher les proches du défunt de se parler et de diffuser les informations sur l’épidémie.

« Les autorités nous ont forcés à récupérer et à enterrer les urnes […] Beaucoup d’entre nous ont boycotté cette règle forcée et n’ont pas récupéré les urnes », a déclaré M. Zhang, y compris lui-même.

Un jour à la fin du mois de mars, M. Zhang a déclaré avoir reçu un appel téléphonique d’un fonctionnaire de la Commission des affaires politiques et juridiques de Wuhan, une agence de sécurité. La personne qui a appelé a cru à tort que M. Zhang était un autre fonctionnaire, et a commencé à parler des moyens à mettre en œuvre pour surveiller et contrôler M. Zhang.

La personne qui a appelé a évoqué les messages privés que M. Zhang avait envoyés à ses parents et amis, et la façon dont les autorités ont procédé pour censurer les messages de M. Zhang. Sur le téléphone de M. Zhang, l’application indiquait que ses messages avaient été envoyés. Mais les destinataires de ces messages ne les avaient jamais reçus.

M. Zhang est retourné à Shenzhen pour travailler le 8 avril.

Monument

Récemment, M. Zhang a décidé de collecter des fonds pour construire un monument dédié aux victimes du virus à Wuhan.

« Le monument est destiné à faire le deuil de nos proches, et aussi pour rappeler cette histoire à la population », a déclaré M. Zhang. « Le monument permettra de mettre en garde le régime afin qu’il communique en temps utile les informations relatives à la prochaine épidémie […] Si rien ne change, une nouvelle catastrophe se reproduira. »

Lorsque M. Zhang a commencé à s’organiser, il a été convoqué à deux reprises par la police de Shenzhen. La première fois, le 29 avril, la police l’a forcé à cesser de publier des messages sur les médias sociaux.

La deuxième fois, le 4 mai, quand Zhang a mis en place un groupe de discussion sur WeChat, une plateforme de messagerie populaire, pour les parents de ceux qui sont morts du virus. Cette fois, la police a montré à M. Zhang les messages qu’il avait publiés sur les médias sociaux et l’a forcé à supprimer le groupe de discussion.

« Je n’ai pas peur […] Le régime a tué mon père bien-aimé. Comment puis-je me taire ? Comment puis-je ne pas parler et demander des comptes aux responsables ? » a dit M. Zhang.

Zhang a expliqué que certains membres de son groupe de discussion se trouvaient à Wuhan, et ont été réprimés par la police de Wuhan : « Ils ont été informés par la police qu’ils ne seraient plus surveillés s’ils se taisaient pendant un mois. »

M. Zhang a affirmé qu’il ne renoncerait pas à ses projets. S’il ne pouvait pas réunir assez d’argent pour construire un monument, il consacrerait ces fonds pour aider les proches des défunts en utilisant d’autres moyens.

* Epoch Times désigne le nouveau coronavirus, responsable de la maladie du covid-19, comme le « virus du PCC », car la dissimulation et la mauvaise gestion du Parti communiste chinois (PCC) ont permis au virus de se propager dans toute la Chine et de créer une pandémie mondiale.

Le saviez-vous ?

Epoch Times est le premier et le seul média qui expose la vraie nature, l’impact et le but ultime du communisme. Nous expliquons les dommages qu’il a causés sur nos fondements moraux et sur les traditions orientales et occidentales. Nous analysons également les conséquences du socialisme et son impact sur la stabilité économique et politique des pays.

RECOMMANDÉ